« WHO » de Franck Phelizon : La superfluité des réseaux sociaux présentée à Cannes
Zoom

« WHO » de Franck Phelizon : La superfluité des réseaux sociaux présentée à Cannes

Le film du réalisateur français Franck Phelizon a été projeté au festival de Cannes les 19 et 21 mai. Un film thriller contemporain qui retrace les contrecoups des réseaux sociaux.

Nous avons eu l’insigne honneur de rencontrer la grande équipe de production dirigée par le réalisateur Franck Phelizon le 22 mai au bord des berges d’un hôtel de luxe sur la Croisette. Ensemble, nous avons décrypté ce film qui fera tâche d’huile à travers la planète.

 

Présent au marché mondial du film à Cannes, le réalisateur français Franck Phelizon a présenté en grande première son film « WHO ». Un film moderne qui se passe de tout commentaire à la Croisette.  C’est une passionnante histoire d’une bloggeuse assassinée en direct devant ses followers. Cela engendra un véritable cataclysme sur toile et dans la ville. La police descend sur le terrain et trouve à leur grand étonnement, le mari de la victime lui aussi policier sur les lieux du crime avec son arme de service posé au sol. Seul leur fils, silencieux et discret était témoin. Pris en soins psychiatriques, l’enquêteur fait des pieds et des mains pour découvrir celui ou celle qui aura commis ce forfait. Malgré les investigations poussées avec des enregistrements de vidéos surveillance y compris ceux de la bloggeuse, le lieutenant chargé de l’enquête bute sur des preuves et faits compromettants associés surtout à son comportement peu orthodoxe. Mais, plus l’enquête avance, plus le lieutenant découvre des vérités hallucinantes…

Le réalisateur Franck PHELIZON (à gauche) et le coproducteur Christophe Medjab

Heureux donc d’être présent à Cannes avec toute l’équipe de « WHO » tourné en 2023, le réalisateur n’est pas à sa première participation à Cannes. Bien au contraire ; en 2018 il y était avec son doc-fiction « Paranormal Investigation » qui avait connu plus tard, un succès conséquent pendant plus de trois ans. « WHO » est surtout centré sur une histoire de crime, de meurtre et d’intrigue via les réseaux sociaux. C’est également à ce titre que plus tard, le réalisateur à pu rencontrer le Directeur de Tik Tok France. D’autant plus que, l’actrice principale de ce film Claudia Crochet est quelque peu issue des réseaux sociaux. Elle avait été primée à Cannes en 2022 pour son propre court métrage « Princesse moderne ».  Repérée donc par Franck, ensemble, ils ont coécrit le scénario et le réalisateur lui a donné le rôle principal qu’elle a parfaitement incarnée.

Claudia COCHET, héroïne du film

Au final en regardant ce film, notamment le rôle identique et naturelle de Claudia Cochet, tous les cinéphiles ou presque, se reconnaissent en elle dans ce personnage. Cette héroïne est loin d’être à son premier essai dans le cinéma. Elle avait été primée à ce festival et par conséquent en tant créatrice de contenu, ce film vient à point nommé ; « …Le réalisateur Franck nous a par moment demandé de nous isoler soit en duo avec Christophe pour échanger avant les scènes et après, totalement seul. Ce travail d’isolement nous a permis d’affronter des scènes un peu plus dures. On ne sortait pas de notre personnage qui était certes mal perçu … mais ce film démontre plus ou moins ce que les réseaux sociaux sont à nos yeux. On finit tous par se mettre en scène H24. C’était un peu poussé à l’extrême car au final ; ce personnage-là finit par avoir toute sa vie diffusée sur les réseaux. Bref ce qu’on montre à l’image n’est pas forcément ce qui se passe derrière. On ne montre qu’une belle partie de nous. Pourtant, il y a aussi de vrais moments de souffrance qu’on ne montre jamais. » analyse Claudia.

Montée de marches de l’équipe “WHO”

Les films de Franck gravitent autour de l’intrigue, l’investigation et la recherche d’une « vérité », surtout au regard de son dernier film « Paranormal Investigation ». Dans ce docu-fiction précédent, il était question de la recherche d’une supposée vérité. « Le titre WHO est un symbole psychanalytique qui nous interroge, qui sommes-nous vraiment ? Où est-ce qu’on place notre ambition ? Finalement l’investigation appartient aux cinéphiles et je dirais que mon œuvre est un film d’anti-héros où le vrai héros est le téléspectateur » analyse Franck Phelizon.

Fabien STRAUSS, Compositeur du film

« WHO » est film pur produit canadien, mais avec un coproducteur, Christophe Medjad et un réalisateur français. L’autre particularité de ce long métrage est qu’il a été tourné dans un décor et un paysage admirable. Avec un budget assez conséquent selon le réalisateur, le tournage a duré dix semaines et la composition musicale a été signé du célèbre Fabien Strauss qui travaille régulièrement avec Franck. « …il y a eu beaucoup d’émotions dans ce film et c’est toujours intéressant en tant que compositeur de se retrouver avec toute cette pallete musicale, notamment à la fois avec les musiques de suspens et les musiques plus nostalgiques et mélancoliques. Chacun a apporté son expérience et j’avoue qu’il y avait une bonne alchimie entre nous,  d’où un vrai travail de collaboration » affirme Fabien.

