Zoom

Le film “Le gang des élèves” dénonce la délinquance juvénile

Dans la soirée du 12 mai 2023 à Canal Olympia Idrissa OUEDRAOGO de Pissy l’Association, des Critiques de Cinéma du Burkina (ASCRIC B) en collaboration avec SERMEL FLIMS a présenté l’avant-première film « le gang des élèves » du réalisateur Serge Armel SAWADOGO.

Serge Armel Sawadogo est le gérant de la structure de production : SERMEL FILMS. Il intervient depuis 2014 en tant qu’enseignant vacataire à l’ISIS/SE en écriture de scénario et en découpage technique et réalisation. Il a réalisé son premier court métrage « La moto rouge » en 2003 qui a participé à différents festivals. En 2007, il produit son premier moyen métrage « A la recherche de son eau », en 2008 plus tard, il sort son court métrage « Timpoko », en 2017. Il a participé à plusieurs comités et jurys, notamment au comité de sélection de l’appel à projet du Ministère de la Communication, de la Culture, des Arts et du Tourisme du Burkina Faso pour le soutien aux jeunes cinéastes et au jury de la 13e édition du Cinéma Droit libre et bien d’autres…

Le gang des élèves ” est un film fiction de 160mn qui retrace une histoire inspirée d’un fait divers qui s’est déroulé en 2015 dans le quartier Karpala de Ouagadougou. Le film s’interroge plus d’un, sur la problématique de la délinquance juvénile qui sévit un peu partout dans le monde et singulièrement au Burkina Faso.

Serge Armel SAWADOGO, réalisateur

 

D’après le synopsis court Lickma vit dans une famille polygame où tout est chaotique. Bienvenue, étudiante dans des conditions d’étude pas brillantes, vit dans la précarité. Sa copine Mathilde prend un amant riche. Victor, lui, vit chez son oncle Sosthène. Au contact de jeunes riches, il décide de suivre son désir intérieur de les ressembler…. Le gang des élèves est un film inspiré librement d’un fait divers. Les jeunes vont croiser Herman et voir leurs vies chamboulées par un braquage…

Le public est sorti massivement pour cette avant-première. Beaucoup ont exprimé leur satisfaction à l’issue de la projection.  Quant au réalisateur, il n’a pas manqué de traduire toute sa reconnaissance à l’endroit du MCCAT ainsi qu’aux cinéphiles, acteurs, et comédiens pour l’accompagnement.

 Gisèle BELEM

 

 

Quitter la version mobile