FEMULIG Act8 : Rester focus sur les objectifs
Regards

FEMULIG Act8 : Rester focus sur les objectifs

Comprendre le fonctionnement organologique des instruments de musique en vue d’optimiser les techniques de spectacles. Il est à la fois important de connaitre les principes fonctionnels des instruments, les caractéristiques de jeu des acteurs et le fonctionnement des différents outils. C’est ce à quoi le Festival de Musique Live de Gounghin (FEMULIG) s’y attèle depuis huit années déjà. L’édition 2023 aura lieu du 23 au 26 novembre 2023 à la Place de la Femme à Gounghin. Le comité d’organisation a rencontré la presse nationale le 12 octobre dernier au Centre Napam Beogo sise au secteur 9.

« Le Rôle de la place du musicien instrumentiste à l’essor de la musique au Burkina Faso » tel est le thème central de cette 8è édition qui s’annonce en grande pompe. Fondé grâce à l’association l’Ensemble Musical le Levain (EMUL), le FEMULIG a pour vocation d’instaurer une véritable plate-forme de promotion de la musique live en mettant bien évidement les musiciens instrumentistes en exergue.

Si le terme d’instrumentiste recouvre une large palette de possibilités, il s’agit toujours d’un artiste qui met l’objet musical sur le devant de la scène. Les instrumentistes sont en effet des musiciens qui excellent dans leur domaine. Ils se sont exercés pendant des années, souvent au sein des orchestres de musique ou aux cotés des artistes chanteurs. Ils connaissent parfaitement leur instrument. Pianiste, violoniste, clarinettiste, batteur, trompettiste, guitariste, etc. Il existe énormément d’instrumentistes en solo ou en groupe. En somme ; l’instrumentiste est le musicien idéal pour installer immédiatement une ambiance originale et intimiste lors d’un évènement. La proximité que possède l’artiste avec le public permet une convivialité et une émotion naturelle qui seront palpables aussi bien chez les enfants que chez les adultes. Une certaine curiosité se met en place pour découvrir l’instrument et partager un moment inoubliable en osmose.

Le coordonnateur du FEMULIG Kpanyane Somé N. Maximilien Aristide à travers l’un des objectifs de ce festival qui est de « faire connaître au public les instruments de musique aussi bien modernes que traditionnels à travers les prestations instrumentales ». C’est surtout ce à quoi ce festival marque sa particularité et sa différence.

Par conséquent, il devrait principalement axer sa communication et ses activités sur cet objectif. Un tel festival, contrairement aux autres devrait, tout au long de sa célébration déployer d’innombrables ateliers par module et par filière d’instrument pour faire valoir chaque entité de la filière musique. Un accompagnement conséquent devrait plutôt être orienté à ce niveau.

  • Présentation en atelier et découvertes des différentes familles d’instruments : section des bois, section des claviers, section cordes et section des cuivres et section des percussions.
  • Ateliers de démonstration et de partage avec les festivaliers et les artistes en herbe (Masterclass)
  • Séances de performances musicales tous les soirs
  • Conférence débats autour du thème
  • Séance enfants/jeune/découverte

Le FEMULIG a la réputation de rassembler l’ensemble des musiciens instrumentistes du Burkina Faso ; Une opportunité pour tous, de parler d’une même voie dans ce festival en se formant en réseau, tant sur le plan national qu’international. A chaque festival, le FEMULIG devrait pouvoir proposer une palette d’instrumentistes pour postuler dans des stages ou des bourses de formation et de renforcement de capacité dans d’autres pays. Un réseau puissant et efficace avec des instrumentistes reconnus sur le plan international peut être mis en branle avec comme socle d’appui et d’accompagnement des structures telles que ; le Goethe Institut, l’Union Européenne, le PNUD, la Coopération Suisse, l’Ambassade d’Allemagne, d’Amérique etc.

Le FEMULIG devrait à la fois avoir une approche élitiste et festive et non populaire et vulgaire, d’où une réorientation de ses objectifs qui n’ont aucune similitude avec les festivals de brochettes et boissons alcoolisées. Même l’approche des partenaires devrait être différent ainsi que le cadre d’expression artistique. Des salles et studios de répétition doivent être investis en journées et les soirs des showcases de démonstration avec surtout une main tendue aux instrumentistes venant des autres pays du continent et de l’occident.

Soucieux de la place qu’incombent les instrumentistes dans la chaîne industrielle musicale, le FEMULIG a instaurée une soirée dédiée à ces dernières à travers laquelle, seront décernés les trophées des instruments de talents. Baptisée les « TAM-TAM du FASO AWARDS », cette cérémonie récompensera les instrumentistes les plus performants et parfois oubliés dans notre environnement culturel et artistique. Loin d’être une compétition, les Tam-tams du Faso Awards vont plutôt honorer les instrumentistes traditionnels et modernes afin que l’opinon nationale reconnaisse leur mérite.

Iwaoga SIMPORE (PDG SIMPO SERVICES INTERNATIONAL) Parrain du FEMULIG

 

Porté cette année comme parrain par l’homme culturel de l’année, Iwaoga SIMPORE (PDG de SIMPO SERVICES INTERNATIONAL) qui a décidé de ne ménager aucun effort pour confirmer tout le bien dont les autorités pensent de ce festival. Le Ministère de la Communication, de la Culture, des Art et du Tourisme a toujours été au côté de ce festival, mais son coordonnateur Maximilien SOME souhaite que d’autres organismes en fassent autant voire plus. Car avoue-t-il, le FEMULIG est unanimement apprécié, mais reste l’un des rares festivals d’un âge qui traine encore dans la quête de financements.

Hervé David HONLA

 

 

X