Ladies

NATOU : Savoir préserver ses acquis

Tout était typiquement 226 !

Tout simplement parce qu’ils ont su parfaitement préserver leur acquis et entretenir leur aubaine.  De nos jours trop de musiciens se mettent en tête des objectifs et des rêves qui ne sont pas les leurs. Pensant qu’il n’y a qu’une seule manière de réussir dans l’industrie musicale.

Pour beaucoup réussir dans la musique signifie un contrat avec une major, passer dans les radios et télés nationales, tourner en Europe, en Afrique, USA etc. devenir riche grâce à ses œuvres, être connu du grand public, faire des millions de vues à chaque fois sur YouTube etc.

Or il existe bien des autres manières de réussir grâce à sa musique et de gagner sa vie. Car après tout et notamment pour les artistes qui ne peuvent pas bénéficier d’un circuit immensément international, la réussite se résume davantage au fait de pouvoir se lever chaque matin et faire quelque chose qu’on aime, sans contrainte et sans peur du lendemain. Il s’agit simplement de vivre sa musique et vivre sa passion.

 

C’est exactement ce que l’artiste NATOU vit en ce moment !

Le bonheur qu’elle vit en ce moment, elle le doit grâce à la musique et surtout à sa persévérance. Elle a su faire fi des moqueries et capitaliser plutôt les critiques pour en faire des baromètres.

La sortie de son quatrième album «NISSALA » hier samedi 3 avril au Musée de la Musique, avait pris l’allure d’un point de presse du gouvernement. Malgré les deux heures de retard, les hommes et femmes de médias sont restés attendre la «Baswidga».

En tournée du côté de Koungoussi

Si le Ministre Harouna Kaboré  était là, j’suis convaincu qu’il allait se lancer dans un discours improvisé de 72 mn pour magnifier l’esprit patrimonial dont NATOU a fait preuve tout au long de cette conférence de presse. Du choix de salle au repas bio made in Burkina Faso offert aux journalistes,  en passant par la langue vernaculaire utilisée lors des échanges avec la presse ; Tout était typiquement 226 !

«NISSALA»  est un opus de 17 titres enregistré spécialement dans deux studios. Celui de son inconditionnel arrangeur Kevinson Laly et de K. Black. 90% de cet album évoque dans faux fuyant la place de la femme dans la société ; Ponctuée d’anecdotes, NATOU n’a pas changer sa ligne artistique encore moins musicale. Bien au contraire ; elle a su merveilleusement valoriser notre patrimoine artistique en images et en son. Pourquoi avoir honte de notre langue ou de notre sous scolarisation ?

Afin de marquer toute l’amour inconditionnel que certains admirateurs chevronnés portent en elle. Ils n’ont pas hésité à casser leur tirelire pour soutenir financièrement l’enfant de Sankouilga. 

Une conférence de presse qui avait l’allure d’un point de presse du Gouvernement

Plus de quatre millions offert cet après-là,  à l’artiste y compris deux parcelles de la part du donateur Salif Boro, PDG d’une entreprise immobilière. Entourée de collègues en l’occurrence la Présidente de l’ABFAM Mai Lingani, des autorités administratives et municipales venu de Koubri etc.

Si NATOU continue à garder si bien le cap depuis huit ans (en 2013), c’est tout simplement parce qu’elle a appris à  se démarquer. Sa voix est entendue et reconnue malgré la cohue dans le showbiz.

Heureusement qu’elle a compris que se démarquer, ne signifie pas faire des bads buzz ou encore.

Son tout dernier «NISSALA» est un véritable chef-d’œuvre, notamment le titre éponyme et surtout tubes comme : «Siida », «Kamba », «Tieng Tirga » ou encore «Wale-Wale».

Après la présentation de son quatrième album ce samedi dernier, elle était déjà attendue le même jour pour une prestation dans la capitale. Le lendemain, la native de Manga a pris le chemin de Koungoussi avec son staff pour une série de six concerts en 10 jours dans ce département.

Hervé David HONLA

 

 

 

 

Les plus lus

To Top