Regards

«LA GRAINE» : Un film d’anthologie qui fera tache d’huile

Un projet cinématographique faramineux

Depuis trois semaines le 7è Art Burkinabè est en pleine effervescence dans la capitale. Des grands noms d’acteurs burkinabè investissent les espaces, les rues et même le tribunal de Grande Instance de Ouagadougou pour le tournage d’un long métrage intitulé «LA GRAINE». Première expérience en tant que réalisatrice pour Alima Ouédraogo et première expérience en tant qu’actrice principale de cinéma pour le top model Lydia BANCE.

 

La réalisatrice (A gauche) Alima OUEDRAGO aux côtés de l’icone du cinéma burkinabè Odilia Yonli

De nos jours, dans le 7è Art, tout le monde est technicien, acteur, réalisateur car l’industrie cinématographique est florissante malgré la pénurie des moyens financiers. Ceux qui s’y investissent croient en leur métier. Ils font du cinéma car ils aiment le cinéma ! Au-delà du métier, c’est une passion. Le métier de cinéma est également devenu une opportunité  pour aider les jeunes auteurs, réalisateurs à faire leurs premières armes.

Ambiance de partage sur le plateau

Alima Ouédraogo communément appelée «Sofia» grâce au succès du long métrage «Sofia» des «Films du Dromadaire» d’Aboubacar Diallo tourné aux cotés de l’artiste musicien Bil Aka Kora, est aujourd’hui derrière la caméra à travers son premier long métrage «LA GRAINE». Avant même que ce film n’entame sa post production, les langues se délient partout dans la capitale. De nombreux cinéphiles se posent toujours la question de savoir ; comment a-t-elle, en si peu de temps,  réunit des mastodontes du monde du cinéma tant au niveau technique et dans le choix des acteurs ?

Delphine Ouattara dans le rôle de l’Avocate de Sybia

« LA GRAINE » est en train d’être tourné sur fonds propre pour un budget de plus de soixante-dix millions avec les comédiens et techniciens  les  plus aguerris du contient. On peut citer entre autres : Désiré Yaméogo dans le rôle de «Sabila», Rihanata Zongo dans «Adji», Odilia Yonli dans «Belle-mère», Alizèta Guiré dans «Zena», Issa Ouédraogo dans «Le Commissaire», Delphine Ouattara dans «Avocate de Sybia», la journaliste de Savane FM Dénise Coulibaly dans «la journaliste», Alassane Dakissaga dans «Le Président du Jury», Gérard Ouédraogo dans «Procureur», Eliane Somé dans «Avocate de Bintou », Ibrahim Traoré dans «Avocat de Cédric »…

 

“Une première pour elle et une première pour moi. Que Dieu veille !” Affirme Lydia Bancé, actrice principale du film

La particularité de ce film se trouve à plusieurs niveaux. Tourné avec des techniciens burkinabè et Européens sous la production exécutive de Mamadou Gnanou, c’est une quarantaine de techniciens  qui gravitent autour d’Alima Ouédraogo. Assistée d’un conseiller artistique Patrick Gampéné, d’un directeur artistique Ildevert Médah ou encore d’un directeur cadreur Laurent Merlin ; Alima affirme avoir cassé sa tirelire pour se lancer dans son projet que certains jugent déjà faramineux. «…C’est un projet que je prépare depuis 2018. Je me suis fait assister par des professionnels du domaine. Je les en remercie beaucoup. Tous les acteurs et techniciens se sont cordialement joints à ce projet qui n’a bénéficié d’aucun financement ni subvention d’une tierce structure. J’y crois et ceux qui m’encadrent sont à fond dedans. J’ai refusé de jouer à la fois dans ce film, car il est difficile pour moi, d’être devant et derrière la caméra. C’est un film d’auteur qui mérite une attention particulière» Affirme Alima.

