Entretien avec

Monia (Lauréate de FAC 2008): “Une artiste doit avoir un bon mari…”

Votre Magazine est allé à la rencontre de Adjoshoun Amele Monique, artiste musicienne de nationalité burkinabè, d’origine togolaise. Elle fut Lauréate de Faso Academy 2008. Elle s’est prêtée à nos questions le 09 Août 2022 à Ouagadougou.

 

Qu’est-ce-que ta victoire à “Faso Academy 2008 » t’a concrètement apporté dans ta carrière ?

Ma victoire, m’a permis de me connaître. Elle m’a aussi permis de savoir de quoi je suis capable dans la musique. Je ne m’imaginais pas aussitôt dans la musique.

Quel est ton parcours discographie ?

Pour ce qu’est de ma discographie, avec les autres finalistes de 2008, on a fait une compilation avec le soutien de l’artiste BIL AKA KORA. Après, j’ai moi-même fait un single dénommé “DOUNIA NATIKÉ“. J’ai enregistré des singles que j’ai déclaré mais qui ne sont pas vraiment sortis. C’est donc avec le peu que j’ai, que j’arrive à me débrouiller. En 2016, j’ai fait sortir un autre single dénommé « KOUMA BAYA ». Finalement en 2021 j’ai fait sortir un album avec le peu que j’avais. Et mon premier album est sortie le 7 Juillet 2021

Pourquoi un si long silence sur la scène musicale ?

J’ai vraiment fait un long silence. Parce-que de 2008 à 2012 j’étais sur les différents scènes Bobo et Ouaga mais cela n’a pas été médiatiser à mon avis. Au départ je n’avais pas une grande idée de la promotion, de comment ça se passe dans le monde de la musique. Donc après mes sorties je me rendrais immédiatement pour les déclarer au BBDA.

“Au départ je n’avais pas une grande idée de la promotion”

D’autres disent que MONIA est une artiste élitiste, pourquoi cela ?

Je ne suis pas une artiste élitiste. Je vais juste là où on m’invite. Et donc je n’ai pas de choix de scène bien que j’aime plus les scènes live.

Quelles sont les difficultés pour une artiste de votre trame de s’imposer dans la musique ?

La première des difficultés réside dans la stratégie. Avant je ne comprenais pas la musique. Pour moi c’était de juste enregistrer et de déclarer. Maintenant je comprends et je sais qu’avec du travail et de la stratégie, tout va aller pour le mieux.

“j’espère que les promoteurs tiendront plus compte du live lors des événements.”

Tu es un adepte de la musique live, est-ce un handicap ou un avantage ?

Le live n’est pas un handicap pour moi. La musique, il faut la vivre. Et en tant qu’artiste il faut ressentir ce que tu chantes. En dépit du fait qu’il y’a plus de scène play-back que le live, ce n’est pas un handicap pour moi. Mais personnellement je ne refuse pas de scène play-back, surtout que je n’ai pas encore une grande notoriété. Et j’espère que les promoteurs tiendront plus compte du live lors des événements.

Est-ce difficile pour une femme artiste de s’imposer ?

La première des difficultés réside dans les moyens financiers que possède l’artiste. En fait pour faire la musique, il faut avoir les moyens financiers nécessaire. Des moyens pour la production et la promotion. Deuxièmement, il faut avoir une vision. L’artiste doit savoir ce qu’il fait et où il veut aller. Troisièmement, c’est bien s’entourer. L’artiste doit avoir non seulement un staff qui comprend et possède la même vision. C’est aussi avoir un compagnon (mari) qui comprend et soutien. Parce qu’une artiste femme doit savoir gérer son temps entre la musique, les prestations et le foyer.

“Une artiste femme doit savoir gérer son temps entre la musique, les prestations et le foyer”

Quels conseils prodigues-tu à ces jeunes filles qui veulent faire carrière dans la musique ?

Elles doivent tout simplement croire à ce qu’elles font et cela sera possible. Également savoir choisir son partenaire. C’est très important. Le partenaire accompagne et soutient.

“j’ai une tournée européenne (Autriche) en septembre”

Quel est ton rapport avec les autres artistes féminins ?

Je m’entends bien avec les artistes féminins que je connais. D’autres sont mes tantes et des sœurs pour moi. A l’image de Maï LINGANI, Malika la Slamazone, Charlotte Tiendrebeogo et bien d’autres.

Je ne suis pas renfermée, mais je suis plus concentrée sur mon côté maman et femme au foyer. Et je ne manque pas de participer à des rencontres, des soirées dès que possible.

Où résides-tu ? Et quel sont tes projets à court terme ?

Je réside à plein temps à Ouaga. Mais il m’arrive de faire de navette entre Ouaga, Bobo et Lomé. Pour ce qui est de mes projets, j’ai une tournée européenne (Autriche) en septembre. Ensuite j’ai un spectacle que je prépare pour Bobo, parce-que c’est important pour moi de faire un concert là-bas. Et enfin, un concert à Ouaga

 COMPAORE Ejéchiel (Stagiaire)

Les plus lus

To Top