Oxygene TV

« La nuit du Reggae » à Koudougou : Florent ZOMA en parle.

Votre magazine a reçu le jeudi 23 février 2023 dans ses locaux, le promoteur du festival « La Nuit du Reggae », ZOMA Florent. Il y’a eu un entretien sur la 4è édition du festival qui se tiendra du 11 au 14 mai 2023. Il s’est prêté aux questions afin de mieux comprendre les objectifs du festival.

 

POUVEZ-VOUS VOUS PRÉSENTER ?

Je m’appelle ZOMA FLORENT, alias Saint Florent, artiste musicien Reggae, auteur compositeur et promoteur de festival. J’ai été meilleur artiste concert au Marley d’or 2021.

POURQUOI LE CHOIX DE LA VILLE DE KOUDOUGOU POUR L’ORGANISATION DE « LA NUIT DU REGGAE » ?

Le choix de la ville de Koudougou est dû au fait que je sois originaire de cette ville. C’est également ma base. C’est la seule et principale raison.

En compagnie de sa directrice artistique, Assetou SEGUEDA

 

QUELLE EST LA PLACE DE LA MUSIQUE REGGAE DANS LA LUTTE CONTRE L’INSÉCURITÉ ?

Nous sommes des soldats qui portent des bonnes comme de mauvaises nouvelles, et nous devons résister. Tous que nous sommes nous devons résister ! Nous devons en tant qu’artiste, chanter cette résistance. C’est par la musique que nous contribuons à éveiller les consciences.

EN QUOI CONSISTE CE FESTIVAL ? LES DATES ?

Ce festival est prévu du 11 au 14 mai. Durant donc ce festival plusieurs activités seront menées. Nous aurons entre autres ; des panels, des entrevues, des causeries musicales… histoire d’échanger sur le thème de cette édition qui est “CULTURE ET RÉSISTANCE“. Notons que ce festival coïncide avec l’anniversaire de la mort de roi du reggae et donc nous allons profiter faire des sensibilisations.

QUELS SONT LES ARTISTES QUI SERONT EN PRESTATION ?

Pour le moment, nous n’avons pas encore déterminé les artistes qui vont prester durant le festival. Mais nous sommes à pied d’œuvre pour ce volet très important du festival. Nous prévoyons une vingtaine d’artistes tout au long de ce festival qui vont se produire en live.

LES « MARLEY D’OR » ET « LA NUIT DU REGGAE » LE MÊME JOUR. N’Y AURA-T-IL PAS DE CONFUSION ?

Je ne crois pas qu’il y’aura une quelconque confusion. A la base, le festival devait se tenir en février mais on a jugé bon au regard d’un certain nombre de choses de le ramener au mois de mai. Aussi, notre festival se tient sur 4 jours et les Marley d’or c’est juste une nuit et c’est une soirée de reconnaissance donc il y’aura pas de confusion possible. Mais il faut noter qu’on va rentrer en contact avec ces derniers pour mieux ficeler les choses. Le festival et les Marley d’or sont deux événements qui prônent le reggae donc il n’y a pas de soucis, c’est la même lutte.

OÙ EN ÊTES-VOUS AVEC LES PRÉPARATIFS ?

Pour le moment les préparatifs vont bon train, tous se passe bien. Nous avons fait des correspondances aux différents ministères et nous attendons les entrevues avec ces derniers. On peut estimer l’avancée de ces préparatifs à 50%. J’invite donc tout le public burkinabè parce que c’est un jeune festival qui a donc besoin de soutien et de force.

Ce festival ne vient pas dénoncer mais apporter sa touche au retour de paix. Nous attendons donc les festivaliers pour chanter au rythme du reggae.

NAGALO A. Renaud

Quitter la version mobile