L’expertise de la diaspora burkinabè sollicitée ailleurs
Edito

L’expertise de la diaspora burkinabè sollicitée ailleurs

Le potentiel économique, technique et socioculturel de la diaspora burkinabè joue un rôle essentiel dans le développement des pays de provenance des migrants. Ceci est d’autant plus impressionnant que cette diaspora engrange des résultats mirobolants dans d’autres pays que le Burkina Faso. Le cas du groupe KMT, une entreprise 100% burkinabè installée en France qui fait des merveilles en Afrique dans le domaine de la sécurité informatique.

 

« A chaque fois que nous proposons nos services dans notre pays au Burkina Faso, notre expertise est rejetée en bloc. Nous avons touché tous les départements et toutes les plus hautes autorités du pays, mais les réponses ont été négatives » affirme Georges Désiré Sia, Expert en informatique et cybersécurité et administrateur du groupe KMT. En effet, le groupe KMT est une structure qui intervient dans la sécurisation informatique, l’authentification et l’identification des données informatiques. Réputé pour apporter des solutions digitales fiables et hautement sécurisées avec des techniques de dernières générations, cette entreprise est pourtant présente dans plusieurs pays à savoir : La France, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et la République Démocratique du Congo.

 

Ce jeune burkinabè de quarante ans a constitué un véritable consortium de professionnels burkinabè les plus chevronnés dans le domaine de l’informatique qui font aujourd’hui la fierté des utilisateurs dans les domaines d’activités tels que ; la lutte contre la fraude documentaire notamment l’authentification de documents d’identité, des documents administratifs. L’identification d’individus par empreintes digitales et surtout la sécurisation des documents physiques ou numériques. Dans un pays comme le Burkina Faso ; le gouvernement actuel est à la traque acharnée des fraudeurs de l’administration publique. Une telle entreprise dirigée de main de maître par des compatriotes burkinabè, leurs expertises devraient être sollicité.

Installé à Nice en France, le Groupe KMT est exclusivement dirigé par des migrants burkinabè bien intégrés dans ce pays d’accueil. Il devrait également contribuer fortement au développement du Burkina Faso. Leur intégration et engagement en faveur du pays d’origine ne sont pas antinomiques. Pourtant, le potentiel technique, économique et socioculturel de notre diaspora devrait jouer un rôle essentiel dans le développement du Burkina Faso. Mais selon Georges Désiré Sia, cette diaspora est plutôt indésirable et même combattue dans leur pays. « Nous avons pourtant des solutions idoines sur certains domaines d’activités au Burkina Faso que nous souhaitons les offrir. Mais, les décideurs répondent pour se débarrasser de nous : qu’ils vont nous contacter. Après ils rangent nos propositions dans les tiroirs. » renchérit Georges. Le groupe KMT intervient pourtant dans plusieurs secteurs : Forces de Défense et de sécurité, Banques, Télécom, Hôtels, les Ambassades, Consulats, les Ministères, les Ecoles supérieures, le transport urbain et interurbain, les mairies, les hydrocarbures, l’administration publique etc.

En Côte d’Ivoire, en France, au Sénégal et en RDC le groupe KMT est présente de la plus belle manière depuis des années dans le domaine de la cybersécurité, de la sécurisation des documents physiques ou numériques notamment dans le foncier. Au-delà des multiples services que le groupe KMT offre, il forme également les utilisateurs notamment les entreprises, les particuliers et les Tops managements. Notamment dans la connaissance et la compréhension des enjeux de la cybersécurité.

Georges Désiré Sia, Expert en informatique et cybersécurité et administrateur du groupe KMT.

 

Quand on sait l’imbroglio total qui règne au Burkina Faso en termes de faux diplômes, de fausses cartes nationales d’identité, de faux actes de naissance et de corruption au niveau du foncier, le groupe KMT pourrait être la solution.

« Nous pouvons mettre à la disposition des institutions burkinabè des moyens matériels et techniques informatiques de pointe de régulation, de contrôle et d’identification des documents officiels. Avec des formations des utilisateurs pour une meilleure optimisation des données et des archives. L’Etat serait le seul contrôleur et le seul garant avec une emprise totale du domaine et de l’hébergement. Malheureusement les méthodes de contrôle, d’identification et d’enregistrement des documents officiels restent archaïques et obsolètes au Faso. Cela favorise la fraude et la corruption. Nous avons la solution ! » Conclut Georges Désirée Sia.

( PH Studio Yafa)

L’instauration de partenariats étroits entre les Etats, les organisations d’aide au développement et surtout la diaspora devraient permettre de mieux tirer profit du potentiel inhérent de nos compatriotes ingénieux.

Hervé David HONLA

 

Leave feedback about this

X