Bilan des NAK 2023 : 50.000 festivaliers en 5 jours
Live

Bilan des NAK 2023 : 50.000 festivaliers en 5 jours

La 28è édition des Nuits Atypiques de Koudougou (NAK) s’est achevée le dimanche 3 décembre sur son site avec une prestation héroïque de SMARTY devant une foule impressionnante malgré le froid. Que pouvons-nous retenir de cette édition ?

Prévus se dérouler du 29 novembre au 3 décembre sous le thème : « Culture et Agriculture », les NAK, c’est un secret de polichinelle, est le rendez-vous privilégié des koudougoulais ! La cité du Cavalier Rouge vibre chaque année aux rythmes de ce festival qui est porté depuis une presqu’une trentaine d’année par l’association Benebnooma. Cette association a su rassembler autant de bonnes volontés et des hommes et femmes d’actions bénévoles qui œuvrent pour l’émancipation des enfants et des jeunes défavorisés en offrant un avenir. Depuis 1999, cette association travaille main dans la main dans ce sens.

L’ancien 1er Ministre Luc Adolphe TIAO

 

L’édition 28 des NAK s’est déroulée dans un contexte de résilience accrue avec une volonté ferme, de promouvoir l’interculturalité et le vivre ensemble à travers l’art et le spectacle. Raison pour laquelle, les autorités gouvernementales n’ont pas marchandé leur participation et leur présence à Koudougou. Basolma Bazié considéré comme le « super Ministre » de la transition, le MCCAT Rimtalba Jean-Emmanuel Ouédraogo et bien d’autres ont fait le déplacement de Koudougou.

Koudbi KOALA en compagnie de son épouse

 

En ouvrant cette 28è par une cérémonie sobre mais profondément culte, le contenu forgeron KPG a davantage circonscrit le thème de cette édition. Le pouls de la cité, au démarrage de cette édition, était morose, voire maussade sur la tenue des NAK. De l’avis des certains ressortissants ; « Les NAK n’apportent rien à la cité…le promoteur Koudbi Koala en a fait un festival familier…son fils est devenu le principal ordonnateur…Le promoteur n’est pas solvable, c’est l’année d’après, à la veille des prochains NAK qu’ils soldent certains crédits… » etc. C’est la rhétorique que nous entendions de la part des frondeurs dans les rues de Koudougou.

Des tenanciers réputés de stands et propriétaires des maquis et discothèques ont refusé de participer aux NAK cette année parce que le promoteur leur devait d’importante somme d’argent sur les bons de consommation. Tout a véritablement pris forme sur le site à partir du troisième jour où ; marchands, riverains, le public et les exposants sur le site ont commencé à trouver le sourire.

Le comité d’organisation quant à lui, évoque un certain amalgame dans la compréhension du fonctionnement des NAK. « …Les NAK ont été fondé par une association et cette association mène plusieurs activités sociales, humanitaires et culturelles pour le bien des populations et surtout des familles nécessiteuses depuis 1999.  Elle se garde d’énumérer ce qu’elle a fait de concret et d’innovant dans cette région. Les Nuits Atypiques de Koudougou ne sont qu’un maillon des activités de l’association. Mais malheureusement, beaucoup pensent que les NAK sont dirigés par Koudbi Koala. Pourtant c’est l’association qui supporte toutes les  charges et les difficultés financières qui surviennent chaque année » affirme le responsable en charge de la communication Simon Gansaoré   

Malgré le tronçon cabossé sur moins d’un kilomètre qui mène tout droit sur le site, les festivaliers n’ont trouvé aucun inconvénient à s’y rendre massivement sur les lieux pour vivre en direct la pléthore des activités culturelles que proposaient le comité d’organisation de jours comme de nuits.

L’un des moments majeurs de cette 28è édition est incontestablement le colloque international sur le thème « Culture et agriculture » organisé conjointement avec l’Université Norbert Zongo de Koudougou et les NAK les 1ers et 2 décembre. Enseignants, chercheurs, experts sur les questions environnementales et les acteurs culturels et ceux du monde de l’agriculture venus des quatre coins du continent se sont appesantis sur les différents sous thèmes en lien avec le thème général. Il s’agissait entres autres de : « Culture et agriculture dans la littérature écrite et orale », « culture et agriculture dans les arts, » « culture et agriculture dans les sciences humaines et sociales »« cultures et agricultures dans les sciences exactes ». Un colloque qui a connu une participation effective et assidue de nombreux étudiants et panélistes, dirigé surtout par le Vice-Président de l’Université Norbert Zongo, Dr Doua Gnabahou. L’ancien Ministre de l’Enseignement Supérieur, Pr Alkassoum Maïga s’est longuement intéressé sur les différentes sciences ; la science moelle, de la science exacte et de la science sociale.

