Fashion

La Nuit du Faso Dan Fani à Paris : De l’enthousiasme malgré les obstacles.

OXYGENE MAG, pour avoir parfois été invité à couvrir cet évènement et surtout pour tout ce qui est souvent dit dans les coulisses mais jamais en public et au-delà des bagous ; c’est l’évènement le plus respecté et admiré de toute la diaspora sans distinction de continent.

 

Elle s’organise pourtant clopin-clopant mais, La NUIT DU FASO DAN FANI à Paris finit toujours par atteindre ses objectifs qui avant tout ; celui de valoriser le tissu local et ses accessoires.

D’aucuns se focaliseront sur l’aspect strasses et paillettes, logistiques ou encore gastronomique, mais le plus important pour l’Association des Créateurs Burkinabè de France (ACBF) celle qui organise cet évènement, c’est de valoriser cette vaste chaîne qui travaille depuis des décennies autour du Faso Dan Fani.

Nos professionnels travaillent d’arrache-pied pour valoriser la mode burkinabè en Europe

L’Industrie de la mode burkinabè comporte ses propres défis. Nos professionnels qui travaillent tant au Faso ou ailleurs doivent rivaliser avec les géants de la fashion, surtout dans ce contexte économiquement difficile. C’est pour ça que l’ACBF voudrait progressivement se tourner vers des solutions plus abordables en prenant en compte : la qualité, l’originalité, l’éthique et l’aspect environnemental du vêtement.

Georges De Baziri, Membre de l’ACBF aura bataillé dur pour assoir cet évènement

C’est à cela que nous devrions nous focaliser. Au lieu de regarder pourquoi, les mets proposés ne sont pas volumineux ? Pourquoi la sonorisation est désuète ? ou encore pourquoi les artistes musiciens chevronnés ne viennent pas ? Certes, ce sont des paramètres à prendre en compte, mais La Nuit du Faso Dan Fani, c’est d’abord le FASO DAN FANI ! 

l’ACBF fonctionne presque sans ressources financières conséquente

Nonobstant le fait que l’ACBF fonctionne presque sans ressources financières conséquente, elle est contrainte, chaque année, comme pour certains grands évènements culturels privés connus au Burkina Faso, de faire les mêmes courbettes et de déposer les mêmes dossiers chaque année auprès des potentiels partenaires. Pour cette année, c’est encore pire : le contexte sociopolitique est précaire. Les promoteurs marchent sur des œufs. Maintenant, il faut éviter d’afficher la « tête » de celui ou celle qui serait dite indésirable sur les visuels. Surtout que les mécènes et les partenaires ont pris la poudre d’escampette. Beaucoup craignent simplement d’accompagner.

Qu’à cela ne tienne Ymar Mode, la structure qui préside les destinées de cette association, se prépare courageusement à accueillir les férus de la mode burkinabè le 22 juin prochain à Paris. Ce qui suscite d’ailleurs beaucoup d’engouement dans toute l’Europe et même aux USA.

La diaspora burkinabè en a même fait son évènement majeur si bien que : que les organisateurs le souhaitent ou pas, LA NUIT DU FASO DAN FANI doit avoir lieu tous les ans ! 90 jours à l’avance, nombreux sont ces compatriotes qui commencent toujours à planifier ce jour. Car selon eux, « C’est l’occasion des retrouvailles ! »

Mariama Yaméogo, Présidente de l’ACBF

Pourtant, Mariama Yaméogo, Présidente de l’ACBF et son comité d’organisation peine à réunir des fonds nécessaires pour cette édition. « Nous n’avons pas véritablement de soutien venant de nos institutions au regard de ce que nous savons. Nous voulons juste sauver l’événement… » affirme-t-elle. Mais le public nombreux qui s’apprête à faire le déplacement n’entend pas ça sous cette oreille. « Tous les ans Ymar Mode se plaint, mais après la soirée se passe bien. Donc on viendra ! » affirme un Léopold Konseiga résidant Liège en Belgique.

Le samedi 22 juin 2024 au 14 Rue de la pointe 93130 Noisy le Sec en France, c’est une kyrielle de compatriotes et d’inconditionnels de l’art vestimentaire africain qui fera le déplacement. C’est aussi un parterre de stylistes et professionnels de la mode burkinabè et africains qu’on découvrira ce jour lors des différentes expositions et surtout sur le T

Hervé David HONLA

 

 

 

 

Quitter la version mobile