Festival BENKADI Acte 4 : Le brassage était au rendez-vous
Regards

Festival BENKADI Acte 4 : Le brassage était au rendez-vous

La quatrième édition du festival BENKADI a eu lieu le samedi 18 mai à Neupré en Belgique en présence des autorités consulaires, administratives et politiques de la Belgique et du Burkina. Une édition qui aura connu toutes ses promesses au regard de la présence significative de la communauté burkinabè.

 

Né de la volonté d’une dame communément appelée Fatou Malia, une jeune burkinabè restauratrice de formation opératrice économique, Fatou est également très attachée aux activités sociales et humanitaires de son pays. Chaque année, elle réalise des activités de don au profit des femmes et enfants en situation difficile au Burkina.

En initiant également ce festival, l’objectif primordial est aussi de collecter des fonds pour les familles endeuillées par la situation précaire que vit le Burkina depuis huit ans. Le festival BENKADI comme l’a toujours voulu la promotrice, est un rendez-vous de partages et d’échanges entre communautés de divers horizons.

C’est la raison pour laquelle, cette édition avait une saveur particulière. Les burkinabè sont de plus en plus présents en Europe et notamment en Belgique. Trouver des cadres d’échanges et d’opportunités de débats sur des voies et moyens pour investir au Burkina ne peut que se faire autour d’un festival de ce genre. C’est ainsi que le comité d’organisation a compartimenté ce festival en deux principaux axes : Une rencontre de partage et d’échanges en matinée et dans la nuit, une soirée festive et dansante.

Karim OUATTARA, DG de la Maison de l’Entreprise

Entre expositions des produits locaux bio et animations dans la matinée, le public venu nombreux a surtout eu l’honneur d’assister à deux conférences débats : le premier portait sur « l’entreprenariat au Burkina Faso » animé par le Directeur Général de la Maison de l’Entreprise en occurrence Karim Ouattara. Le second portait sur l’environnement et le climat animés par deux activistes dévoués belges et membres d’une association sur la protection de l’environnement.

Karim Ouattara comme certains le disent, est un pur produit de la Maison de l’Entreprise. Il aura bâti plus de 90% de sa carrière dans cette maison et il a eu à travailler avec les anciens directeurs généraux. Ça fait plus de 18 ans qu’il travaille dans la maison. S’entretenir donc avec la diaspora et surtout les nombreux investisseurs Belges qui étaient présents à la conférence, était donc une belle opportunité pour le DG de présenter le Burkina, notamment les avantages et opportunités à investir au Faso. C’est avec attention que l’assistance a suivi cette conférence et s’en sont suivis de longs échanges fructueux dans la salle et en dehors. Les festivaliers ont également suivi avec attention la seconde communication sur le « Climat et moi » animé par les deux conférenciers belges.

La soirée a connu une présence particulière voire historique de la communauté burkinabè à Neupré. Selon Fatou : « Nous avons toujours reçu beaucoup des amis belges et les burkinabè étaient presque absents… ». Aujourd’hui, elle se réjouit que les compatriotes soient sortis massivement. Hommes, femmes et enfants ont assiégé la salle « Coude à Coude » pour assister à une soirée féérique qui a surtout vu la présence de l’Ambassadeur du Burkina Faso en Belgique S.E.M. Léopold BONKOUNGOU. Ce qui crédibilise davantage le Festival BENKADI et l’Ambassadeur n’a pas hésité à saluer ce festival : « Je me réjouis de voir de telle initiative qui rassemble connaître un succès. J’invite la communauté burkinabè à fédérer leurs actions pour soutenir les efforts de paix entamés au Burkina Faso » a-t-il précisé en substance.

l’Ambassadeur du Burkina Faso en Belgique S.E.M. Léopold BONKOUNGOU.

Présenté par un duo burkinabè avec surtout l’ex célèbre journaliste sportif de SIDWAYA, Jérémie Nion au micro, aujourd’hui en service à l’Ambassade du Burkina Faso à Bruxelles ; la soirée a commencé à prendre forme avec un impressionnant défilé de mode, à la suite des discours et des hymnes nationaux Belge et Burkinabè.

Le clou de la soirée a connu la présence de la diva de la musique burkinabè, Hawa BOUSSIM qui a « bouleversé » toute la salle. Les belges qui la découvrait pour la première fois, ce sont progressivement mués dans la l’ambiance. Car, au fur et à mesure qu’ils écoutaient la rythmique afro contemporaine de la KUNDE D’OR 2018, ils s’emportaient dans les déhanchements aux cotés de l’artiste qui déambulait sur les allés de la salle.

Fatou Malia et Hawa BOUSSIM

Elle a déjà écumé 22 spectacles ici en Europe depuis le mois de février 2024 qu’elle est en tournée. Elle prendra une pause pour rentrer au Burkina avant de revenir pour la seconde phase de sa tournée mondiale qui l’amènera aux USA. Elle a accordé une interview spéciale à OXYGENE MAG que vous lirez bientôt dans nos colonnes.

 

Au cours de cette soirée, le public s’est vu offrir un buffet des plus copieux. Tous ceux qui ont eu la chance d’y être se sont servis à volonté sur les mets typiquement locaux venus tout droit du Burkina Faso concoctés par la célébrissime Mam Sank, assisté des Chefs belges.

Forte présence de la communauté burkinabè

Au regard de l’ampleur de ce festival, il serait néanmoins important que la soirée soit davantage garnie par la représentation de plusieurs arts et d’autres communautés. De l’humour, de la danse avec la participation des artistes des autres pays ; belge, malien, ivoirien, camerounais, sénégalais et autres…. Ceci dans le but de fédérer un vrai brassage autour d’un festival initié par le Burkina Faso.

Le festival BENKADI devrait prôner l’ouverture des cultures pour une meilleure collaboration et exportation de nos valeurs culturelles endogènes. Mais tout ceci ne doit pas seulement être porté financièrement par la promotrice mais aussi par les différentes institutions qui y trouveront un intérêt particulier.

Hawa BOUSSIM, Aya Burkina et Adolph ZERBO

Une soirée qui aura également connu un franc succès grâce la présence impressionnante de la communauté burkinabè dont on accuse de ne pas soutenir les initiatives de leurs compatriotes. L’ex footballeur international burkinabè Patrick ZOUNDI était au four et au moulin dans l’organisation épaulant bien sûr la promotrice Fatou Malia.  Le technicien audiovisuel burkinabè Adolp ZERBO, très réputé en Europe était sollicitée de partout pour immortaliser l’évènement. La communauté burkinabè venue de Luxembourg n’a pas marchandé sa participation.

AYA BURKINA posant avec son trophée 12 PCA 2024

La responsable de BARKWENDE AFRIKA FESTIVAL, Hadji MALZ née NASSOURI était présente et n’a pas caché sa satisfaction quant à la réussite de cette quatrième édition. La chorégraphe professionnelle Aya Burkina, lauréate des 12 PCA 2024 (Meilleure chorégraphe de la diaspora) a reçu enfin son trophée.

Une collecte de fonds et une tombola suivie d’une animation « bal-poussière » sous la direction du DJ Camerounais DJ PHENIX ont mis fin à cette édition qui restera gravé dans les anales du comité d’organisation de ce festival. Le rendez-vous est pris pour Mai 2025.

Hervé David HONLA

 

 

X