Tapis Rouge

Murisa Adilovic (Pdte parlementaire de Bielefeld) « L’époque où on exploitait l’Afrique est révolue ! »

En prélude à la préparation de la 1è édition de OWL AFROFESTIVAL à Bielefeld en Allemagne, OXYGENE MAG est allé à la rencontre d’un partenaire clé de l’association Afrika Wakati initiatrice de ce festival axé sur l’agriculture biologique, en la personne de l’allemande Murisa Adilovic, Présidente du Parlement des Etrangers. Un entretien exclusif et sans langue de bois. Suivez plutôt.

 

Quel est votre mission en tant que Présidente du Parlement des Etrangers ci à Bielefeld ?

Le Parlement des Etrangers n’existe pas dans toutes les villes. Il existe seulement dans l’Etat de la Rhénanie-du-Nord- Westphalie. Avant, il existait des coalitions des associations des étrangers, mais ces associations n’avaient aucune légitimité. Cette institution donne droit aux étrangers de d’élire les membres de leur parlement et il a aussi un droit de regard sur la gestion de la ville. Il y a un paragraphe 27 de la constitution qui régit l’organisation des communes au niveau de l’Etat et ils ont le droit d’avoir des projets pour cette commune. Les élections du parlement des Etrangers se passent le même jour que les élections politiques. Malheureusement les étrangers ne participent pas au vote. En 2020, 15% des étrangers qui ont voté. Alors que la ville de Bielefeld fait 50% d’étrangers.

Est-ce votre combat majeur ?

Dans le passé, sincèrement il n’y pas eu un travail de sensibilisation et de communication dans ce sens. Depuis que nous sommes-là, nous allons à la rencontre des associations où nous échangeons avec elles. Nous écoutons leurs doléances et nous regardons dans quelle mesure nous pouvons les accompagner. Notamment, pour les cours de langue, il n’y avait pas suffisamment de centre de formation.  Ce que nous avons multiplié et concernant la question de racisme, nous avons ouvert un bureau de lutte contre la discrimination où tous ceux qui sont victimes, peuvent venir se plaindre.

Combien d’associations étrangères existent ici dans la région ?

Il y a plus de 70 associations enregistrées de migrants dans la ville de Bielefeld.

Il y a visiblement deux catégories : Ceux qui sont de l’Union Européenne n’ont jamais d’ennuis ; et ceux qui demandent l’asile sont maltraités.

 

Comment le processus d’accueil et d’insertion est élaboré ?

Les gens qui viennent de l’Union Européenne sont toujours la bienvenue et mieux favorisés que ceux de l’Afrique noir. Ceux qui demandent l’asile sont très mal reçus ! Je sais de quoi je parle car j’ai travaillé ici en Allemagne dans le ministère des migrants. Il y a visiblement deux catégories : Ceux qui sont de l’Union Européenne n’ont jamais d’ennuis ; et ceux qui demandent l’asile sont maltraités. Notamment, les africains, roumains et bien d’autres…

Serait-il donc également difficile pour ses africains de bénéficier des formations et de l’emploi ?  

Il y a deux cas de figure : Nous les européens, ne connaissons que l’Afrique pour aller exploiter leurs ressources et les laisser dans la misère. « Ils viennent ici parce qu’ils ont faim et salissent notre pays » c’est ce que certains tentent d’affirmer. Et l’autre cas de figure qui est pour moi la meilleure : C’est de voir en l’africain, un potentiel, une collaboration équitable et une complémentarité….

Est-ce donc un problème de couleur de la peau ou d’appartenance africaine ?

Les deux ! Les gens n’ont pas encore compris que l’Allemagne possède une belle histoire avec les migrants. Malheureusement, certains parmi nous catégorisent les gens ! Plus d’un tiers des habitants de Bielefeld sont issus de l’immigration. Dans cette situation, la République fédérale d’Allemagne avait conclu des accords de recrutement en 1950 avec des pays d’Europe du Sud, la Turquie, l’Afrique du Nord, la Corée du Sud ; Les gens trouvaient du travail dans les chemins de fer, dans l’industrie textile et métallurgique, dans le bâtiment ou à Bethel. De nos jours, maintenant, il y a eu une première vague des migrants composée d’Italiens, Yougoslaves qui étaient très tolérés. La deuxième a été les turcs et ils ont commencé à les indexer négativement. En 2025, il y a eu une vague de Syriens et d’Africains venus pour une demande d’asile. Les Syriens avaient été mieux traités que les africains.

 

la République fédérale d’Allemagne avait conclu des accords de recrutement en 1950 avec des pays d’Europe du Sud, la Turquie, l’Afrique du Nord, la Corée du Sud

Est-ce qu’il y a une loi qui protège les immigrés ici en Allemagne ?

Il y a certes des lois, mais est ce qu’elles sont appliquées ? J’avais initié une loi en 2016 où Bielefeld avait été choisi pour diriger la coalition des villes européennes contre le racisme. Cette commission avait élaboré dix points pour leur plan d’action contre le racisme que les états doivent respecter. Malheureusement, il n’y a même pas deux plans qui sont appliqués

Est-ce qu’ici à Bielefeld, les noirs ont accès a tous les lieux publics ?

