NAK jour 3 : L’honneur revient aux techniciens
Live

NAK jour 3 : L’honneur revient aux techniciens

La troisième journée des Nuits Atypiques de Koudougou qui a connu son épilogue le 1er décembre par la prestation légendaire de Tiken Jah Fakoly sur le site, doit son succès grâce à l’ingéniosité des ingénieurs de son et de lumière burkinabè.

 

La troupe Songr-La-Bangré de Villy, l’Orchestre des Forces Armées Nationales (OFAN), Freeman Tapily et Tiken Jah Fakoly étaient les artistes qui avaient la lourde tâche d’augmenter le mercure à cette 28è édition des NAK qui avait commencé timidement les deux premiers jours. La journée de vendredi se devrait donc de passer à une vitesse supérieure surtout qu’une célébrité mondiale était à l’honneur.

C’est à 23h que les décibels ont véritablement rompu le silence du grand bakcline du podium principal dirigé par Issouf BALIMA. Le MC principal Nasser Sanou aux côtés du très charismatique humoriste Johnny-Johnny de Génération 2000, ont rassuré les milliers de festivaliers impatients du lancement des hostilités.

Très rassurés de la présence de l’ingénier de son Oubda Eliézer et d’ARIEL et d’Alassane, les artistes n’ont pas caché leur satisfaction lors de la balance et pendant le rendu de leur prestation.

La troupe Songr-La-Bangré de Villy l’a démontré parfaitement sur scène en ouvrant le bal des passages d’artistes. La cantatrice est apparue décontractée sur scène, allant même jusqu’à dialoguer avec l’auditoire. Pour le l’OFAN, ils ont plutôt adopté la posture de l’animation musicale sur scène avec les prestations des œuvres musicales classiques et d’anthologie. Un passage qui a eu l’honneur de provoquer enfin les jubilations des festivaliers à cette 28è édition. Freeman Tapily a confirmé tout le bien que le comité d’organisation des NAK pense de lui. Sa prestation bénévole l’année dernière sur le même site pour combler la longue attente de Roselyne LAYO, a donc payé ce soir-là. Assez discipliné sur scène, grâce à une bonne balance et avec un backline d’appoint, l’artiste reggae man (fan d’Alpha Blondy), a donné une prestation exemplaire, malgré la fatigue de sa voix. Tiken Jah Fakoly ne demandait que ça ! Venir jouer au Burkina dans la période du contexte sécuritaire difficile. Pour lui, c’était une opportunité non seulement d’apporter son soutien, mais aussi de passer un message tout en entretenant sa santé musicale afin qu’on ne l’oublie pas. Le public qui est sorti nombreux essentiellement pour Tiken, n’aura pas fait le déplacement inutile. Le Rasta leur aura donné le spectacle qu’ils espéraient.

Quant aux responsables des stands boissons et gastronomie, ils ont été unanime avoué qu’ils ont fait de bonnes affaires. La moindre chaise était convoitée sur le site et les stocks de provisions alimentaires et de boissons de la journée étaient fini dans la majorité des stands à 3h quand Tiken Jah Fakoly gambadait encore sur scène avec ses musiciens. « …C’est vraiment aujourd’hui que le festival a commencé pour nous. Nous sommes fiers de l’engouement du public et de la recette, malgré la fatigue » affirme Jovial Benie

Le mérite revient à l’ensemble de l’équipe technique de la scène. Des jeunes burkinabè très érudits en Afrique en matière de régie son, lumière et vidéo.

Hervé David HONLA

X