Tapis Rouge
Tapis Rouge

Le challenge de Dicko Fils

Bobo-Dioulasso se prépare en fanfare Le Kunde d’Or  et PCA  2016 se prépare à faire «irruption» dans la ville de SIA le 19 octobre prochain, à la faveur d’un concert géant baptisé «NUIT DE L’INTEGRATION». Toute la capitale économique du Burkina Faso y est fortement mobilisée.   De son vrai nom Moulaye Dicko, Dicko Fils est né à quelques encablures de Ouagadougou. Il a fait ses études à Abidjan en Côte d’Ivoire et c’est au travers de la musique reggae qu’il intègre en 1980,  de pleins pieds la musique. Sous l’égide de ses parents, à cette époque, ils immigrent au Mali à Bamako où le jeune Dicko à l’époque épouse la musique mandingue à travers des célébrités telles que : Salif Keita, Ali Farka Touré ou encore Oumou Sangaré. Les années 90, sonna le glas de l’époque de la maturité. Il retourne s’installer à Abidjan pour se professionnaliser dans l’art vestimentaire à l’échelle embryonnaire, notamment la couture. Sans pour autant faire table rase de la musique et de sa passion pour le reggae, il fonde parallèlement un groupe de «Jaahming » appelé «Faso Kanou». Il sorti son premier opus en 2005 baptisé «Tounga » qui est un badigeonnage de reggae et de mandingue. Un album qui sonna le glas dans la quête de sa véritable identité. Il décide donc plus tard d’aller à la recherche de ses origines et rentre en terre natale au Burkina Faso. Le groupe «Faso Kanou» connaîtra d’autres réformes tant dans le fond que dans la forme. Le folklore sera fondamentalement recadré avec l’apport des instruments locaux tels que : le Tamani, le balafon et le Djembé. Auxquels il fera une symbiose originale avec des instruments modernes (Batterie, guitare, basse, piano…). Pour ne pas figurer comme un pasticheur ou un aventurier dans l’arène musicale, Dicko Fils dompte à lui tout seul un instrument original appelé ; le Kamélen’n’goni. Il perfectionne ses cordes vocales, traditionalise son look et fusionne ses mélodies. On y retrouve du Jazz mandingue, du funk peuls et surtout du Denke-Denke (une danse originale peule) pure et souple. Les langues Dioula, Mooré, Fulfulde et Français deviennent ses vecteurs de communication qui traversent les contrées de l’Afrique de l’Ouest.   Au fil des ans, des albums s’enchaînent comme des saisons pluvieuses. De «Lada koro » en 2007 à «Jam Wali» en 2019 en passant par «Farafina» en 2010, «Sababou» en 2012, «Fina-Tawa» en 2014 ou encore «Mi muraaki » en 2019. Il se fera une notoriété transfrontalière grâce au tube «Denke-Denke » et deviendra du même coup, le véritable ambassadeur de la musique Burkinabè hors de nos frontières. C’est l’un des artistes les plus complets du Pays des Hommes Intègres. Pour preuve ; Dicko Fils a égrené en trois ans, une cinquantaine de festivals en Europe et en Amérique. Ce qui lui a valu la prestigieuse médaille de «Croix Rouge de Chevalier de l’Ordre du mérite» en 2011. Suite à la sortie de son sixième album «Wakati» en 2016, il monte sur la plus haute marche du podium en remporta les deux prestigieux prix de la musique au Burkina Faso : le KUNDE D’OR et le PCA.   Sans vouloirs dormir sous ses lauriers, deux ans plus tard (2018) il resurgit avec l’album «Jaangô» et c’est la consécration totale. Le japon, la Suisse, le Canada, les USA etc. lui font la cour. Il collabore avec de nombreux musicologues européens et africains et participent à plusieurs résidences de création dans des conservatoire de musique en Allemagne, Suisse et Belgique. Fervent militant de causes sociales, Dicko Fils n’hésite pas, contre vents et marrées à porter haut sa voix sur certaines exactions tant dans son pays qu’en Afrique de l’Ouest. Il a toujours pris des positions sur certains comportements discriminatoires. Il a souvent, à travers ses évènements attiré l’attention des décideurs sur certains conflits territoriaux et ethniques qui gangrène la sous-région. Il a même souvent suspendu ses spectacles pour venir en aide aux populations marginalisées et victimes, au risque de sa vie et de sa carrière. Enthousiasmé par l’esprit de Paix, d’Amour et de Cohésion sociale, le PCA 2016 est aussi un combattant acharné pour la scolarisation des enfants et des filles à l’école. Il n’hésite pas ; par contre à s’attaquer au mariage précoce, d’où son message à l’endroit des parents, d’envoyer ipso facto leurs enfants à l’école.   Aujourd’hui Dicko Fils est la tête d’un évènement de taille à Bobo-Dioulasso qui fait déjà couler beaucoup d’encre et de salive sur l’ensemble du territoire national. L’intégration selon l’artiste, est la seule passerelle qui peut faire vivre et prospérer les populations en Afrique en toute harmonie.  Raison pour laquelle, en tant qu’artiste leader de son pays, il a décidé de mettre sur pieds, le plus grand concert jamais réalisé par l’artiste en terre Burkinabè. « La NUIT DE L’INTEGRATION »   Cette nuit aura lieu le 19 octobre 2019 à Bobo-Dioulasso au Théâtre de l’Amitié. Une pléiade d’artistes (musiciens et humoristes) sous régionaux y prendra part. GomboCom, Djo Lerapide, Eldji, Asdy, Dicko Fils Prince Dossama (Burkina Faso),  Mamah T. (Côte d’Ivoire) et Dabara (Mali). La ville de Bobo-Dioulasso est en train de déployer tout son dispositif en son et lumière pour marquer d’une pierre blanche de spectacle inédit. LECHAT !    

