Regards

Biens culturels et naturels : 257 biens culturels sont en examen

 Renforcement du patrimoine culturel

Depuis ce matin, 7 septembre 2020, le Ministère de la Culture des Arts et du Tourisme (MCAT) organise dans la salle de réunion de l’immeuble Kafando, sa première session de la commission nationale des biens culturels et naturels. Présidée par le secrétaire général Dr Lassina SIMPORE,  cette rencontre devra permettre au responsable du programme culture, au directeur général du patrimoine culturel et à tous  les membres de la commission de valider une liste d’éléments et de biens culturels en fonction de la pertinence des informations qu’ils auront collectés. Ensuite, les résultats seront portés à la connaissance du Gouvernement, à qui appartient la décision du classement des biens et éléments culturels sur la liste du Patrimoine National.

La sauvegarde des biens culturels implique l’adoption, d’un ensemble des mesures positives tendant à assurer au mieux les conditions matérielles de leur protection. Ces mesures comprennent notamment l’établissement d’une liste d’éléments et de biens culturels selon la pertinence des informations  collectées, pour les soumettre au Gouvernement. Rappelons que ; ce que le Burkina Faso considère comme bien culturel, c’est un bien qui possède une grande valeur artistique, historique ou archéologique pouvant appartenir à son patrimoine culturel. Raison pour laquelle, au regard de leur valeur, il est très important de protéger et de préserver ces biens culturels des trafics illicites. De précieux objets archéologiques, œuvres d’art et sculptures sont souvent obtenus, vendus détruits et importés illégalement en occident et ailleurs.

Autour donc du Dr Lassina SIMPORE, il sera question dans ces travaux de la première session de la commission nationale des biens culturels et naturels, de faire l’identification du patrimoine, son inventaire ensuite de passer à sa protection et à sa mise en valeur. En 2007, l’Assemblée Nationale avait adopté une Loi, portant protection de Patrimoine Culturel du Burkina Faso. Chaque bien sera donc recensé et un statut leur sera attribué. La commission donnera son avis, avant de le transmettre au Conseil des Ministres. Dès que le statut sera obtenu au niveau national, le Burkina pourra passer au niveau régional, d’autant plus qu’il y a également une liste de la CEDEAO qui est en cours. Après cette étape, c’est le niveau mondial qui sera en ligne de mire pour la liste du patrimoine mondial.

Cet exercice devra permettre de valider une liste d’éléments et de biens culturels selon la pertinence des informations collectées.

Tout commencera sur le plan interne par l’inscription au niveau national. D’où l’objet de cette première réunion ce lundi 7 septembre. Les membres statutaires auront donc la lourde tâche de se prononcer sur les biens qui seront proposés. Seule la commission nationale est l’organe habilité dans le secret 2005/435/PM/MCAT du 2 aout 2005 portant création, composition, attribution et fonctionnement de la commission nationale des biens culturels et naturels ; à donner des avis sur le processus de classement et de déclassement des biens culturels au Burkina Faso.

Elle se compose des représentants de l’administration et de la société civile culturelle. Le département en charge de la culture est animé par une volonté de renforcer le patrimoine culturel. Car non seulement, il revêt d’une importance vitale dans tout le pays, mais il représente sa culture et sa civilisation.

«Je souhaite qu’aux termes de cette session, des résultats probants soient portés à la connaissance du gouvernement, à qui appartient la décision du classement des biens et éléments culturels sur la liste du Patrimoine National» affirme Dr Lassina SIMPORE

Pour cette session de travail, la commission aura à examiner quatre-vingt-quatorze (94) biens culturels constitués de sites, de monuments et d’ensembles architecturaux d’une part, et d’autre part, de cent soixante-trois (163) éléments culturels constitués de manifestations et expressions significatives des communautés ethos-culturelles identifiées dans deux-cent-vingt-six localités du Burkina Faso.

En autorisant la tenue de cette première session ; le Ministère attend de cette commission, un examen minutieux des dossiers, qui ont été proposés par la direction générale du Patrimoine Culturel. Cet exercice devra permettre de valider une liste d’éléments et de biens culturels selon la pertinence des informations  collectées, en tenant compte des critères juridiques.

le Ministère attend de cette commission, un examen minutieux des dossiers.

Ce premier jour de session sera axé sur le renforcement des capacités des membres statutaires. Ceci dans le but de mettre tout le monde dans le même contexte pour permettre à tous les participants, en fonction de leur institution, de participer avec lucidité aux travaux. Une meilleure appropriation des bases et des critères d’appréciations, permettront aux membres statutaires d’être tous au même diapason dès le premier jour.

Le Secrétaire générale du MCAT nourrit le souhait ; «qu’aux termes de cette session, des résultats probants soient portés à la connaissance du gouvernement à qui appartient la décision du classement des biens et éléments culturels sur la liste du Patrimoine National» conclut Dr Lassina SIMPORE

Commencé ce 7 septembre 2020, cette session s’achèvera le 12 septembre 2020.

Hervé David HONLA

Les plus lus

To Top