Le Lauréat du Prix Koudbi KOALA

 

Une édition qui n’a pas dérogé à sa règle en termes d’animations culturelles. Plus de 10 partenaires se sont associés à l’événement avec surtout dans animations publiques qui ont permis à de nombreux festivaliers de repartir avec des lots impressionnants. TELECEL partenaire officiel avait déployé toute son équipe de communication sur le site et son armada de kit d’animation dernière génération. Les festivaliers se donnaient à cœur joie dans leur stand VIP pour des exercices hallucinants et distrayants. SODIBO à travers son produits Brakina en a fait autant, LONAB, MALIA, CANAL+ et bien d’autres. Mais, au regard de la disposition du second plateau monté de toute pièce, certains annonceurs ont estimé que c’était discriminatoire. Pourquoi installer un petit plateau de fortune en plein milieu du site ? Cela n’offre pas une visibilité totale à tous les festivaliers et selon eux, ça n’apporte aucun impact dans leur communication. Il serait opportun de disposer le second plateau devant le public de façon mitoyenne avec le grand podium. Ce qui donnerait une bonne visibilité pour l’ensemble des festivaliers.

Animations TELECEL

 

La grande innovation des NAK cette année aura été la partie régie son, lumière et…vidéo ! Eh oui ! Enfin les écrans LED avaient été déployé sur le site. Ce qui a facilité la visibilité et a surtout servi de relai d’images sur le site pour ceux et celles qui ont choisi s’assoir au bout du site. Le directeur technique de toute la régie, Issouf BALIMA aux cotés des experts du domaine, ont offert un backline et une régie digne d’un festival international. Aucune ou presque pas de fausse note en termes de décibels et de rendu du spectacle.

La grosse déception du plateau musicale cette année a été l’artiste ivoirien Fior 2 Bior. Venu au Burkina comme si on lui avait obligé, il a été dédaigneux devant le public des NAK, donnant une prestation fade teintée d’un rendu à la limite burlesque. « …Que les NAK ne nous amène plus jamais un artiste médiocre comme celui-là ! » affirme Armel Bationo. Par contre Tiken Jah Fakoly, Freeman Tapily, Hawa Boussim et surtout Smarty ont été homériques et audacieux.

Hawa BOUSSIM a impressionné par sa voix

 

Progressivement, les responsables des stands surtout gastronomiques, ont retrouvé leur sourire à partir du troisième jour. « J’ai fait une bonne affaire, c’est ma première fois d’exposer aux NAK et j’avoue que tous les soirs mon stock de boissons et de grillades finissaient. J’ai sous-évalué mes provisions et minimalisé mon fonds d’investissement » affirme un exposant. Selon le Koudbi Koala, coordinateur des NAK, c’est environ 50 000 festivaliers qui ont pris part sur le site pendant cinq jours. Preuve que l’engouement des NAK ne s’estompe pas d’autant plus que, bons des festivaliers viennent aussi des autres localités ; Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Zorgho, Fada, Ouahigouya etc.

Basolma Bazié, Ministre d’Etat

 

L’intervention du Ministre d’Etat Basolma Bazié à la clôture des NAK s’est transformé en un meeting de soutien au régime, au leitmotiv du peuple burkinabè et même aux excuses à l’endroit du Gouverneur de la région. On ne sait pas quelle bisbille ou incompréhension il y aurait eu entre le Ministre et le gouverneur au point de vouloir s’en excuser publiquement. Toujours est-il que le « super Ministre » a souhaité, et a même promis qu’avant la tenue de la 29è édition des NAK qui aura lieu du 30 novembre au 4 décembre 2024, le gouvernement aura déjà triomphé avec les forces du mal qui endeuillent notre population.

Hervé David HONLA

 

X