Ladies Tapis Rouge

Le FIFF rend hommage à Jacqueline PIERREUX

Exif_JPEG_420

La salle de cinéma CAMEO a été le théâtre hier, 3 octobre 2023 d’une soirée spéciale pas comme les autres depuis le lancement de la 38è édition du FIFF. En effet, le festival de Namur a rendu un vibrant hommage à la pionnière de la production cinématographique belge en la personne de Jacqueline PIERREUX. Elle était entourée des cadors de l’audiovisuel belges, du président du FIFF, des Membres de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) et la RTBF dans une salle archicomble. L’émotion était aussi au rendez-vous.

 

L’occasion la mieux rêvée du comité d’organisation du FIFF et des professionnels de l’audiovisuel francophone pour rendre hommage à la doyenne Jacqueline PIERREUX, ne pouvait qu’être pendant cette 38è édition du Festival International du Film Francophone de Namur. Considéré pour beaucoup comme une dame aux mains de fer dans des gants de velours, ce membre chevronné du Conseil d’Administration du FIFF aurait bâti sa riche carrière, exclusivement pour les arts du spectacle et ce, depuis l’Institut National Supérieur des Arts du Spectacle (INSAS) dans les années 60.

Jacqueline a beaucoup collaboré et contribué à la production des courts et longs métrages de nombreux réalisateurs belges. On peut citer entre autres ; Pierre Laroche, Henri Colpi, Luc de Heusch…A la fin des années 60, elle mettra en place sa mythique maison de production dénommée « Pierre Films » qui produira pendant une dizaine d’années, sept à huit courts et longs métrages de jeunes réalisateurs belges.

En intégrant la RTBF en 1980 en tant que déléguée à la production, Jacqueline Pierreux révolutionnera les téléfilms produits par cette célèbre chaine européenne. Au fil des années, elle gravira des échelons au sein de la RTBF pour se hisser comme responsable des productions cinéma en 1991, ce qui ne l’a pas empêché de produire des films comme « Gros Cœurs » de Pierre Joassin, « Le Maître de musique » de Gérard Corbiau ou encore « Blanval » de Michel Mees. Bref, Jacqueline coproduira aussi plus d’une trentaine de films donc surtout « La vie est belle » de Benoît Lamy et du célèbre réalisateur congolais Mwezé Ngangura. Elle aura bossé d’arrache-pied avec des réalisateurs belges tels que ; Jean-Jacques Andrien, Chantal Akerman, Jaco Van Dormael, Yves Hanchar, Luc et Jean-Pierre Dardenne ou encore Alain Berliner.

En lui rendant donc hommage hier à l’âge de 90 ans, dans la salle du cinéma CAMEO, c’est tout le cinéma belge qui était à l’honneur. Remplie d’émotions, c’est à demi-mots que Jacqueline PIERREUX a réagi aux nombreux témoignages en sa présence sur scène.

Une soirée également qui s’est parfaitement poursuivie par la projection du film de Dominique Abel et Fiona Gordon dans « L’ETOILE FILANTE ». Présent cette année en compétition officielle au FIFF, ce long métrage a été à la fois tourné en Belgique et en France.   Il retrace l’histoire invraisemblable et atypique d’un barman qui vit dans la clandestinité depuis plus de trente ans du fait qu’il serait impliqué dans un attentat. Plus tard, une de ses victimes le retrouve et veut mordicus se venger. Afin de vouloir s’échapper, il cherche un stratagème auprès de son sosie apathique…

Hervé David HONLA, à Namur en Belgique

Quitter la version mobile