Academy

L’Ecole aux enfants du Sahel : Le cris de cœur des artistes

« Sauver notre éducation aujourd’hui plus que jamais. Il faut investir dans l’éducation en urgence au Sahel et veiller à ce que la Déclaration sur la sécurité dans ls écoles soit mise en œuvre. Ceci est un cri de cœur chères autorités ! » C’est la substance du message de l’Ambassadrice de SAVE THE CHILDREN, Latty dans le tube « Je veux retourner à l’école » exécuté par Alif Naaba (Burkina Faso), Safiath (Niger) et Vieux Farka Touré (Mali). Le tube a été présenté ce jour 9 septembre 2021 à Royal Beach Hôtel à la presse nationale en présence des artistes et des responsables de SAVE THE CHILDREN

 

La question de la sécurité des écoles dans les conflits armés au sahel préoccupe au plus haut degré, l’ONG SAVE THE CHILDREN. En effet, des écoles, lycées et collèges ont été détruits ou brûlés, et des enfants, des enseignants ont été tués, mutilés ou détenus de manière arbitraire. Ces agissements exposent les enfants et les enseignants à des dangers. Ce qui empêche un grand nombre d’enfants d’exercer leur droit à l’éducation et cela prive du même coup des communautés à se déplacer vers des contrées pouvant les accueillir. Dans ces trois pays (Burkina Faso, Mali et Niger) notamment dans les zones sahéliennes, les conflits armés continuent ainsi de détruire non seulement les infrastructures scolaires, mais aussi les espoirs et les ambitions de toute une génération d’enfants. Selon justement SAVE the CHILDREN, les chiffres sont accablants ! « …1,4 millions de personnes déplacées internes à ce jour au Burkina Faso. Environ 290 au Mali et près de 600 000 au Niger. Soit un total de 1,9 millions de déplacés dans les trois pays. A ce jour, près de 3864 écoles sont fermés au Sahel Central à cause des conflits armés, laissant en rade plus de 700 000 enfants et 19 000 enseignants. » Raison pour laquelle, il est donc urgent d’agir, lance SAVE THE CHILDREN.

“Le but est d’inciter tous les acteurs et parties prenantes, à aider les enfants à renouer sereinement avec les bancs de l’école” Dixit Benoit DELSARTE, Directeur Pays, Save the Children Burkina Faso

Afin de porter haut le message pour que les autorités et les institutions apprivoisent le message et agissent conséquemment ; quoi de plus efficace d’adjoindre les artistes. Alif Naaba du Burkina Faso, Safiath du Niger et Vieux Farka Toure du Mali ont été approché par SAVE THE CHILDREN, qui ont vu immédiatement un projet crédible au regard des actions qu’ils mènent déjà individuellement à l’endroit des enfants. Sous la direction artistique de la COUR DU NAABA, les trois auteurs, dans leur pays respectif, ont accordé leur violon pour présenter gracieusement ce tube « Je veux retourner à l’école » selon objectivement Alif Naaba ; « …Nous souhaitons que cette chanson interpelle nos autorités afin qu’elles soient plus regardantes en ce qui concernent la scolarisation des enfants dans ces zones de conflits. Qu’ils essayent de plaider subtilement afin qu’au moins, les enfants et les enseignants y retournent sur les bancs de l’école. Surtout que ces écoles soient sécurisées. Car l’avenir du pays dépend surtout de nos enfants ». Cela rentre d’ailleurs en conformité avec la Déclaration sur la sécurité dans les écoles. Toutes les parties intervenantes dans ce projet (Save the Children et les artistes) souhaitent que cette déclaration soit appliquée à la fois par les Etats, les institutions et les groupes armés.

« …Nous souhaitons que cette chanson interpelle nos autorités” témoigne Alif Naaba

Pour le Directeur Pays de Save the Children, Benoit Delsarte, le lancement de cette chanson « Je veux retourner à l’école » se greffe de facto, à cette vaste campagne d’activités sur le plaidoyer dénommé « Back to Shool ». Le but est d’inciter tous les acteurs et parties prenantes, à aider les enfants à renouer sereinement avec les bancs de l’école. « Investir dans l’éducation pendant les situations d’urgence, aide à briser le cycle des conflits et à instaurer une paix à long terme » renchérit le Directeur Pays de Save the Children.

Emmanuel DORI (A gauche) et l’artiste nigérienne SAFIATH

Quand au clip qui a été projeté en présence des journalistes ce jour, l’émotion était à son comble. Trois voix lumineuses orchestrées d’entrée de jeu par Alif Naaba (yeux fermés dès l’entame des premières notes), qui a commencé à déclamer son message allègrement. Puis ensuite, à l’unisson les trois ont scandé ce refrain interpellateur. « Je veux attendre à nouveau, la cloche sonnée le matin tôt. Je veux porter mon sac au dos. Je veux retourner à l’école ». Puis après, ils ont enchainé tour à tour chacun leur couplet en plusieurs langues : Français, Mooré, Haoussa et Somraï. Les images du clip suscitent davantage d’émotions et implorent les décideurs à agir au plus vite pour ces enfants.

Vieux Farka Toure (A droite) s’est dit très heureux de travailler sur ce projet aux côtés d’Alif

Il est stipulé dans la Déclaration sur la sécurité dans les écoles  ratifié par les Etats ceci ; «  Reconnaissant le droit à l’éducation et le rôle de l’éducation pour promouvoir la compréhension, la tolérance et l’amitié entre toutes les nations ; déterminés à renforcer progressivement et concrètement la protection des civils dans les conflits armés, et en particulier des enfants et des jeunes ;résolus à œuvrer ensemble pour assurer la sécurité dans toutes les écoles ; nous approuvons les Lignes directrices pour la protection des écoles et des universités contre l’utilisation militaire durant les conflits armés… » Les Artistes aux côtés de SAVE THE CHILDREN portent donc leur voix, afin que cette déclaration soit mise en application.

Hervé David HONLA  

 

Les plus lus

To Top