Regards

27è FESPACO 2021 : Beaucoup d’innovations.

Le FESPACO a tenu ce lundi 21 juin une conférence de presse au Ciné Burkina. Cette conférence est consacrée au lancement des activités de l’édition 2021 et à la présentation du visuel officiel du FESPACO. Le thème choisi pour cette année est : «Cinéma d’Afrique et de la diaspora: nouveau regard, nouveaux défis Africain».

 

Le présidium lors de la conférence avec la Ministre Dr Elise F. ILBOUDO/THIOMBIANO au micro

La 27è édition du FESPACO aura lieu du 16 au 23 octobre 2021 à Ouagadougou. Le Sénégal est le pays invité d’honneur. Il viendra apporter sa touche au festival. Aussi, pour cette année, les créateurs sont au cœur de l’événement.

A quatre mois de l’événement, le FESPACO par la voix de son Délégué Général, a dévoilé le projet artistique de cette édition. «Pour cette édition le FESPACO apportera une nouvelle dynamique suivant les nombreuses recommandations et  différentes réflexions menées ». affirme Moussa Alex Sawadogo, Délégué général du FESPACO.

“Nous apporterons une autre dynamique à cette édition” affirme le Délégué Général du FESPACO, Moussa Alex SAWADOGO

Le projet artistique est constitué de la Compétition Officielle et celle parallèle. La compétition officielle se déroulera dans cinq (5) sections reparties entre les fictions Long métrage, les films Documentaires longs métrages, les Séries télé et Films d’animation, les Court métrages (fictions et documentaires) et les Films des Ecoles africaines du cinéma.

Des sections parallèles vont regrouper une sélection de films de divers horizons et origines ne répondant pas aux critères de la compétition officielle. Certaines sections vont faire l’objet de compétions et d’autres non. Elles concernent la section de Perspectives, le Panorama, la Section Burkina, le FESPACO classics, et le FESPACO Sukabè (Enfants).

Le visuel officiel du FESPACO

La Section Burkina qui sera composée de dix (10) sera doté d’un prix du «Président du Faso» elle concerne les meilleures productions nationales de films de fictions, de documentaires (long et court métrage) et de séries produits entre deux éditions du FESPACO, représentatifs du paysage cinématographique burkinabè. Cela ne veut pas dire qu’ils ne seront pas inclus dans la compétition officielle. C’est juste une possibilité de donner plus de visibilité au cinéma burkinabè. En outre ; on a des sections telles que la section Perspective composée de dix (10) films, destinée aux réalisateurs qui sont à leur 1ère et 2è Long métrage. Cette section soutient les créateurs qui recherchent avec confiance leur propre expression artistique et qui sortent des sentiers battus avec des idées inattendues et originales dans leurs films. Notons surtout que le FESPACO sera reparti en deux grandes sections : La section artistique et la section professionnelle.

1132 films ont été enregistrés et sont en cours de sélection par le comité d’organisation du FESPACO.

Autre innovation parmi tant d’autres ; le FESPACO Pro. C’est une section qui fait partie de la section professionnelle. C’est en quelque sorte, une réforme du Marché International du Cinéma Africain (MICA) qui lui-même, ne disparaît pas pour autant. Tout ceci dans le but de permettre au FESPACO de jouer un rôle plus concret dans le développement de l’industrie cinématographique africain. En somme ; l’objectif est d’appuyer tous les maillons de la fabrication cinématographique, les acteurs, agents de vente, les distributeurs, les exploitants, les producteurs et les cinéastes dans leurs tâches respectives dans toute la chaîne des valeurs.

Toujours dans la section professionnelle, on aura les Ateliers Yennenga qui se déclinera en deux sous-programmes : Le Yennenga Post-Production et le Yennenga Academy. Les ateliers consisteront de manière générale à accompagner les films au stade de post-production grâce au Yennenga Post-production et à l’immersion des aspirants aux métiers du cinéma d’où le Yennenga Academy. Bref ; tous les acteurs du 7è Art amateur ou professionnels sont pris en compte dans ses innovations.

