Humeurs

Relance du tourisme dans l’espace CEDEAO: Les experts peaufinent leur «déconfinement»

  En dépit de la COVID-19

Présidée par le Ministre de la Culture des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim SANGO, une réunion des experts et acteurs du secteur privé pour la stratégie de relance et la validation des textes réglementaires des Etablissements touristiques d’hébergement au sein de l’espace CEDEAO se tient du 13 au 18 décembre à Ouagadougou du côté de Palace Hôtel. La cérémonie d’ouverture survenue le 13 décembre a permis au chef de département de la Culture des Arts et du Tourisme de présenter la situation et débaucher quelques orientations.

Dans certains pays, le tourisme compte pour plus de 20 % du produit intérieur brut et, globalement, c’est le troisième secteur d’exportation le plus important de l’économie mondiale. En Afrique le tourisme est le cinquième produit qui rapporte le plus  dans la constitution des richesses nationales.

Malgré la crise sanitaire, les experts et acteurs du secteurs privé sont venus de la sous région

Le tourisme fait partie des secteurs les plus touchés par la pandémie de COVID-19, qui a des impacts sur les économies, les moyens de subsistance, les services publics et les perspectives d’avenir sur tous les continents. S’il faut avant tout chercher à préserver le travail de celles et ceux qui dépendent du secteur, la reconstruction du tourisme est aussi une occasion de transformation, l’accent devant être mis sur les moyens de tirer parti de l’impact du tourisme sur les endroits visités et d’édifier des communautés et des entreprises plus résilientes grâce à l’innovation, à la numérisation, à la durabilité et aux partenariats.

Abdoul Karim SANGO, Ministre de la Culture des Arts et du Tourisme

C’est la raison pour laquelle, Ouagadougou accueille ces experts et acteurs du tourisme pour d’abord, appréhender l’impact de la pandémie de la COVID-19 sur le secteur au sein des Etats membres de la CEDEAO et ensuite, construire les piliers de la résilience pour la relance. Selon le Ministre SANGO : «…Cette situation difficile ne doit pas nous faire perdre de vue que le tourisme est l’un des secteurs disposant d’une forte capacité de résilience et susceptible d’amorcer une reprise rapide après chaque crise. Le tourisme est le cinquième produit qui rapporte le plus  dans la constitution des richesses nationales. Mais c’est aussi un secteur qui génère beaucoup d’emplois»

Les participants  à cet atelier vont faire des propositions et formuler des recommandations que les différents Etats, vont donc suivre pour sauver le secteur. Venus du Ghana, de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, de la Sierra Leone, Guinée, Cap-Vert, Gambie…ils vont spécifiquement s’attarder sur des sujets tels que : l’impact de la COVID-19 sur les secteurs comme l’hôtellerie, la restauration, les tours operators ou encore les agences de voyages. Les mesures spécifiques entreprises par les acteurs du secteur privé. Cet atelier permettra également d’identifier les pistes de résilience du secteur du tourisme, d’élaborer et d’adopter un manuel de procédure COVID ZERO à l’usage de toutes les entreprises du secteur du tourisme.

Pour Mamadou TRAORE, Commissaire Industrie et Promotion du secteur privé CEDEAO:”Nous allons regarder les différentes pistes”

Le commissaire Industrie et Promotion du Secteur Privé de la CEDEAO, Mamadou Traoré a salué cette volonté de se mettre d’abord ensemble : «Il était d’abord important de nous mettre ensemble pour faire face à l’ensemble de ses défis. Nous allons regarder les différentes pistes, en nous mettant ensemble ; nous sommes surs que nous allons certainement pouvoir trouver des solutions idoines»

Norbert KODDIBI de la RCI, prône l’espoir

A l’issue des cinq jours de conclaves, les experts et acteurs du secteur envisage d’adopter le manuel de procédures COVID ZERO. Ils espèrent rendre disponible les grands axes d’une stratégie de résilience du secteur du tourisme au sein de l’espace CEDEAO. Quant à l’expert Norbert KODDIBI, Directeur des Activités Touristiques de la République de Côte d’Ivoire ; il estime que c’est l’espoir doit prévaloir. «L’espoir est permis  parce qu’il y a de vrais potentiels dans la sous-région. Il y a des opérateurs dévoués et il y a en même temps une politique commune qui est prend forme. Bref en venant ici à cette réunion, c’est l’espoir qui m’anime. Même si nos clients habituels sont encore confinés, nous pensons qu’on peut compter sur le tourisme sous régional et inter Etat voire communautaire,  pour que, très rapidement le secteur reprenne » Affirme-t-il.

Hervé David HONLA

Les plus lus

To Top