Humeurs

Choix des délégués culturels de l’ALT : Des faitières désavouent la CNC

Un groupe d’associations culturelles réunit sous la bannière « L’appel de Wemtenga » a tenu un point de presse le 15 janvier 2022 au Centre Napam-Beogo. L’objet principal était de présenter aux médias, la grosse gabegie qui règne au sein de la Confédération Nationale de la Culture.

Tout en demandant de toute urgence, une assemblée générale, ils ont surtout lancé leur appel baptisé « l’Appel de Wentenga », suite aux échauffourées qui entourent la désignation des représentants culturels à l’Assemblée Législature Transitoire (ALT). Ils : c’est entre autres Clovis Fidèle Ouédraogo, Gerard Koala, Ousmane Boundaoné, Wango Roger, Madess, Moumouni Sawadogo, Pazouknam Jean-Baptiste Ouédraogo et bien d’autres issus des différentes structures faitières de la Culture, qui ont haussé le ton hier devant les médias.

Condamnant de pied ferme la CNC pour avoir tenu à l’écart l’ensemble des responsables des structures faitières dans la désignation des délégués de l’ALT, ils affirment à ce jour que cette structure n’est pas crédible à leurs yeux et par conséquent, elle ne peut être le porte-parole des faitières culturelles installées sur l’ensemble du territoire national. « …Nous avons été surpris comme tout le monde de voir sur les réseaux, les noms qui circulaient sur la désignation des délégués culturels de l’ALT divulgués par le Président de la CNC, Telesphore Bationo. Nous n’avons jamais été associé encore moins consulté » affirme Ousmane Boundaoné.

Roger Wango “Nous n’avons aucun problème avec les acteurs culturels”

Ce qui a davantage surpris plus d’un ; ils affirment que même les membres du bureau de la CNC n’ont pas été associé. Selon eux, c’est la goutte d’eau qui aurait débordé le vase. Car depuis belle lurette, la CNC ne fonctionne pas. C’est donc une occasion disent-ils, de convoquer une assemblée générale pour procéder à un renouvellement du bureau.

Sans vouloir contester le choix des personnes qui ont été proposées, « l’Appel de Wemtenga » condamne plutôt la démarche et la procédure de nomination. « Nous n’avons pas d’animosité avec les acteurs culturels qu’ils ont proposé. Mais c’est cette procédure lugubre teintée de mascarade que nous déplorons. La logique voudrait que l’on réunisse les membres des différentes faitières et élire simplement nos deux délégués. Ils ont évoqué la question du temps, pourtant, en une demi-journée, on allait nous concerter et trouver nos représentants » affirme Roger Wango.

En attendant qu’une solution définitive soit prise, les différents acteurs désapprouvent cette procédure engrangée par la CNC et s’interrogent sur la présence d’un délégué du secteur culturel à la future Assemblée Législative.

Hervé David HONLA

Les plus lus

To Top