Ladies

KIARA présente “TROUKA” en prélude de l’album

Une charmante jeune artiste a fait son entrée pour la première fois dans l’arène musicale burkinabè avec son single « TROUKA ». Elle a présenté l’œuvre le 10 octobre dernier en présence des acteurs culturels et de nombreux journalistes.

 

Originaire de la province du Boulgou, dans les tréfonds de la culture Bissa, Kiara se démarque par la pléthore des styles musicaux. Mais surtout grâce à son timbre vocal particulier. Longtemps présente dans le label SYA MUSIC de Oumsey Nabollé, Kiara a fait de nombreuses immersions dans les laboratoires de formation et d’expérimentation. Pendant presque trois bonnes années, elle a été formée en technique vocale par BilAka Kora, elle a été également aux bons soins d’Aloïse Nikiéma pour les techniques de chants et l’harmonie, etc. Bref, la protégée de l’ex manager de Jah Verithy est aux petits soins. Même son style vestimentaire est dicté par ce dernier.

Kiara se prépare en novembre pour l’album

L’on parle même d’une bagatelle somme de 30 millions que le PDG de SYA aurait investis sur ce “spécimen” rare de notre musique. Au-delà du single “Trouka ” (écouter en langue bissa), qui a été présenté hier soir (10 octobre) au Stress Out, KIARA a déjà bouclé, mixé et maxtérisé tous les 12 titres de son premier album qui sortira en novembre 2022.

Kiara peut séduire grâce à l’homogénéité de style et sa capacité à barbouiller sa voix dans plusieurs styles (djecka, afrobeat, afrosoul, reggea, variétés tradi-moderne, Afro-pop etc.). Pour avoir été suffisamment formée, KIARA devrait être outillée dans le live. Pour son baptême de feu, elle a présenté d’entrée de jeu, entre autre, le titre “TROUKA ” en live.

Oumsey Nabollé, PDG de SYA MUSIC travaille avec KIARA depuis 2019

Mais, les acteurs très avisés de la critique musicale et non ceux qui sont là pour des éloges en occultant les insuffisances, ont attiré l’attention de la jeune artiste sur des points importants qui méritaient d’être immédiatement corrigés. La célébrissime artiste Daisy Franck a relevé avec pertinence, la timidité morbide qui anime cette artiste. Non seulement sur scène mais également dans son quotidien. Aucune présence scénique, aucune mobilité sur scène. Elle se fait même dominer et engloutir par son orchestre. Pourtant, le succès d’une scène est toujours implémenté par le lead. Si le lead est amorphe, sa prestation sera timorée voire terne. Ce que l’auteur de “jubilé ” a relevé à l’issue de sa prestation.

Des efforts doivent être faites au niveau de sa présence scénique

KIARA et son staff SYA MUSIC gagneraient à faire violence sur ce comportement si elle veut écumer de vraies scènes nationales et internationales. On peut rester timide et réservé hors scène et en privé, mais jamais sur scène! KIARA gagnerait à développer un autre caractère dès qu’elle s’empare du micro ou dès qu’elle monte sur scène. Amity Méria serait l’exemple parfaite de cette donne. Très réservée, discrète voire frileuse en dehors des plateaux, mais, c’est une icône de la musique très percutante sur la scène !

KIARA risque néanmoins devenir un grand atout pour la musique burkinabè, car c’est une voix artistiquement polyglotte

Hervé David HONLA

Les plus lus

To Top