Academy

FESPACO : Allons au musée

Une soirée culturelle initiée par le musée national du Burkina Faso en partenariat avec son ambassadrice, Apolline Traoré. Elle a eu lieu le dimanche 17 octobre 2021 au sein du musée. L’objectif est de faire découvrir aux burkinabè et aux festivaliers la culture burkinabè.

Rasmata Sawadogo/Maïga, Directrice Générale du Musée Nationale du Burkina Faso.

Cette initiative est bien pensée car nous sommes en plein FESPACO. Cela va contribuer à donner une image valorisante du Burkina Faso à tous les festivaliers venant d’ailleurs. Une nuit rythmée de discours, de projection documentaire, de spectacles de danse et de théâtre. Le film documentaire est celui de Apolline Traoré, intitulé WITBA. Elle y retrace le parcours de femmes battantes qui ont contribué à la construction du Burkina actuel. De la Princesse Yennenga, princesse Pogtenga, Wemba Poko, Princesse Pabré, à la Princesse Guimbi Ouattara. Sans oublier celles qui ont marqués la période coloniale, des indépendances, la révolution, la post révolution et les femmes politiques actuelles. Le documentaire est sorti le 5 mars 2021, grâce au soutien du ministre de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, Harouna Kaboré. Ce dernier est par ailleurs le parrain de cette soirée.


En outre, les danses chorégraphiques et théâtrales ont magnifié la femme, à travers l’histoire de Yennenga. « On donne l’Etalon d’or de Yennenga au FESPACO et beaucoup ne savent même pas c’est quoi l’histoire de Yennenga » renchérit la réalisatrice et ambassadrice du musée, Apolline Traoré. Dr Elise Fonyamba Ilboudo/Thiombiano, également présente à cette soirée, a exprimé le souhait que cette initiative soit institutionnalisée chaque année. Ce, au regard de l’importance et de l’ampleur que cette activité génère. Elle était en compagnie de la ministre tchadienne en charge de la culture. La mise en scène de la pièce théâtrale a été écrite par Ildever Méda, et c’est l’Ecole Wamdé qui a assurée la danse chorégraphique.

Notons que le musée national va célébrer ses 60 ans d’existence en 2022.
Au cours de cette soirée, le processus de restitution des objets d’arts burkinabè a été enclenché par Karel Tomsone. Elle a remis symboliquement un objet traditionnel burkinabè, qui était exposé aux USA dans une collection privée d’art, à travers la Fondation Open society. 200 œuvres sont encore attendues de cette galerie privée américaine.

Yenntéma Priscille

Les plus lus

To Top