Edito

« Je dis sincèrement bravo à Madame la Ministre !» Dixit Ousmane Nacro, Ministre de l’Eau et de l’Assainissement

Une telle affirmation peut paraître flatteuse ou dithyrambique de la part du collègue de la Ministre de la Culture des Arts et du Tourisme, Dr Elise Foniyama Ilboudo/Thiombiano.

Pourtant la sincérité des propos du Ministre était tangible et transmissible à l’issue de la visite des membres du gouvernement sur le site de la galerie marchande à la Maison du peuple et au MICA du côté du siège du FESPACO. En effet, ce matin à 11h, quatre ministres ont bravé la chaleur ardente de Ouagadougou pour se mettre au côté de leur collègue et même amie (au regard de l’ambiance bon enfant qui régnait). Il s’agit des Ministres de l’Agriculture, des Aménagements hydro-agricoles et de la Mécanisation, Salifou Ouédraogo, des Ressources Animales et Halieutiques, Dr Modeste T. Yerbanga et l’Eau et de l’Assainissement, Ousmane Nacro.

Ousmane NACRO, Ministre de l’Eau et de l’Assainissement

Le FESPACO battant son plein çà et là ; pendant que les colloques se tiennent dans des salles pleines et les salles de cinéma refusent du monde, les différentes galeries marchandes sont le bastion des populations cosmopolites, faisant du même coup le plaisir des exposants venant des quatre coins du continent africain et même de la Diaspora. La Ministre en compagnie de sa forte délégation avec à ses trousses les chasseurs d’images et journalistes, a visité chaque stand (sinon le maximum) en acceptant même se faire prendre en selfie avec les exposants courageux qui osaient lui demander. Loin de vouloir prétendre que c’est une visite protocolaire, bien au contraire ; les ministres affichaient une posture décontractée et surtout désopilante. Dans chaque stand de la maison du peuple au MICA, les exposants qui avaient la chance de présenter leurs produits aux différents Ministres, explosaient de joie après leur passage. « Waououhhhh !!!! J’espère que tu as pris la photo ! » s’exclame une exposante du stand AFRIMAGE de Gualbert Thiombiano à son collègue.

Dr Elise Foniyama Ilboudo/THIOMBIANO

« …Tout en saluant avant tout, la volonté manifeste du Président du Faso, qui prend très au sérieux ce FESPACO aux grands enjeux, nous avons voulu associer le Gouvernement pas seulement de façon institutionnelle, mais également sur le terrain. Car, non seulement Le FESPACO est une affaire de tous, mais chaque département du Gouvernement intervient dans ce festival. C’est la raison pour laquelle, depuis hier, nous nous rendons dans les différents sites et ateliers pour constater avec succès le déroulement de cette biennale » Affirme Dr Elise Foniyama Ilboudo/THIOMBIANO. Dans chaque stand, la Ministre interpelait un de ses collègues sur un pan de l’activité qui concerne son département. C’est le cas du documentaire long métrage en compétition de la sénégalaise Aissa Maiga ; « Marcher sur l’Eau ». Madame la Ministre a immédiatement interpelé son collègue Ousmane Nacro.

« Je tiens sincèrement à remercier Madame la Ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme pour la réussite de cette édition. Certes, nous ne sommes pas encore à la fin, mais j’avoue que tout se passe très bien. Chaque commission se déroule à merveille. Le succès de la cérémonie d’ouverture est transversal dans chaque secteur. Sincèrement, je ne le dirai jamais assez. Bravo à Madame la Ministre ! » Renchérit le Ministre de l’Eau et de l’Assainissement, Ousmane Nacro.

Vivement que le Ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré, vienne sincèrement toucher du doigts les réalités de l’économie de la Culture et du Tourisme. Il est souhaitable qu’il rencontre les cinéastes pour comprendre les réalités de financement de cette filière. Il saura qu’on ne tourne pas un film de nos jours et gagner le l’ETALON D’OR de YENNENGA avec 10 millions. Il comprendra aussi que pour organiser un festival panafricain de ce genre, ça demande un déblocage des sous des mois à l’avance nonobstant cette équation qu’on entend partout « budget année n-1 ». Cela éviterait qu’on fustige la ministre et les organisateurs de tels évènements. Pourtant, ils n’y sont pour rien.

De gauche à droite: Françoise Sedego, Alima Ouédraogo, Hadjaratou Kadiogo

Pendant longtemps, la Culture a été méprisée par les économistes. Pourtant, les structures culturelles sont des entités économiques à part entière qui consomment et sont génératrices de ressources. Il est aujourd’hui difficile de nier les effets économiques positifs d’une activité culturelle au Burkina Faso. Ce n’est pas la star de la comédie Moussa Petit Sergent ou encore les cinéastes de renoms tels Alima Ouédraogo, Mamadou Maboudou Gnagnou, Françoise Sedego ou encore Hadjaratou Kadiogo qui diront le contraire.

Hervé David HONLA

 

Les plus lus

To Top