Humeurs

Dr Elise F. THIOMBIANO à CANNES : «Le FESPACO c’est pour tous les africains …»

La Ministre de la Culture des Arts et du Tourisme du Burkina Faso, Dr Elise Foniyama ILBOUDO/THIOMBIANO a été ovationné devant une salle comble le 12 juillet 2012 à CANNES, à la faveur de la conférence de presse organisée par la délégation du FESPACO invitée à la 74è édition du Festival de Cannes.

 

Question d’un journaliste à la conférence de presse : «Je suis un journaliste arabe de nationalité algérienne. Qu’est-ce que le FESPACO fait pour les réalisateurs algériens, marocains, tunisiens ? Car d’autres évènements sont en train d’être organisés dans ce sens. Il faudrait prendre en compte le cinéma arabe, dans vos sélections…»

Réponse de la Ministre ; «….Jusqu’à preuve de contraire, sur le plan de la politique africaine, tous les pays arabes que vous avez cités font partie du continent africain. Le FESPACO appartient à tous les pays. Nous n’avons exclu personne, bien au contraire…» Tonnerre d’applaudissement dans la salle.

Aucune question n’a été dévié

C’est l’un des faits marquants de ce point de presse qui s’est tenue au cœur du festival de Cannes et dans le centre névralgique de la plage Gray d’Albion. Une rencontre qui était très attendue à la Croisette, d’autant plus qu’elle présentait les grandes articulations attendues lors de la 27è édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO), qui se déroulera du 16 au 23 octobre 2021 avec pour thème ; «Cinéma d’Afrique et de la diaspora : nouveaux regards, nouveaux défis »

Une occasion à la fois de présentation de la toute nouvelle équipe dirigeante qui vient de prendre fonction. A savoir la Ministre de la Culture Dr Elise F. ILBOUDO/THIOMBIANO et le Délégué Général du FESPACO, Alex Moussa Sawadogo. Les deux plus hautes autorités de ce festival ont développé avec brio (rien qu’à deux), toutes les richesses sous-jacentes qui gravitent autour de ce festival.

Le public n’a pas voulu se faire conter l’événement

Devant un auditoire assidu et très attentif, madame la Ministre n’a ménagé aucun effort pour remercier la coopération qui se porte au beau fixe entre les deux pays, le Burkina Faso et la France. Tout en saluant l’hospitalité, le professionnalisme et l’assistance du Festival de Cannes, la première responsable de la Culture Burkinabè a déballé toutes les substances de cette édition du FESPACO. Du choix de la date reportée aux conditions d’accès en passant cette garantie sanitaire et sécuritaire que les journalistes et professionnels du cinéma attendaient en guise d’assurance.

Marqué par de nombreuses innovations, le Délégué général du FESPACO est largement revenu sur chaque subdivision de cette biennale. Toutes les sections ont été développées et approuvées aux témoignages séance tenante, des férus du 7è Art.

Saisissant cette passerelle   pour inviter tous les professionnels du 7e art, Alex Moussa SAWADOGO a insisté sur la problématique du marché à travers les sections FESPACO Pro ou encore la délocalisation de certaines pôles importants du festival. Beaucoup de professionnels se sont réjouis des hommages qui seront rendus à Sembene Ousmane, St Pierre Yaméogo et Idrissa Ouédraogo.

C’est dans une avalanche de questions des journalistes et professionnels du cinéma que la Ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme a rassuré l’assistance de l’intérêt que le gouvernement burkinabè a toujours porté à cet évènement. Saluant surtout l’autre très grand intérêt qu’a manifesté le pays invité d’honneur le Sénégal. «Je ne cesserai jamais de remercier le Chef de l’Etat sénégalais qui nous avait réservé un accueil chaleureux tout en accordant une place de choix au FESPACO». En effet, bons nombres d’activités évènementielles seront entièrement soutenues techniquement par le pays invité d’honneur. Notamment l’aspect régie sono et backline au niveau des cérémonies d’ouverture et de clôture du FESPACO.

Dr Dieudonné ALAKA en interview à gauche

L’une des préoccupations majeures relevées par le Producteur Camerounais et Enseignant à l’Université, Dr Dieudonné Alaka sur la visibilité des équipes des films sélectionnées officiellement au FESPACO, a été pertinemment relevée par la Ministre. (Voire à la suite, l’Interview de Dr Dieudonné Alaka).

Tout en saluant la CNC (Centre national de la cinématographie) et le Festival de Cannes, la délégation du Burkina Faso repart sous les ovations de la salle, sur Ouagadougou avec dans leurs valises, de nombreuses conventions paraphées. Place maintenant, à la proclamation dans quelques jours, des films sélectionnés pour cette 27è édition.

Hervé David HONLA

 

Les plus lus

To Top