Regards

Queris B : L’éclosion d’un virtuose de l’Afro pop

La sortie de l’album « Irou » de l’artiste Queris B a eu lieu ce samedi 07 août 2021. Cette cérémonie s’est tenue à l’hôtel Pacific. Elle a été marquée par le lancement officiel de son clip « L’argent ». L’artiste est à son premier album.

 

C’est devant hommes de médias, amis, fans, hommes de la culture et de la musique que l’artiste a dévoilé le contenu de son album. Sur le présidium, il était accompagné par son producteur Latif Zida de la structure Latif Express. En outre, cet album qui lui a valu plus de six mois de travail, comporte quatre titres : ‘’L’argent’’, ‘’Je vis’’, ‘’La petite’’, ‘’Ni vu ni connu’’.

Queris B évoque des sujets simples mais d’actualité. Notamment, la place de l’argent dans la société et surtout au sein de la jeunesse.  D’autres thématiques liées au complexe, au jugement par apparence, à l’irresponsabilité de certains parents sont aussi abordées.  « Irou » en langue Dagara, signifie aller de l’avant. Comme une confirmation de ses racines, l’artiste a chanté en français et en Dagara. Chanteur, mannequin, acteur de cinéma, Queris B, laisse entendre à travers son maxi, que l’Afro-pop est principalement son domaine de prédilection.

Mécènes, artistes, amis et journalistes étaient présents

Il a créé un style propre à lui, bien qu’inspiré par Tenor, Floby, Smarty, A’salfo et bien d’autres, il se démarque par sa voix et les fusions locales qu’il a su badigeonner dans cet opus.  En effet, Queris est le résultat de l’inversion du mot ‘’risque’’. Le choix de ce nom n’est probablement pas anodin car il affirme avoir accepté prendre le risque d’entrer dans la musique.

Par ailleurs, il a fait une pause dans ses études en Science économie et gestion pour se consacrer à sa carrière. Eveiller les consciences, avec du rythme et des mélodies, tout en contribuant au progrès de la musique burkinabè, telle est sa mission.

Parmi les quatre titres, seul le premier ‘’L’argent’’ a déjà bénéficié d’un clip. « Aujourd’hui nous tous on aime l’argent. Je dis que l’argent n’a pas d’odeur parce que je veux inciter la jeunesse à chercher l’argent, à se mettre au travail. Quand tu as l’argent ça se sent » explique Queris B. Quant au producteur Latif « C’est comme si le respect dépendait de l’argent ». Dans ce clip l’artiste réitère « Avant on m’appelait fils, aujourd’hui on m’appelle père. Vous allez voir un petit dans le quartier on l’appelle le père juste parce qu’il a l’argent. Alors qu’au fond, il n’est pas le plus âgé. La dignité a perdu son aspect ». A travers ce clip, l’artiste veut montrer l’importance d’avoir l’argent. Selon lui, l’argent offre une certaine liberté et préserve la dignité.

Son producteur Latif Zida (à gauche), croit beaucoup à son “poulain”

En plus, Kambouélé Harouna à l’état civil, est le premier artiste que Latif Zida produit. N’étant pas dans ce domaine, il a accepté ce risque avec l’artiste qui l’inspire une certaine confiance. Mais il affirme être conscient de la difficulté de sa tâche de producteur. Il reste très attentif aux conseils et aux échanges pour bien assimiler ce domaine assez complexe. En effet, il a suivi Queris B depuis 2018. C’est en 2021, qu’il a décidé de se jeter à l’eau en le produisant.  Il apprécie la ténacité, la persévérance et la qualité musicale de l’artiste. « Après avoir écouté ses freestyles, je me suis dit que c’est quelqu’un, qui devait être vu. Même si ce n’est pas à travers moi, c’est quelqu’un que je devais aider, pour qu’il puisse s’exprimer. Je l’ai accompagné pour son premier titre, mais là c’était du mécénat pour voir ce que cela allait donner. Ensuite j’ai pris un temps de réflexion pour savoir comment les choses se passent dans le domaine. Je savais que c’était quelqu’un, sur qui je pouvais prendre du risquePour moi personnellement, je ne pense pas au profit. Donc le risque que je prends, c’est de me mettre à côté de lui, parce que s’il y a quelque chose, forcément ça va retomber sur moi. Mais, je ne pense pas au profit et je ne prêche pas ce que je ne peux pas faire. Je suis prêt à l’accompagner jusqu’au bout » renchérit monsieur Latif Zida.

Il a offert une petite prestation à l’assistance

Étaient présents à cette cérémonie de lancement Jean-Marie Nabi Zopito, Nikiema Fils de New Jersey, le Conférencier d’Afrique, etc.

Yenntéma Priscille

 

Les plus lus

To Top