Festival International du Graffiti 2: Les Murs Ont des Oreilles
Potins Regards

Festival International du Graffiti 2: Les Murs Ont des Oreilles

Du 16 au 20 janvier 2024, la deuxième édition du Festival International du Graffiti, également appelé Graff Saha, a pris d’assaut les rues de Ouagadougou sous le thème évocateur “Les Murs Ont des Oreilles”.

Le coordonnateur Manoos

 

Initié par des passionnés, ce festival social vise à transformer la capitale burkinabè en une toile vivante, riche en images et en histoire. Le coordonnateur de l’événement, l’artiste Manoos (Ousmane Guigma), souhaite également apporter une valeur ajoutée aux jeunes amateurs de graffiti, en mettant en avant cet art souvent méconnu au Burkina Faso.

Christian Macaire Bayala du Mali

 

L’objectif principal de ce festival est de promouvoir le graffiti au Burkina, tout en transmettant des messages forts et en participant activement à la formation des artistes. Manoos souligne que le graffiti, en tant que discipline du mouvement Hip Hop, est un moyen de communication puissant permettant de véhiculer des messages significatifs.

Le festival propose un programme diversifié, comprenant des ateliers de formation au siège de l’association African Initiative les 16 et 17 janvier, suivis de la création de fresques murales les 18 et 19 janvier 2024 sur les murs de la cantine de l’aéroport. Les activités se poursuivent avec des expositions-ventes de t-shirts Saha, culminant avec le concert 100% hip hop à l’espace Nouvelle Option à Bonheur Ville le 20 janvier.

Le coordonnateur du festival exprime sa satisfaction quant à la participation accrue du public cette année. Manoos souligne que près d’une quinzaine d’apprenants ont rejoint cette édition, illustrant l’engouement croissant pour cet art au Burkina Faso.

Un moment de joie et de soutien, le festival a accueilli des artistes internationaux, dont le graffeur Christian Macaire Bayala venu du Mali. Pour lui, dédier ses œuvres aux Forces Armées Maliennes (FAMA), aux Forces de Défense et de Sécurité (FDS), et aux Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) est un geste de gratitude envers ceux qui ont rendu possible son voyage sans encombre jusqu’à Ouagadougou.

Ce festival du graffiti, ouvert à tous sans distinction, dévoile l’ampleur de l’intérêt suscité par cet art au Burkina Faso. Au-delà de la créativité visuelle, il crée un espace d’échange, de formation, et de célébration, contribuant ainsi à ancrer le graffiti dans le tissu culturel du pays.

Gisèle Belem

X