Libre Propos

« Sous la barbe du diable » : La 3e œuvre de Adama Bayala dédicacée.

L’historien communicateur/Journaliste écrivain, romancier Adama Bayala a dédicacé dans l’après-midi du vendredi 1er avril 2022 à Ouagadougou, son tout nouveau roman intitulé ” Sous la barbe du diable“. Cette cérémonie a connu la présence de l’ex Ministre de la Culture des Arts et du Tourisme ; Dr Fonyama Elise Ilboudo Thiombiano, de la famille de l’auteur, ses étudiants, parents, amis, collaborateurs et de la presse.

 

 

A travers « Sous la barbe du diable » l’auteur dépeint de façon éclatante, la violence, le mauvais traitement et même souvent les meurtres que les orphelins, les enfants adoptés, et ceux adultérins subissent dans les foyers. Ce qui les amène le plus souvent à devenir des enfants de la rue.

Le romancier Adama BAYALA a le soutien inconditionnel de l’ex Ministre Dr Foniyama Elise Ilboudo/Thiombiano

Sous la barbe du diable “, c’est l’histoire d’un enfant adultérin contraint de vivre sous le toit de son oncle, suite à la disparition tragique de ses parents causée justement par cet oncle, frère ainé de son papa. Piripa 9 ans et sa sœur Anick, 7 ans.

« Petit morveux, petit grincheux, t’as eu la chance, ce que j’allais te montrer aujourd’hui-là ? C’est Dieu seul qui connaît. » un petit extrait du roman. « Fripon, petit sorcier, c’est l’âme de mon enfant tu veux manger ? Tu peux compter sur moi. Les rebuts de ton espèce, je sais comment les traiter. Tu ne paies pas pour voir ” Une autre partie du roman.

L’auteur ne se contente pas seulement de dépeindre la situation à laquelle est confrontée ces enfants, mais il leur donne de l’espoir. Cette espérance est portée dans l’œuvre par la gouvernante Amsétou, avec ses conseils avisés aux deux orphelins Anick et Piripa.

Selon l’ex Ministre de la Culture des Arts et du Tourisme, Marraine de la cérémonie, ce roman est un document à la fois pragmatique, en ce sens qu’il relate des événements courants dans nos sociétés, et didactiques parce qu’il met en exergue les implications socio-économiques, culturelles et religieuses lié à la mort des parents.  Cette cérémonie vise à faire la promotion du roman.

Adama Bayala a traduit sa reconnaissance à l’ex Ministre et au Président de la SAGES, Aboubacar Dao pour leurs soutiens pour que cette œuvre voit le jour.

Notons que « Sous la barbe du Diable », cette œuvre de 179 pages parue aux éditions Maïeutique achevé d’imprimer au 2e trimestre 2019, est la 3e de l’auteur après « Les bénédictions d’une mère » et « République ana Bana ». Ce roman est désormais disponible au prix de 5000 F CFA à Ouagadougou à la librairie Mercury.

Micaëlle SAM

Les plus lus

To Top