Regards

PAUL BNI (Artiste musicien) : Si « Tougnan » était enfin le déclic ?

Après le premier album qui aura connu un succès mitigé, Paul BNI revient au-devant de la scène musicale avec son deuxième album baptisé « Tougnan » qu’il présenté à la presse le 23 avril dernier ;

 

Né à Zakoua en République de Côte d’Ivoire, Paulin Wendpanga ILBOUDO dit Paul BNI revient donc au-devant de la scène avec un deuxième album « Tougnan ». Depuis 2014 qu’il est rentré dans sa terre d’origine le Burkina Faso, la musique a toujours été au centre de ses préoccupations. Musique mais pas n’importe quel genre musical, le Reggae ! Style inventé sur l’Ile de la Jamaïque, dans les Caraïbes, qu’on reconnaît dès les premières notes grâce à la batterie et la basse qui donnent envie de bouger. Entre péripéties et les dures réalités de l’autoproduction, le natif de Zakoua finira par sortir en 2019, son premier opus baptisé « Afrique, mon cri de cœur ». Loin de vouloir faire dans l’à-peu-près dans la musique, Paul fera entretemps son initiation dans le live à travers des cours de guitare, ce qui lui aura permis de rencontrer des sommités de l’instrument telles que :  Boinzem Wende Belem dit Zembass Cheik Baldé ou encore Éric Yelkouni.

L’industrie musicale burkinabè étant ce qu’il est, l’artiste connaîtra plusieurs contre-performances indépendamment de sa volonté. Arnaque, fausse promesse, isolement artistique etc. mais ce qui ne l’empêchera pas de mettre de temps à autres quelques singles sur le marché pour continuer « d’exister ». Ainsi naîtra plus tard dans les studios de Shamar Empire le deuxième album « Tougnan ». Un album de cinq titres entièrement enregistrés en live. Cet album a eu la chance d’être enregistré par quatre arrangeurs, non des moindres en l’occurrence ; Erick Yelkouni, Aristide SOME, Zembass et Aki Beat.

« Tougnan » se démarque par sa discipline dans l’orchestration. En effet, c’est loin du reggae tintamarre que l’on écoute en longueur de journée. Dans le titre éponyme « Tougnan », Paul a fait intervenir avec justesse la basse de Zembass en parfaite adéquation avec les cuivres. Dans cet album, Paul BNI évoque des thématiques variées notamment, sur la triste situation de son continent à travers le tube « Libérez l’Afrique ». En évoquant le mensonge dans « Tougnan », il fait allusion à la crise dans la grand Sahel. Dans le tube « Bao Wennam » qui a bénéficié d’une ovation du public quand il a été entonné, dévoile clairement sa spiritualité et surtout les raisons de faire de faire carrière dans la musique. En effet, Paul BNI est issu de la chorale Sainte Marie de Zakoua à Soubré et il est né d’un père catéchiste et d’une mère choriste.

Sana BOB, Parrain de l’artiste

Présentant son album à la presse avec comme parrain l’artiste Sana Bob, Paul BNI reste optimiste et croit mordicus que « LE TEMPS » lui donnera raison dans sa carrière musicale. Un tube qui se démarque parfaitement dans cet album. Zembass et toute l’équipe ont été magistral dans cette chanson. La timbre calme et audible de Paul, associé au texte donnent une coloration mélodieuse et disciplinée dans ce tube.

Sa timidité se ressent sur l’ensemble des compositions de « Tougnan ». Aussi bien dans l’écriture, la composition, le chant et l’exécution. Cette modestie semble être plutôt un atout majeur dans la réussite de sa carrière. Tout en espérant enfin, que ce deuxième album sera le véritable déclic pour Wendpanga ILBOUDO.

Hervé David HONLA

 

 

Quitter la version mobile