Le Coup d'OXYGENE

FESPACO 2023: les films sélectionnés sont connus

 

La délégation général du Festival Panafricain du Cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) avec à sa tête Moussa Alex SAWADOGO a convié la presse et les acteurs du cinéma ce Vendredi 13 Janvier 2023 dans les locaux du FESPACO. Cette conférence a eu lieu dans le but de dévoiler les films sélectionnés pour cette 28e édition du festival.

Lors d’une cérémonie qui a débuté par le mot de bienvenue du délégué général du FESPACO, suivi de la présentation des membres du présidium , le comité à procédé au dévoilement des œuvres qui vont constituer la cuvée 2023.

Sur 1200 films visionnés, 170 films ont été sélectionnés, sur toutes les sections confondues.

A la section Burkina, 12 films de réalisateurs burkinabé et de diaspora ont été sélectionnés pour les trois prix section burkina.

14 films longs métrage documentaire entre en compétition pour le prix,

15 films de long métrage fiction pour le trophée du Yennega 2023.

11 films à la section perspective, 31 en compétition court métrage désormais appelé FESPACO Short ; 14 en section panorama, 16 films d’animation en compétition ; 11 films séries TV, et 22 films des écoles sont en compétition.

 

Moussa Alex Sawadogo DG du FESPACO

Selon Moussa Alex Sawadogo, délégué général du FESPACO, toute une batterie de nouvelles actions ont été lancés il y’a 2 ans pour donner plus de visibilité et une bonne organisation. Pour cette 28e édition , ils entendent conserver ces acquis « et par contre nous voulons comme à chaque édition ajouter un peu de grins de sel dans notre réflexion, dans nos planifications. Nous avons créé le marché de Co production qui est une plateforme où les réalisateurs, les producteurs et ceux qui gèrent les fonds de financement de films vont se rencontrer pour voir comment financer les films Africains pour qu’ils soient très forts et compétitif sur le plan international. » soutient le Délégué Général .

Également un concept de FESPACO Vert a également été lancé. Moussa Alex SAWADOGO justifie que c’est ayant la chance d’avoir une jeunesse qui est digitale, où la majorité des jeunes ont des smartphones qu’ils veulent imprimer moins de papiers qui est très coûteux et qui n’est pas écologique.

 

Il est à rappeler que le FESPACO est une institution qui tient compte de la question du genre d’où la présence plusieurs femmes parmi les réalisateurs des œuvres retenus et dans le Jury.

 

La cérémonie a pris fin autour d’un pot gracieusement offert par le premier partenaire du festival Canal + Burkina.

 

Micaëlle SAM

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Les plus lus

To Top