Entretien avec

«Celui qui n’a pas de dossier en justice vaquera librement à ses occupations » dixit Zéphirin Diabré

Le Ministre de la Réconciliation Nationale et de la Cohésion Sociale, Zéphirin Diabré a tenu une conférence de presse le mardi 1er  juin 2021. Cette conférence de presse a eu lieu au Service de l’Information du Gouvernement (SIG). L’objectif était de présenter à l’opinion publique les principaux éléments de sa feuille de route pour la réconciliation.

 

Le jeudi 04 mars dernier, il a présenté la vision du Gouvernement en matière de la réconciliation nationale. Selon lui ; les différents besoins de la réconciliation se regroupent en 6 catégories. La réconciliation communautaire, sécuritaire, économique et financière, socio-politique, administrative, et celle civique. Après cette rencontre, le Conseil des ministres a examiné et adopté le 21 avril une feuille de route.  Elle balise le chemin à emprunter et les activités à mener pour aboutir au Forum National de Réconciliation. Certaines activités connaissent déjà un début de mise en œuvre. Dans cette feuille, le Ministère de la Réconciliation a défini 5 éléments principaux. Que sont :

  • La mise en place des instruments d’orientation et de supervision. Ils sont au nombre de trois : le Conseil National d’Orientation et Suivi (CNOS), le Comité des Experts et les Comités de pilotage/comité de rédaction.

Le CNOS qui est déjà sujet de débat, est selon le Ministre, l’organe de consultation qui aura pour mission de superviser l’ensemble de la démarche et de donner les orientations nécessaires en matière de réconciliation nationale. «Spécifiquement, il est  chargé de donner son avis sur les différents aspects des politiques qui seront menées en matière de réconciliation nationale et de cohésion sociale. D’étudier et de faire des propositions sur les politiques et stratégies et tous les dossiers relatifs à la réconciliation nationale, qui lui seront soumis par le gouvernement. Dans ce sens il y a 4 documents à rédiger que sont : la Stratégie Nationale de Cohésion Sociale, la Stratégie Nationale de Lutte contre l’Extrémisme Violent, le Pacte de vivre ensemble, et la Stratégie de Réconciliation Nationale. Cet organe est placé sous la présidence du 1er Ministre. Il comprend une centaine de personnes, dont, les présidents d’institutions, quelques membres du Gouvernement, des représentants des partis politiques de la majorité et ceux de l’opposition, des anciens présidents, des repentants des autorités coutumières et religieuses, des représentants des forces de l’ordre, des OSC… Il traduit la volonté du gouvernement pour que le processus de réconciliation soit participatif ».

  • La mise en place des instruments de pilotage du Forum National. Ce sont les outils à mettre en œuvre sur le terrain. Ils sont au nombre de 4.

– Stratégie Nationale de Réconciliation

– Stratégie Nationale de Cohésion Sociale

– Stratégie Nationale de Prévention et de Lutte contre l’Extrémisme Violent

– Le Pacte du vivre-ensemble

  • La mise en œuvre des instruments de gestion de la réconciliation

Le HCRUN était le seul instrument qui gérait le processus de réconciliation. Sa mission a pris fin en février 2021 et qui a eu un mandat de 5 ans. A l’issue du forum, sera désigné, l’instrument qui va, à l’image du HCRUN continuer le travail.

  • La mise en œuvre des instances de concertation.

Avant la tenue du forum, il y aura des concertations de haut niveau et des concertations qui se dérouleront au niveau de chaque commune, région et au niveau national. Ces concertations ont pour but d’enrichir les différentes stratégies qui serviront d’outils de pilotage. Aussi, il sera mis en place le réseau de parlementaires, des élus locaux, leaders coutumiers et religieux, et des femmes, les ambassadeurs de la réconciliation.

  • La mise en place des instruments de plaidoyers et de communications.

Ils vont permettre l’implication d’autres acteurs, la création d’un espace en vue d’une meilleure appropriation de la question de réconciliation. En ce sens, il y aura des conférences, panels, émissions médiatiques…

La tenu du Forum National de la Réconciliation va consister principalement à adopter des documents sur les stratégies et le Pacte de vivre ensemble, la création du nouvel organe de la réconciliation, et à sceller solennellement la réconciliation entre tous les burkinabè à travers tout le pays et à l’étranger. Enfin, au cours de cette conférence de presse, Zéphirin Diabré est revenu sur son voyage à Abidjan. «L’objectif du voyage était de porter un message au Président de la République de Côte d’Ivoire sur l’instruction du Président du Faso, pour lui expliquer la démarche de réconciliation au BF. C’est important parce que nos deux pays ont quand même des liens, et il se trouve que certains aspects du problème de la  réconciliation se trouvent aussi là-bas. Donc l’objectif n’était pas d’aller voir qui que ce soit, mais c’était d’abord cela. Bien entendu la question du Président Blaise Compaoré s’est invitée aux échanges et j’ai expliqué la manière dont nous voyons les choses. Je le répète c’est par rapport à tous les exilés. Pour toutes les personnes exilées, nous les invitons à revenir au Faso. Selon les principes suivants. Celui qui vient et qui n’a pas un dossier à la justice, vaquera librement à ses occupations sans aucune entrave. S’il y a des menaces de la part d’autres citoyens, nous allons regarder et assurer d’une manière sa sécurité. 2è principe, celui qui a un dossier à la justice, vous partez voir le juge qui que vous soyez. »   Conclut le Ministre

Priscille Yènntéma 

Les plus lus

To Top