En plus, les autres volets du programme concernent les évènements spécifiques comme les principales activités des cérémonies officielles d’ouverture et clôture, l’Espace Idrissa Ouédraogo, les soirées chez Saint Pierre Yaméogo, le bal du FESPACO, galerie marchande et les plateaux d’animations.

A la date de la clôture des inscriptions, 1132 films ont été enregistrés et sont en cours de sélection par le comité d’organisation du FESPACO. La liste définitive sera publiée en juillet. Aussi, les différentes salles ont été identifiées. Pour la compétition officielle : on peut citer ; le Ciné Neerwaya, Ciné Burkina, le CENASA, les salles de Canal Olympia… Pour les sections parallèles on aura ; le Ciné Wemtenga, le CDC d’Alpha média, Jean Pierre Guingané, le Reemdoogo … enfin pour les sections en plein air on a la Place de la Révolution, Rond-point de la Patte d’oie.

Par ailleurs, le Palais des sports de Ouaga 2000 a été retenu pour l’ouverture et la clôture. Le  chorégraphe Serge Aimé Coulibaly est celui-là qui sera chargé de la cérémonie d’ouverture. Pour les éditions antérieures, on a eu Irène Tasenbédo, Salia Sanou, Seydou Boro, Bil Aka Kora. La rue marchande aura lieu au niveau du Camp Fonctionnaire à Bilbalogo.

Au regard du contexte sécuritaire et sanitaire difficile que vit le Burkina Faso depuis quelques années, le gouvernement rasure par la voix de la Ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme Dr Elise Foniyama ILBOUDO/THIOMBIANO. «Nous savons déjà que cette 27ème édition va se tenir dans un contexte sanitaire et sécuritaire assez difficile. Mais des dispositions seront prises pour que nous puissions prendre en mains cette situation sécuritaire et sanitaire. Les festivaliers doivent se rassurer. Également tous les partenaires techniques et financiers doivent être rassurés, que nous tenons à ce que le FESPACO puisse se tenir dans de bonnes conditions sécuritaires et sanitaires. Le gouvernement travaille à prendre toutes les dispositions  pour que nous puissions nous sentir en sécurité pour le festival »

Christophe SAWADOGO, l’un des artistiques plasticiens qui a réalisé le visuel

Quant à la question du financement de cette 27ème édition, la Ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme affirme que le Gouvernement a donné sa contribution habituelle « … maintenant nous comptons sur l’appui financier des partenaires qui ont annoncé qu’ils allaient apporter leur appui et pour certains d’ailleurs, c’est déjà un acquis.  Mais nous négocions pour avoir plus, au regard du contexte sécuritaire et sanitaire». Le budget de cet événement est estimé 1 300 000 000 FCFA.

L’affiche officielle a été également dévoilée au public et laisse voir une femme sur un cheval. Elle fait ressortir l’emblème du FESPACO, la Princesse Yennenga. Les acteurs de l’art plastique ont été associés à sa conception. Christophe Sawadogo, plasticien qui a participé à la réalisation de l’affiche s’est laissé inspirer par ce personnage. «Sur l’affiche vous pouvez voir Yennenga qui indique par la main droite où il faut aller. C’est vraiment un leader pour moi. Car elle montre chemin à suivre. Pendant ce temps, son cheval regarde en arrière. Comme pour dire que quand on lutte il faut regarder devant, mais aussi derrière soi. Donc un regard sur le passé et aussi sur l’avenir. Même si l’avenir est prometteur n’oublions pas c’est le passé qui pourra nous inspirer» explique Christophe Sawadogo. Il ajoute aussi que ce n’est pas une œuvre abstraite mais figurative.

Cette conférence de presse était également en visioconférence pour permettre aux journalistes du pays invité d’honneur d’y prendre part. Mais pour des soucis de son, l’interaction n’était pas parfaite. Etaient présent le Président du Conseil d’Administration du FESPACO, les acteurs du cinéma mais aussi de la culture.

Priscille Yènntéma

 

Les plus lus

To Top