Live

PLASMA : Spectacles, formations et emplois

Pour tout artiste, développer sa notoriété est un travail de longue haleine. Entre trouver l’inspiration, produire un ou plusieurs titres, sortir un album, le quotidien est jalonné d’étapes à franchir pour aspirer à la célébrité. Il faudra aussi user de bonnes stratégies de promotion pour se faire connaître du public. De nos jours, ce qui semble émouvoir les mélomanes et les artistes, se sont les scènes. Plus les artistes en herbe écument les scènes, plus ils ont les chances, soit d’être coopté par un producteur ou par des directeurs de spectacles nationaux et internationaux. La structure WIG dirigée par Kiswendsida Gérard KOALA entend donc entend initier un projet dans ce sens dénommé « L’Art en Mouvement avec le Plateau Artistique Mobile » en abrégé PLASMA. L top départ sera lancé le 17 décembre à Koudougou.

 

Kismendsida Gérard KOALA promoteur de PLASMA

Les plateaux d’expression libre ne sont pas fréquents au Burkina Faso surtout dans les zones périphériques. Les niches d’artistes sont encore nombreuses et inexploitées. A travers ces plateaux ouverts et dynamiques, PLASMA donnera l’opportunité à ces artistes de s’exprimer dans leur localité de façon la plus ouverte et décontractée.

Le Plan d’action gouvernemental en ce qui concerne la Culture, est surtout d’accompagner la politique culturelle et touristique sur l’ensemble du territoire national. Il exprime la vision du gouvernement et établit ses priorités par la proposition d’un premier ensemble de gestes concrets visant à assurer la présence et la vitalité de la culture burkinabè partout et au bénéfice de tous. Donc avec, en plus l’appui des initiatives privées à l’image de la structure WIG, la filière musique pourra tirer son épingle du jeu.

PLASMA donnera l’opportunité à ces artistes de s’exprimer dans leur localité

« L’objectif primordial de PLASMA, c’est de mettre à la disposition d’un podium mobile d’une scène libre et itinérante de promotion et de production des artistes » précise son initiateur Gérard KOALA. Cette scène tournante sera réservée à la fois aux artistes en herbe et ceux qui sont confirmés. Par ailleurs, au cours de chaque spectacle, les jeunes ingénieurs en son et lumière bénéficieront d’une formation. Le PLASMA de façon fondamentalement, vise à détecter et à promouvoir les nouveaux talents tout en créant une certaine émulation de la compétitivité des artistes burkinabè, notamment sur le plan international. La question de l’internationalisation de notre musique pose souvent débat dans le secteur. Le manque de piste, de formation, de carnet d’adresse et surtout de tourneurs posent souvent problème. En renforçant la qualité de l’offre des produits burkinabè, PLASMA espère juguler ces insuffisances.

Durant les différents spectacles ; cinq jeunes hommes et femmes seront formés en ingénierie de son et lumière. Cette formation est surtout la bienvenue dans cette filière car elle permettra aussi de rendre effectif l’emploi des jeunes dans ce secteur. Il sera donc organisé à partir du 17 décembre à Koudougou, la première scène ouverte avec trois grands spectacles par jour. Ensuite c’est Yako qui va accueillir la deuxième scène le 8 janvier et la périple va se poursuivre le 15 janvier à Tenkodogo pour s’achever le 26 février à Ouagadougou. Le  PLASMA greffe l’ensemble de ses activités sous les auspices de la cohésion sociale, le  vivre ensemble et le soutien aux Forces de Défense et de Sécurité (FDS). Ce projet pertinent a surtout bénéficié du soutien du Fonds de Développement Culturel et Touristique (FDCT) avec l’appui de l’Union Européenne.

Pour la cité du cavalier rouge, c’est Prince Zoétaba, Ramsess, Ancien et Daisy Franck qui ouvriront le bal en live.

 Hervé David HONLA

Les plus lus

To Top