Edito

Le tube Africain de l’année 2021 : « BOKOKO » de Roga-Roga

C’est incontestablement le tube qui fait tabac dans toutes les grandes métropoles du continent et même de la diaspora. « Bokoko » de Roga-Roga défraie la chronique partout. Ce tube explose les records et inonde les tabloïds. Pourtant, il est officiellement sorti dans les bacs à disque, il y a 90 jours.

Voici son parcours succinct que je vous dresse pour vos besoins de recherche. Roga-Roga Missile, le Grand Zangul, de son vrai nom Ibambi Okombi Rogatien, a 47 ans. Il est précisément né le 31 aout 1974 à Owando en République du Congo.

C’est dans une chorale catholique qu’il commence sa carrière musicale. Comme quoi, la véritable porte d’entrée dans la nuit passe nécessairement par la phase orphéon. Et comme tous les autres artistes, il finit par créer avec ses copains notamment ; Espé Bass, Kila Mbongo, Guy-Guy Fall, Durell Loemba, Quentin Moyasko, Oxy-Oxygène, Ramatoulaye Ngolali, Régis Touba et Pinochet Thierry, le mythique orchestre Extra Musica !

Après trois albums à succès, le groupe voit quelques membres partir pour d’autres projets. Ils vont finalement se partager le nom d’EXTRA Musica. C’est pourquoi Roga-Roga ajouta dans son groupe, le nom Zangul. Les autres mettront EXTRA Musica International.

Ce qui fera la notoriété du groupe de Roga-Roga, c’est surtout ces titres d’anthologie comme : « Etat-Major », « Shalaï » et surtout « Trop c’est trop ». Roga-Roga finira par prendre le dessus et l’autre groupe finira par s’éclater en petits morceaux et même disparaître. Extra Musica Zangul obtiendra donc plusieurs distinctions continentales dont celle du meilleur groupe musical africain de la décennie aux KORA. Roga-Roga a même été décoré par le gouvernement de son pays en 2010, comme Chevalier de l’ordre du Mérite congolais et deviendra ainsi, le premier de sa génération à recevoir une telle distinction.

Son dernier tube « BOKOKO » est un véritable Chef d’œuvre ! Pourtant, il n’a presque rien inventé dans cette splendide musique. Uniquement mettre plus de cadence, de rythmes et de percussions et guitares congolaises. Le texte est pratiquement vide de phrases… « hôôô…hein…hôôô ! » et le tour est joué.

Comme quoi : en musique, il n’en faut pas trop pour être « milliardaire » félicitations au Kemite Roga-Roga !

Hervé D. HONLA

Les plus lus

To Top