Edito

Musique Burkinabè: Le Yin Yang utilise la carte du pragmatisme

Dix artistes de la “Nouvelle génération” sous les feux des projecteurs

Les débats sur la toile  concernant la musique burkinabè consommée chez nous et les divergences générationnelles sont légitimes. Il n’y a pas de fumée sans feu, mais à un moment donné, il faut penser à éteindre ce feu.

 

Les migrations massives dues à des facteurs économiques ou politiques des pays comme le Burkina Faso vers la Côte d’Ivoire et d’autres pays,  suscitent notamment de profondes transformations des répertoires et des fonctions identitaires la musique burkinabè.  Par conséquent, si ce phénomène migratoire a certes toujours eu lieu, il a pris, durant ces dernières décennies, une ampleur particulière. Le burkinabè veut de plus en plus s’affirmer, non seulement chez lui mais aussi à l’extérieur. Beaucoup même ont compris que, la meilleure manière de rayonner à l’extérieur, c’est d’être étincelant chez toi en exaltant ton art.

Depuis déjà trois ans, la célèbre discothèque le Yin Yang s’est résolument lancée vers une véritablement ethnomusicologie. Tous les jeudis, elle ne joue qu’à longueur de journée, la musique chantée par les burkinabè. La nuance est perceptible : Ne pas confondre la musique chantée par les burkinabè et la musique burkinabè. L’objectif ici est de promouvoir toutes formes de musiques, mais chantée par nos compatriotes. Car de plus en plus, nos artistes brillent par leurs œuvres de qualité, peu importe le style. Ceux qui illustrent cette analyse en ce moment, sont la «nouvelle génération»

En récidivant  donc cette année, le Yin Yang a axé sa thématique sur les soirées «Ici on est au Faso » avec en toile de fond, la nouvelle génération des artistes musiciens.

Pendant donc trois mois (Octobre à Décembre), tous les jeudis, dix artistes de cette lignée feront preuve d’ingéniosité sur une scène qui leur sera ouverte. Au-delà de l’audience qu’on offrira exclusivement aux artistes de chez-nous, les dix artistes  se donneront en spectacles de façon successive. Il s’agit de : Fleur, Amzy, Kayawoto, Hugo Boss, Tanya, Askoy, Limachel, Razben, Wil B Black, Cheezy.

Le 15 octobre, date mémorable au Burkina Faso, sera également le top départ de la 3è saison des SOIREES «ICI ON EST AU FASO»

OXYGENEMAG s’engage donc à couvrir au quotidien ce projet uniquement en genre et salutaire en cette période de préjudice identitaire.

Hervé David HONLA

Les plus lus

To Top