Live

Dialogues de Corps 2023 : La Danse Contemporaine au Service de la Réflexion et de la Résilience

Le mardi 5 décembre 2023, Salia Sanou, Directeur du Centre de Développement Chorégraphique (CDC) la Termitière, a tenu une conférence de presse nationale pour présenter la 14e édition du festival “Dialogues de Corps“. Prévu du 9 au 16 décembre à Ouagadougou, au Burkina Faso, cet événement majeur de la danse contemporaine en Afrique se distingue cette année par sa collaboration avec le Festival International Ciné Droit Libre.

Porté par le CDC la Termitière, le festival met en avant la création et la diffusion artistique, offrant une plateforme aux talents émergents du continent et aux chorégraphes internationaux. La 14e édition, intitulée “Une histoire du corps“, explore le rôle du corps dans notre rapport au monde et à l’humain.

Salia Sanou, Directeur du Centre de Développement Chorégraphique (CDC) la Termitière

Salia Sanou souligne le contexte préoccupant, marqué par l’insécurité et la montée de l’extrémisme violent, appelant l’Art et la Culture à se positionner comme outils essentiels pour questionner et répondre à ces défis. Les créations présentées lors du festival aborderont des thèmes tels que ; la résilience, l’accès aux droits, la liberté et la solidarité, portées par une nouvelle génération de chorégraphes.

La conférence de presse a également mis en lumière le Festival Ciné Droit Libre, célébrant ses 17 ans d’engagement en faveur des droits humains et de la liberté d’expression en Afrique de l’Ouest francophone. Les deux festivals uniront leurs forces lors d’une cérémonie d’ouverture commune le 9 décembre 2023 au Théâtre Populaire.

Abdoulaye DIALLO, du Festival Ciné Droit Libre

 

La participation de pays tels que ; l’Afrique du Sud, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, le Mali, le Sénégal et d’autres promet une diversité culturelle riche. Les organisateurs invitent chaleureusement le public burkinabè, en particulier les acteurs du cinéma, de la défense des droits humains et de la danse contemporaine, à marquer de leur présence cette cérémonie d’ouverture symbolique célébrant la culture, les droits humains et la créativité artistique en Afrique.

N’douonmou Aïda

 

Quitter la version mobile