Regards

Clôture de la semaine européenne du cinéma. «Mignonnes » ferme les portes…

La clôture de la semaine européenne du cinéma a eu lieu ce samedi 12 juin. Elle a été marquée par la projection du Film « Mignonnes » de Maimouna Doucouré. La projection s’est déroulée au sein de l’Institut Français de Ouagadougou.

Wolfram Vetter, ambassadeur de l’Union Européenne au Burkina a déclaré, ce soir, la fin de la semaine européenne du cinéma. Pour lui, le bilan de cette semaine est positif. « C’était une expérience vraiment superbe. On a eu beaucoup de films de qualité qui ont raconté l’histoire de l’Europe et l’Afrique et d’autres continents. Le film est pour moi le medium pour la compréhension des cultures, pour le dialogue. Et je crois que cela a fonctionné et la clôture de ce soir a été très bien visité, il y avait beaucoup de spectateurs, la salle était pleine et ça montre aussi l’intérêt de nos amis burkinabè et aussi européens » dit-il.

Effectivement la clôture de cette semaine a connu un grand engouement. Pour Rodrigue Kaboré, cette semaine du cinéma démontre aujourd’hui que quand on se met ensemble, les mains dans les mains on peut faire de grandes choses.

Le film de clôture était celle de Maimouna Doucouré. Pendant 95 minutes, les cinéphiles ont savouré l’œuvre de cette Sénégalaise, née et vivant en France. Ses parents sont arrivés en France avant sa naissance. Dans ce film, il est question de la rencontre de deux cultures. Celle française et sénégalaise. Amy, arrivée du Sénégal en France, découvre les passions des jeunes filles de son âge. Mais ces passions se trouvent être si éloignées de celles qu’on lui a transmis à la maison. Elle se laissera quand même prendre par ce tourbillon de nouveautés. Sa mère, elle, en plus de faire face aux multiples dérapages de sa fille, doit subir l’un des fléaux qu’ont connu de nombreuses femmes en Afrique, dont certaines continuent d’en souffrir. La polygamie. Son mari, qui était rentré au Sénégal, l’informe de la date de son mariage avec celle-là qui sera sa coépouse. La mère de Amy est meurtrie, mais doit faire comme si de rien n’était. Pire elle doit appeler ses amis et connaissances pour les inviter au mariage de son mari et de sa coépouse, et être également présente au mariage.

En outre, la salle était pleine d’émotion. «Mignonnes», est un film qui a fait soupirer certaines personnes dans la salle. «Ça m’a beaucoup touché, car c’était une histoire assez réaliste, d’une façon triste mais aussi joyeuse, qui montre bien les conflits et les potentiels de la rencontre des deux cultures, européen et africain » ajoute Wolfram Vetter.

 

Sentiment partagé par Rodrigue Kabore. «J’ai surpris quelques cinéphiles qui ont laissé couler des larmes, j’ai surpris des cinéphiles qui ont ri, qui étaient totalement dépassé. C’est le rôle du cinéma. Nous jouons un rôle d’éducateurs, parce que nous montrons certaines choses de la cité qui peuvent être bonnes ou moins bonnes » nous a-t-il confié.

Les organisateurs affirment vouloir faire mieux pour l’édition prochaine. Rappelons que, la clôture a eu lieu, mais les projections reportées à cause du deuil national, se poursuivent jusqu’au 15 juin du côté du ciné Neerwaya.

Yenntéma Priscille

Les plus lus

To Top