Live

Causerie musicale : Les acteurs s’auto-évaluent

L’espace artistique culturel Bawfu Yir en collaboration avec l’ensemble musicale Le Levain a organisé un colloque nommé causerie musicale ce vendredi 29 Avril 2022. Ladite causerie s’est tenue dans les locaux du centre Kayiri à Ouagadougou en présence des musiciens et des acteurs culturels.

 

Le responsable du centre artistique culturel Bawfu Yir, Maximilien Kpanyane Aristide Somé au micro

La commission technique d’identification des œuvres au BBDA a été représenté par son président Sosthène Yaméogo.

La Causerie musicale dénommée « Musica colloquia » en latin est une causerie qui a réuni des musiciens de toutes générations confondues dans un cadre décomplexé pour parler de musique de façon relaxe. C’était autour d’un double thème dont premièrement « La validation des œuvres musicales par la commission technique du BBDA : force et faiblesse » et deuxièmement « Les opportunités d’autonomisation du musicien instrumentiste » que cette causerie a eu lieu.

Sosthène Yaméogo, Président de la Commission d’Identification des Œuvres Littéraires et Artistiques (CTIOLA)

Selon le responsable du centre artistique culturel Bawfu Yir, Maximilien Kpanyane Aristide Somé, l’objectif de l’événement était de rassembler les différentes générations dans la musique pour permettre aux jeunes musiciens de savoir comment les choses ont commencé avec les aînés. « J’ai eu l’impression qu’il y avait un petit faussé entre la jeune génération et celle d’avant donc pourquoi ne pas organiser une rencontre entre ces différentes générations ? » Précise le promoteur.

Quelques interludes musicales ont agrémenté la causerie

Cette causerie qui a été une sorte de conférence était animée par Djessi avec au programme des interventions et des sessions Djam.

Au cours des interventions Sosthène Yameogo, président de la commission technique du BBDA, a expliqué le rôle de ladite commission.

Le Bassiste Djessi a modéré la causerie

Au regard du débat, des intervenants ont énuméré des solutions pour l’amélioration du domaine tel que ; le recensement des musiques traditionnelles, la numérisation des données, et la disponibilité des informations. Un autre intervenant propose plus de formation de la part des musiciens, la production et la promotion des œuvres musicales ont été évoqués. Les musiciens ont déduit qu’ils doivent agir ensemble pour espérer s’autonomiser.

Micaëlle SAM

 

Les plus lus

To Top