Mouvement MeToo à Cannes : Ça ne badine pas !
Edito

Mouvement MeToo à Cannes : Ça ne badine pas !

Pendant qu’au Burkina, nous avons d’autres priorités : notamment le retour à la paix, la cohésion sociale et le vivre ensemble. Dans d’autres contrées, la question fondamentale du respect et du droit des Femmes est plus que d’actualité. Le mouvement MeToo. En appelle à la vigilance lors de cette 77è édition du festival de Cannes.

A l’orée de la célébration du 77è Festival de Cannes, ça gazouille dans les coulisses des différentes commissions sur ce mouvement social dont l’objectif premier est d’encourager la prise de la parole des Femmes, mais aussi leur présence à des postes de responsabilités majeures tant dans l’organisation que dans le choix dans des compétitions.

Ce mouvement dénonce sans indulgence ni mansuétude le viol, la violence et les agressions sexuelles des femmes dans le 7è Art. Selon ce mouvement ; ces pratiques deviennent de plus en plus récurrentes. Les membres vont même jusqu’à affirmer qu’il y a des réalisateurs et acteurs du monde du cinéma présents cette année à Cannes, qui seraient auteurs des actes odieux sur les femmes.

La cérémonie d’ouverture de la 77è édition aura lieu demain (14 mai 2024) suivie de la projection du premier film « Le Deuxième acte » du réalisateur Quentin Dupieux. C’est une femme Greta Gerwig qui présidera le jury des longs métrages en compétition officielle. 22 films seront en Compétition, dont 4 films sont réalisés par des femmes. D’aucuns pensent que le mouvement MeToo pourrait venir faire du tohubohu.

Interrogée en début mai par un journal français le Paris Match la Présidente du festival de Cannes Iris Knobloch a précisé qu’ils étudieront ce sujet au cas par cas : « Si le cas d’une personne mise en cause se présentait, nous veillerions à prendre la bonne décision au cas par cas, en concertation avec le conseil d’administration et les parties prenantes ».

La Présidente du festival de Cannes Iris Knobloch

Ce mouvement MeToo a vu le jour en 2007, mais c’est exactement en 2017 qu’il a pris de l’ampleur à la suite de « l’affaire Weinstein ». En effet ; l’ex-producteur américain du nom de Harvey Weinstein avait été condamné à 16 ans de prison pour viol et agressions sexuelles. Depuis lors ce mouvement est devenu un moyen de revendication des droits des femmes. MeToo va également au-delà des questions de droit en prenant en compte les violences sexuelles et sexistes en général, ainsi que la nécessité d’adopter des réformes concernant certaines politiques et lois.

C’est en somme une prise de conscience quant au respect des droits des femmes et une dénonciation féroce sur les violences sexuelles, le harcèlement sexuel et la discrimination basée sur le sexe lié à l’abus de pouvoir. Malheureusement beaucoup de femmes victimes de ces violences à caractère sexuel restent silencieuses et n’osent pas en parler. C’est donc l’une des revendications clé de ce mouvement. 

Aujourd’hui donc et travers ce festival, le mouvement MeToo veut utiliser ce prestigieux et célèbre rendez-vous du cinéma mondial comme une tribune pour les nombreuses victimes, dans le but de soulever ce débat sur la culture de l’impunité.

Certes ce phénomène est de plus en plus fréquent en Occident mais l’Afrique en général et le Burkina en particulier ne sont pas exempts.

Rappelez-vous de l’affaire de L’actrice burkinabè Azata Soro dont son visage avait été « charcuté » à l’aide d’une bouteille par un réalisateur en 2017. Lors du FESPACO de la même année, le mouvement MeToo était alors monté au créneau pour dénoncer cet acte abject. On connaît tous la suite…

Hervé David HONLA

 

Leave feedback about this

X