Regards

Deux ouvrages pour Hamidou ZONGA

L’espace Culturel Napaam Beoogo situé à Gounghin à Ouagadougou a accueilli la cérémonie de dédicace des 4e et 5e livres du jeune écrivain confirmé Hamidou ZONGA, « La tragédie de l’Or » et « Le spectacle du mensonge » sont les deux œuvres dédicacées ce jeudi 01 Juin 2023.

Après « Foubè », ou « la croisade des femmes », le tout premier livre à succès de l’auteur, en hommage aux victimes du terrorisme au Burkina Faso paru en 2021, le jeune Hamidou ZONGA ne cesse de faire des progrès dans l’écriture. « La tragédie de l’or » qui est son 4e roman, nous fait voyager dans les méandres d’un site minier au sein du quel dans les profondeurs de ses trous, des mineurs sont coincés, envahis par les eaux de pluie. Une triste image, que faire ?

« Les hommes, armés de gilets, de casques à lampes, d’appareil respiratoire, et d’orientation continuent les fouilles et vident les eaux de la galerie souterraine bourrée de gadoue. Nos huit frères semblent bien coincés…. Et pourtant il est toujours impossible pour les secouristes de pénétrer aisément dans la mine envahie par les eaux de la pluie diluvienne. » C’est un roman de 122 pages paru aux éditions ZONTIBO. Il coûte 3300 F CFA et est disponible dans les librairies.

 

Quant au 5e roman de l’auteur, « Le spectacle du mensonge », c’est un ouvrage qui traite de la problématique foncière, la spoliation des terres par des individus, et des politiques qui s’érigent en des promoteurs immobiliers, pour brader les terres villageoises, en toute inégalité, sans aucun respect de loi. Hamidou ZONGA donne de la voix pour contrer le mensonge, devenue un véritable spectacle. Il remet en cause le désordre devenu l’ordre. C’est une œuvre de 127 pages, coûtant 3800 F CFA et disponible dans les librairies.

Cet ouvrage est également paru aux éditions ZONTIBO. Hamidou rentre dans le cercle très fermé des écrivains confirmés en deux ans avec cinq romans. Sous la présence de son mentor Adama Hamadé SIGUIRE, écrivain professionnel consultant en Relations Humaines et Professeur de Philosophie ; « Une seule génération ne pas construire le Burkina Faso,… il nous appartient de s’inspirer de ce que nos devanciers ont fait pour avancer. »

Micaëlle SAM

 

Quitter la version mobile