Ladies

Théâtre : « Gratte-ciel et démangeaison » au CITO et à TAMPOUY

La jeunesse africaine aujourd’hui se trouve à la croisée des chemins. Les soubresauts socio-politiques provoqués par cette même jeunesse, installe une sorte d’imbroglio sur le plan social à l’image d’un grand dépotoir. Le metteur en scène (Artiste, formateur) Sié Palenfo a présenté une sorte d’allégorie de cette société actuelle dans une pièce intitulée « Gratte-ciel et démangeaison ». La première représentation a eu lieu le 9 février au CITO.

Sié Palenfo, metteur en scène

La pièce intitulée « Gratte-ciel et démangeaison » est un texte de Tony Ouédraogo lui-même artiste comédien, slameur etc. Ce texte a surtout été produit grâce à une collaboration entre l’Ecole de la Comédie de Saint-Etienne, les RECREATRALES et le Labon Elan.

C’est au moment où Sié Palenfo avait été sollicité pour former les élèves des Ateliers Permanents du CARTEL, qu’il a été confronté à la recherche d’un texte qui allait lui permettre de construire son module. Dès le départ, il ne voulait pas d’un texte classique. C’est ainsi qu’il contacta Tony, car ce dernier avait écrit un texte similaire. En effet, ce texte est composé de fragments ou des séquences autonomes de scènes qui se déroulent dans un même décor. « L’idée de la décharge m’a beaucoup plus motivé de travailler sur ce texte. Surtout avec nos jeunes frères et sœurs qui s’essayent à la scène » affirme le metteur en scène.

Beaucoup des élèves comédiens se sont subitement vus attribuer les premiers rôles, pendant qu’ils étaient en train de s’inscrire ou de se former. Ils se forgent une carrière dans ce métier avec comme principal module ; «Gratte-ciel et démangeaison ». Certes avoue le Sié Palenfo, c’est un risque. Mais il affirme être satisfait de la prestation de ses apprenants.

«Gratte-ciel et démangeaison » est une pièce qui dure environ 60mn. Elle gravite autour d’une décharge. C’est une sorte de métaphore contée et jouée par une dizaine de comédiens dans un décor de dépotoir avec en toile de fond, le reflet de l’individu vis-à-vis de la société. « C’est nous-même qui produisons ces déchets et par conséquent, c’est l’une de nos actes que nous posons qui provoque tout cela. » renchérit Sié Palenfo.

Raison pour laquelle ; tout le spectacle a été joué dans une vraie décharge installée sur la scène. « On peut supposer que nous sommes dans la merde, politiquement, socialement, économiquement, culturellement…mais ; il va falloir que nous-mêmes nous trouvions nos propres solutions pour rétablir de l’ordre et de la sérénité. Tout est possible pour faire changer les choses. L’essentiel est de ne pas accepter de vivre dans la merde. D’où la pièce se termine par une révolution» Conclut-il.

La première représentation a eu lieu le 9 février dernier au CITO. Elle se poursuivra jusqu’au 12 février au CITO à 20h, puis ensuite, elle se déportera du côté de « Grâce Théâtre » à Tampouy les 18 et 19 février.

Hervé David HONLA 

Les plus lus

To Top