Issa Aimé OUEDRAOGO : Quand va-t-il danser au Burkina ?
Regards

Issa Aimé OUEDRAOGO : Quand va-t-il danser au Burkina ?

Il fait partie des personnalités culturelles les plus respectées en France et précisément dans la ville de Cannes. Partout où il se présente, les portes s’ouvrent à lui grandement.

 

 Initiateur du célèbre Festival LES DEUX TERRES dont la 9è édition s’est achevée le 27 avril dernier dans la luxueuse salle MIRAMAR, ce burkinabè d’origine n’a jamais caché son identité et son amour pour le patrimoine national. Partout où il va, il exhibe fièrement son appartenance à la culture mossi en particulier et sahélien en général.

Danseur/Chorégraphe dans l’âme, il écume de nombreux spectacles dans l’année. Entre Connecticut, Los Angeles, Baltimore, New York (USA), Paris, Montpellier, Bordeaux, Marseille, Nantes, Strasbourg, Athènes, Vienne, Rome, Bruxelles, Abidjan, Bamako, Conakry, Libreville, Dakar…il est présent avec sa COMPAGNIE TENE (Nom donné en hommage à sa grand-mère) créé en 2007 du côté de Pabré à Needgo. Formateur professionnel, il dispense des modules de danse professionnelle dans des conservatoires à Paris, à Marseille et ailleurs.

Ce fils spirituel et héritier artistique de la légende de la danse Souleymane BADOLO, est en train lui emboiter majestueusement le pas. Issa Aimé a formé de nombreux jeunes chorégraphes africains et burkinabè qui, aujourd’hui vivent pleinement de leur métier en Afrique et en Europe.

Basé en plein cœur de CANNES, depuis une vingtaine d’années, ce natif de Ouahigouya âgé de 45 ans, hisse haut le drapeau burkinabè. Son FESTIVAL LES DEUX TERRES rassemble chaque année une dizaine de compagnies professionnelles venues d’Afrique, d’Europe et des USA. Il bénéficie d’une confiance tous azimuts et aveugle des autorités de la Côte d’Azur grâce à sa loyauté et son caractère draconien. « La danse est le premier-né des Arts et elle fait partie de mon quotidien » répond-t-il quand on lui pose la question pourquoi aime-t-il tant danser ?

Source de bonne humeur certes, la danse contemporaine est aussi et surtout une forme de communication nécessitant une bonne dose de coordination, d’équilibre et surtout de la souplesse. C’est ce que véhicule Issa Aimée Ouédraogo à travers ses spectacles. Auteur de six grandes pièces qui font le tour de la planète, notamment : l’adaptation du « Cris du Désert » (2007), « La Marche » en 2008, « De nos Jours » en 2010, « Hors ligne » en 2015, « La Toile » en 2019, il prépare une prochaine création qui s’annonce mondiale intitulée « Café Croisette ». Des chorégraphes européens joueront pour le Vieux Continent et ceux d’Afrique s’occuperont du berceau de l’humanité.

En compagnie de Xavier Ladjointe pendant le tournage

Présent également dans le 7è Art, Issa Aimé tape de plus en plus dans l’œil des réalisateurs et producteurs français. Pour avoir régulièrement tourné avec le réalisateur français Xavier Ladjointe, un documentaire sur son parcours est en cours de finition. Les séquences européennes sont terminées, il reste celles qui seront tournées en Afrique et au Burkina Faso. Pour ce projet, Xavier Ladjointe souhaite rencontrer un producteur burkinabè pour coproduire ce film qui mettra en lumière l’odyssée d’un burkinabè dévoué pour son Art.

Stage de formation pendant le festival LES DEUX TERRES

Loin d’être un inconnu dans son pays, notamment au sein de l’industrie de la danse, Issa Aimé OUEDRAOGO s’est frotté et formé auprès des immenses chorégraphes et compagnies tels que Blandine Yaméogo, la Troupe Baobab Sacré avec Dah Léon, Irène Tassembedo (Fondatrice du Ballet National du Burkina Faso), Sylvie Pagennaud, Auguste Ouédraogo, Hind Benali, la Compagnie Salia Ni Seydou, Carolyn Carlso, Souleymane Badolo, Salia Sanou, Sako Ousséni, Musa Hlatshwayo d’Afrique du Sud ou encore Norbert Sénou. Il exécute surtout avec perfection toutes les danses burkinabè : Du Warba au Djecka en passant par la danse Gourmantché, Lobi, Binon, Wiiré, Liwaga etc.

 

Il est donc invraisemblable selon certains férus de l’Art contemporain qu’Issa Aimé ne soit pas régulièrement présent au Burkina Faso pour des spectacles. D’autant plus que ce pays fait partie des grandes capitales de la danse dans le monde. « …J’estime que je n’étais pas encore prêt. Aujourd’hui, je suis disposé et disponible à partager ma modeste expérience pour le bien de mon pays. » Affirme-t-il.

Certes, Issa vient de temps à autre au Faso, mais il confirme qu’il sera en fin d’année au Burkina, au Mali et Libreville pour des rencontres professionnelles. On espère le voir dans un des festivals tels : DIALOGUES DE CORPS ou le FIDO pour mieux le découvrir.

Hervé David HONLA

 

 

 

 

 

X