Lire plus
Tapis Rouge

72ème Festival de CANNES

“Parasite” une Palme d’Or amplement méritée “Gisaengchung” (Parasite) est un long métrage de 2h10 qui retrace avec substance dans un scénario plausible la famille de Ki-Taek engloutie dans le chômage et baigne dans une précarité insoutenable. Cette famille voue une admiration démesurée d’une autre famille milliardaire du nom de Park. À la suite d’un incident, les deux familles se retrouvent mêlées, sans s’en rendre compte, dans une histoire rocambolesque… Bong Joon-Ho n’est pas un aventurier, encore moins un méconnu du 7ème Art mondial, bien au contraire: il est l’un de réalisateurs Sud-coréens les plus en verve sur la planète. Il est également auteur entre autres des films comme “Mother et Snowpiercer” ou encore “Memories of Murder”. Il n’avait pratiquement plus de mots aux lèvres quand il est monté sur cette impressionnante tribune du Grand Théâtre Lumière, recevoir son trophée des mains de la sublime star Catherine Deneuve. Tout en s’excusant, d’être surpris par cette récompense, “c’est pour ça qu’il n’a pas préparé son speech en français” L’autre grande satisfaction qu’il faudrait mettre au compte de l’Afrique, c’est le sacre éblouissant de la réalisatrice sénégalaise Mati Diop qui reçoit des mains de “Rambo” Sylvester Stallone, le GRAND PRIX avec son film “ATLANTIQUE”. Ainsi donc s’achève le 72ème Festival de Cannes, qui pendant 12 jours, nous a fait, nous a fait de la “magie” des gens de luxe hors normes, des véhicules hors de prix (Lamborghini, Ferrari, Dugati…), des montées des marches époustouflantes avec des apparitions sublimes de notre compatriote Mouna N’Diaye qui a assuré le jury et surtout l’éloquente prestation du maître de Cérémonie, Edouard Baer. Un Jury des Longs Métrages qui a été présidé par le réalisateur mexicain Alejandro Gonzalez Iñárritu. Palmarès du 72eme Festival de Cannes 2019.   LONGS MÉTRAGES PALME D’OR GISAENGCHUNG (Parasite) réalisé par BONG Joon-Ho La Palme d’or a été remise par Catherine Deneuve et Alejandro González Iñárritu. GRAND PRIX ATLANTIQUE réalisé par Mati DIOP Le Grand Prix a été remis par Sylvester Stallone. PRIX DE LA MISE EN SCÈNE LE JEUNE AHMED réalisé par Jean-Pierre & Luc DARDENNE Le Prix de la Mise en Scène a été remis par Viggo Mortensen. PRIX DU JURY EX-ÆQUO LES MISÉRABLES réalisé par Ladj LY BACURAU réalisé par Kleber MENDONÇA FILHO & Juliano DORNELLES Les Prix du Jury ont été remis par Michael Moore. PRIX D’INTERPRÉTATION MASCULINE Antonio BANDERAS dans DOLOR Y GLORIA réalisé par Pedro ALMODÓVAR Le Prix d’interprétation masculine a été remis par Zhang Ziyi. PRIX D’INTERPRÉTATION FÉMININE Emily BEECHAM dans LITTLE JOE réalisé par Jessica HAUSNER Le Prix d’interprétation féminine a été remis par Reda Kateb. PRIX DU SCÉNARIO Céline SCIAMMA pour PORTRAIT DE LA JEUNE FILLE EN FEU Le Prix du Scénario a été remis par Gael García Bernal. MENTION SPÉCIALE Elia SULEIMAN pour IT MUST BE HEAVEN La mention spéciale a été remise par Chiara Mastroianni COURTS MÉTRAGES PALME D’OR THE DISTANCE BETWEEN US AND THE SKY réalisé par Vasilis KEKATOS MENTION SPÉCIALE DU JURY MONSTRUO DIOS réalisé par Agustina SAN MARTÍN La Palme d’or et la mention spéciale du Jury pour les Courts Métrages ont été remis par la Présidente du Jury des Courts Métrages et de la Cinéfondation, Claire Denis et par Nadine Labaki, Présidente du Jury de “Un Certain Regard’” CAMÉRA D’OR NUESTRAS MADRES réalisé par César DÍAZ présenté dans le cadre de LA SEMAINE DE LA CRITIQUE Le prix de la Caméra d’or a été remis par le Président du Jury de la Caméra d’or, Rithy Panh et par Valeria Bruni-Tedeschi. Le Prix CST de l’Artiste-Technicien 2019 est attribué à : Flora VOLPELIERE pour le montage et Julien POUPARD pour le cadre et la lumière du film de Ladj LY : LES MISÉRABLES. Voilà donc l’essentiel de ce que LECHAT pouvait vous dire sur ce 72ème FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE CANNES, depuis la Croisette ! Hervé David HONLA    