Christopher LAFAYE, Professeur d’Education Physique et Sportive qui faisait ses premiers pas dans le 7è art

Franck avoue également qu’avant le tournage, il a fait beaucoup d’essais dans le casting et le jeu des acteurs pour en arriver à un tel résultat qui fait aujourd’hui couler beaucoup d’encre et de salive. Très exigeant dans le tournage, il a fallu passer 17 semaines pour le montage de « WHO ». Le jeune acteur Christopher Lafaye, Professeur d’Education Physique et Sportive qui faisait ses premiers pas dans le 7è art et qui jouait aux côtés de l’actrice Claudia Cochet, n’en revient toujours pas d’avoir contribué au succès de ce chef d’œuvre bien qu’il affirme avoir perdu 3Kg pendant le tournage ; « …C’est un film qui m’a transporté dans différentes émotions. Le personnage que j’ai incarné était difficile à jouer. Je suis passé par plusieurs émotions assez controversées et je vivais ce personnage même en rentrant à la maison ! Mais c’était une superbe aventure… J’ai rencontré Franck Phelizon en 2017 quand je finissais mes études. En discutant, nous avions tous été passionné par le cinéma et bien plus tard, après de nombreuses rencontres, il m’avait promis que dans son prochain film, il essayerait de me donner un rôle après des tests et castings. Je pensais que ça sera un petit rôle et finalement, il m’a donné l’un des rôles principaux dans ce film. C’était mon premier film, j’espère qu’il y aura d’autres et c’est une passion pour moi. Le fait d’être rentré dans ce milieu-là, ça donne envie de continuer. A la fin du tournage, j’avais un gros manque… »

Franck PHELIZON (à gauche) en compagnie de notre reporter lors de l’entretien à Cannes

Parfois philosophe, Franck Phelizon est arrivé à recontextualiser son film au regard de l’idée dont-on se fait de la vie… « …Mais la vie c’est quoi ? On ne sait pas ce qui se passera demain. On ne vit que dans l’instant présent. Si vous voulez mieux comprendre ; l’avenir n’existe pas. Si on suit profondément ce film, en réalité, on découvre des scènes qui sortent de la vie de tous les jours. Jusqu’au jour où tout se rassemble petit à petit. Bref, on constitue le puzzle où le spectateur est pris à son propre piège. Parce que sa vérité n’est pas celle qu’il avait pensé au départ »

Très scotché sur le réseau social Tik Tok qui a connu sa véritable ascension pendant le COVID, Franck est un passionné de cette application mobile pourtant très réputée à travers le monde surtout dans le milieu jeune. En trois minutes, on peut faire le « buzz » et gagner énormément d’argent. Selon lui, Tik Tok, c’est exprimer librement sa pensée et sa vérité.  En parlant aux millions de gens, on a le sentiment d’être entendu. C’est la raison pour laquelle le scénario de « WHO » corrobore parfaitement avec le contexte de cette nouvelle application, speed et digeste. « Tik Tok rapproche les êtres. On peut parler, on peut échanger, on ne peut ne pas être d’accord, on le dit mais surtout vous êtes entendus. En 3 mn on peut écrire un sujet intéressant ». Renchérit-il.

Le coproducteur Christophe MEDJAB, est également gérant de plusieurs sociétés en France

« WHO » a donc été projeté ici à Cannes et au regard du feedback positif du public, la production est satisfaite. Le coproducteur Christophe Medjab, est également gérant de plusieurs sociétés en France et de nombreux films dont « WHO » ont été tourné dans son immense propriété. Ce qui lui a rapproché de l’industrie du cinématographique. Cet expert de l’immobilier n’a pas caché sa satisfaction. « Grâce à ce film, nous allons produire d’autres films et je ne regrette même pas un seul instant d’avoir bossé avec un ami, Franck Phelizon ! Objectivement, c’est le scénario qui m’a poussé à coproduire ce film qui à mon avis, est dans l’ère du temps. Notamment les problèmes liés aux réseaux sociaux et dans la vie réelle. Pour la suite après Cannes ; nous avons été en contacte avec le président de Tik Tok France qui va promouvoir notre film. Nous avons aussi été rapproché par Netflix et Prime vidéo. Pour l’année prochaine, nous sommes déjà en route pour un autre film qui sera toujours dans l’actualité mais avec des scènes de tournage dans différents pays… ».

« WHO » n’est pas encore officiellement sorti et ce film est en attente d’une maison de distribution en France. L’équipe a brillamment été honoré, à la fois grâce à Tik Tok et lors de la montée des marches le 22 mai dernier.

Auteur de trois films : « Les Amours sécrètes » sorti en 2010, « Kickback » en 2015 et « Paranormal Investigation » en 2018, Franck Phelizon est loin d’avoir finit d’impressionner l’industrie cinématographique. Ce n’est que le début !

« Dans la vie d’un couple avec ce monde moderne, (je ne dis pas que c’est le cas de tout le monde) ; est-ce qu’on en n’oublie pas l’élément essentiel, notamment cet élément essentiel qui devient destructeur de ce que vous n’assumez pas d’être vous-même au travers de vous-même et pas au travers des autres ? » conclut le réalisateur à travers cette interrogation. Le débat reste ouvert !

Hervé David HONLA

 

 

 

 

X