Il n’y a pas d’actes ou de loi discriminatoire ici à Bielefeld. C e n’est pas écrit quelque part que les noirs sont interdits ici, mais tout se passe dans les faits et la pratique. A aucun lieu ici dans les services, il est écrit : « Nous ne voulons pas d’africains » ….

Personnellement, hier j’ai été déçu quand on m’a interdit d’entrer dans une discothèque, sous prétexte que je n’ai pas le droit….

J’avais encore été l’initiatrice d’une activité en 2016 qui consistait à former le personnel des débits de boissons et notamment des discothèques. Ceux qui avaient formé leur personnel, ont reçu des attestations. Mais le problème, est que le parlement ne peut pas jouer le rôle de la police. C’est à la police de sévir ce genre d’acte d’autant plus qu’il y a un service spécial pour les plaintes qui a été ouvert. Surtout, il revient aux victimes d’aller se plaindre. Toutes mes excuses à vous d’avoir vécu ce triste comportement dans cette belle ville.

“Nous avons permis à l’association Afrika Wakati présidée par Malick KOUTOU, de venir présenter son projet en pleine séance de leur parlement”

 

Quelle sera la contribution de votre structure dans la réussite de OWL AFROFESTIVAL qui se prépare d’arrache-pied à Bielefeld ?

Avant de répondre à cette question. Nonobstant les questions de loi et certains désagréments qui arrivent parfois, Bielefeld possède une population très positive et accueillante. Vous verrez dans les lieux publics, les festivals et autres manifestations, le comportement des habitants de cette ville vis-à-vis des étrangers est assez positive et même à saluer.

La Parlement des Etrangers se compose aussi des partis politiques. A cet effet, nous avons permis à l’association Afrika Wakati présidée par Malick KOUTOU, de venir présenter son projet en pleine séance de leur parlement afin que toute la région y soit informée ainsi que l’ensemble des partis politiques. Nous accompagnons financièrement et techniquement tous les projets de l’Association Afrika Wakati y compris OWL AFROFESTIVAL. Nous avons voté un budget à l’Assemblée à la majorité absolue pour remmetre au comité d’organisation ce festival.

Qu’est ce que concrètement OWL AFROFESTIVAL va apporter dans la ville de Bielefeld ?

Tout d’abord ; ce festival va beaucoup soulager toute la communauté africaine vivante ici dans la ville de Bielefeld et d’ailleurs. Car j’ai remarqué que la communauté africaine marche en rangs dispersés et ce projet va venir apporter une certaine solidarité entre les africains et surtout ça va leur fédérer. Ce n’est pas seulement Bielefeld qui va en profiter mais toute la région de OWL (Ost Westfalen Lippe). Premier avantage ; les africains seront encore plus unifiés afin que nous puissions ensemble identifier leurs besoins et les accompagner. C’est aussi aux africains de mieux s’engager afin qu’on les prenne également au sérieux. Le second avantage permettra aux populations de Bielefeld de comprendre que l’Afrique est un continent comme l’Europe qui comprend plusieurs pays. Il y a une diversité en Afrique grâce aux différents pays comme le Burkina Faso, le Togo ou le Nigéria. Il faut que les mentalités changent. L’époque où on exploitait l’Afrique est révolue. Il reviendra désormais aux africains de montrer leur potentiel partout où ils vont. Et OWL AFROFESTIVAL vient pour présenter ce potentiel de ce beau continent.

“Je prône la diversité au sein de ceux qui m’entourent”

 

Une question personnelle : Durant toute cette interview, j’ai remarqué dans vos actes et vos gestes une grande passion et beaucoup d’émotions pour les questions des migrants, des discriminations etc. Pourquoi cette passion vous anime tant, alors que vous êtes Allemande ?

Tout provient de mon éducation, je l’ai appris depuis la maison, en famille que nous ne sommes que des humains ici-bas et tout le monde a besoin d’être respecté et accepté. Je ne suis pas croyante, je suis athéiste, mais je voudrais que mes enfants épousent cette globalisation du monde avec un comportement inclusif. Je prône la diversité au sein de ceux qui m’entourent et je souhaite que cela y va pour tout le monde. Quand les Ukrainiens par exemple sont venus ici à Bielefeld, beaucoup d’étudiants africains y étaient également. Grâce à Kamal et Malick, nous avons empêché que les autorités les fassent repartir directement en Afrique. Je ne suis pas seulement responsable du parlement des étrangers de la ville, mais je siège également au parlement de l’Etat de de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Grâce à notre pouvoir de pression, nous avons pu reloger les africains ici dans la région.

“Je souhaite que nous ayons le grand nombre de burkinabè ici pour des séances de partages à long terme une fois qu’ils seront repartis”

 

Un mot de fin…

Je souhaite que cette plateforme d’échanges culturels entre les communautés africaines et la Région Rhénanie-du-Nord-Westphalie et l’Association Afrika Wakati à travers OWL AFROFESTVAL. Le Burkina Faso sera le premier pays invité d’honneur et que ces rencontres soient thématiques et enrichissantes. Je souhaite que nous ayons le grand nombre de burkinabè ici pour des séances de partages à long terme une fois qu’ils seront repartis. Que la collaboration engendre des projets concrets. Je prends l’engagement d’inviter tous les présidents des parlements étrangers de notre Etat dans ce festival pour des rencontres de partages.

Hervé David HONLA

 

Quitter la version mobile