Lire plus
Ladies Tapis Rouge

Affiche du FESPACO: Un modèle par excellence

Première lauréate du SOTIGUI D’OR en 2016, Mouna N’diaye totalise plus d’une dizaine de prix à son actif et dans des contrées différentes. Elle en a glané en Tunisie à Carthage, au Maroc, au Cameroun et même au Burundi.

Lire plus
Tapis Rouge Zoom

Issaka Sawadogo : Un poids lourd de la culture Burkinabè

L’ambassadeur des Sotigui vise plutôt loin ! Le vœu de fonder une Académie des Beaux-Arts au Burkina Faso, serait son plus grand désir.

Lire plus
Ladies Tapis Rouge

Noufissa BENCHEHIDA: Une actrice africaine qui veut briser les barrières

– 2017 SOTIGUI AWARDS d’OR 2017» meilleure actrice du continent africain.

Lire plus
Entretiens Ladies Tapis Rouge VIP Zoom

kundé: interview de charlotte Dipanda

«Je ne connais pas d’artiste burkinabè, ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’artiste talentueux au Burkina»

Lire plus
Fashion Ladies Regards Tapis Rouge VIP Zoom

Les 12 PCA sont enfin connus

Ils ont su marqué le monde de la culture au Burkina Faso durant l’année 2017.
Voici les 12 personnalités culturelles de l’année.

Lire plus
Edito Fashion Murmures Oxygene TV Potins Tapis Rouge VIP Zoom

Enfin la vérité tant attendue sur les dessous des 12 PCA

TELECEL FASO, fidèle et très assidu des 12PCA, une sorte de «Je t’aime moi non plus » s’est tissée entre les deux structures depuis la première édition. Sa présence très remarquée cette année, aura apporté une touche à la fois majestueuse et glamour à cette édition

Lire plus
Tapis Rouge VIP Zoom

LES 12 PERSONNALITÉS CULTURELLES DE L’ANNÉE: 12 PCA.

Ne vous le faites pas raconter, faites tout pour être de la parties.

Lire plus
Tapis Rouge VIP

conférence de presse des 12PCA 2018

Les catégories choisies cette année se présentent comme suit :

-Doris Dabire du Mannequin de l’année…

Lire plus
X