Regards

“UN VENT DE LIBERTÉ” s’injurge contre l’extrémisme violent

La 13e édition du Festival « Un Vent de Liberté » a pris son envol depuis le 31 Octobre et se poursuit jusqu’au 30 Décembre 2022. Après le tour des prisons de Koudougou, Manga, Bobo-Dioulasso et Yako, vient le tour de la Maison d’Arrêt et de Correction de Ouagadougou ce Samedi 17 Décembre 2022.

Sous le thème de « Religion et extrémisme », animé par Cheikh Soufi Moaz Ouédraogo, la 13e édition a connu une mobilisation particulière avec la présence des organisations de la société civile et des Gardes et Sécurité Pénitenciers (GSP).

Au programme de cette cérémonie, il y avait une sensibilisation sur les droits et devoirs des détenus, présentée par l’inspecteur GSP Salif Kaboré ; une sensibilisation sur l’existence du Fond d’assistance judiciaire, FAJ, présenté par Maitre Léonce Kinda, greffier en chef; un plateau artistique animé par une pléiade d’artistes venue de divers horizons du Burkina; et un repas communautaire pour les pensionnaires.

Salif Kaboré,  Inspecteur GSP

Selon le promoteur Freeman Tapily, le Festival Un Vent De Liberté est une porte de solidarité entre les différentes prisons et le monde extérieur, une
Source d’amélioration des conditions de détention des détenus et une
Source de réinsertion sociale et mentale. C’est un véritable levier pour la promotion des droits humains au Burkina Faso. Un effort,un engagement,un sacrifice au profit de l’ humanité.

Freeman Tapily, promoteur de l’événement

Selon le promoteur Freeman Tapily, reggae man Burkinabè, la structure œuvre pour redonner le sourire aux détenus , et cela, c’est depuis une décennie qu’elle est au service de l’humanisation des prisons du BurkinaFaso.

La cérémonie s’est clôturée par la prestation live du promoteur.

Micaëlle SAM

Les plus lus

To Top