Plus d’une centaine de comédiens et de techniciens pour ce film

«LA GRAINE» met aux prises deux générations de comédiens. Les plus jeunes partagent les mêmes séquences avec les plus aguerris dans une ambiance de partage et d’esprit bon enfant. La jeune comédienne Eliane Somé qui depuis la série INA, n’avait plus jamais été aperçu à l’écran, même dans INA 2, refait son apparition dans ce film, en incarnant le rôle de l’Avocate. Le plus hallucinant, c’est le casting de l’actrice principale qui fait pourtant ses premiers pas dans le cinéma. Le Top model professionnel et directrice d’agence de mannequinant, Lydia Bancé a été, contre toute attente, choisie pour incarner le rôle principal de «Sybia». «En faisant mon casting, j’avais mes noms dans ma tête. J’ai organisé le casting avec les jeunes et les autres ; j’ai tout simplement regardé le profil qui me plaisait en fonction des gens que je connaissais.  Lydia Bancé venait accompagner son agent pour participer au casting. Quand nous avons fini d’auditionner tout le monde, je lui ai demandé de passer devant la caméra pour le casting. Elle a hésité au départ et finalement, quand elle est passée ; immédiatement son jeu d’acteur m’a captivé. J’avais sur le champ, trouvé mon actrice principale !» Raconte la jeune réalisatrice toute souriante et dégourdie pendant le tournage.

La journaliste Denise Coulibaly de Savane FM (Lauréate des 12 PCA) joue son rôle dans ce film

Lors du tournage des séquences au Tribunal de Grande Instance de Ouagadougou, les comédiens et techniciens  avaient  assiégé la salle d’audience tout le week-end du 29 au 30 aout de 6h à 22h. Malgré les interminables répétitions des séquences, toute l’équipe était mobilisée et enthousiaste. Visiblement chaque acteur aime son personnage dans le film à telle enseigne que certaines séquences qui ont été coupées ont frustré les comédiens. Chacun voulait entièrement jouer sa partition. «Une petite comédienne qui a osé affronter ce défi louable ! Elle a, en plus mobilisé ces deux expatriés. Elle n’a eu aucun financement. Aucun ! Rien que des amis, des frères, qui lui ont apporté quelques centaines de mille…c’est rien ! 70 millions, c’est son économie à elle. C’est du courage ! Je lui ai dit : tu oses aller mettre tout ton économie dans le cinéma ? Mais achète moi une voiture, je vais me débrouiller avec le carburant, au lieu de jeter des sous dans un film… Je n’ai pas été contente que certaines parties du scénario aient été coupé. Pourtant, j’étais suffisamment prête à jouer toute ma partition (rire)» témoigne la célèbre Delphine Ouattara qui incarne le rôle de l’Avocate de Sybia.

Alizèta Guiré dans le rôle de ZENA

Afin de rendre ce film plus fiable dans le fond et dans la forme, la réalisatrice a fait jouer un avocat de profession qui aidait également toute l’équipe concernant le langage juridique et les gestes appropriés.

C’est un long métrage d’1h 45 mn qui sera bientôt diffusée sur toutes les salles de cinéma africaines et de la planète.

Gérard Ouédraogo (Procureur)

De quoi parle ce film ?

En effet ; la dame Sybia incarnée par Lydia Bancé, est une femme éprouvée par la difficulté de mener à termes ses grossesses. Impossible de trouver la vraie raison de ce handicap. Elle décide donc d’adopter un enfant avec le consentement de son époux. Sa belle-mère plus tard, kidnappe la fille de Sybia pour la faire exciser. Malheureusement, pendant l’acte, la fille décède. S’en suivent alors escalade de colère, haine et échauffourées entre les deux familles. Bref ; l’épineuse question de l’excision est abordée avec acuité et dans un terrain large et global. En rédigeant ce scénario sous l’encadrement de Noraogo Sawadogo, Alima Ouédraogo a voulu rendre hommage à ses proches dans son tout premier film. Notamment son père. La plupart des noms d’acteurs qui sont employés dans ce film vient de sa famille, en l’occurrence : «Ben Sabila», incarné par Désiré Yameogo.

l’épineuse question de l’excision est abordée avec acuité et dans un terrain large et global

Pour Lydia Bancé ; elle avoue finalement que le cinéma est venu à elle. Rien ne prédestinait dans sa carrière qu’elle devait se lancer dans le 7è Art. «Tout est parti sur le casting et la rencontre d’une dame que j’admire dans le domaine, en l’occurrence Alima Ouédraogo. J’ai accepté de jouer le jeu et de me faire auditionner. A l’issue du casting, ils ont repéré mon jeu et ont constaté que je pouvais incarner le rôle principal. Je joue le rôle de Sybia Traoré dans le film «LA GRAINE» qui est également à sa première expérience de réalisatrice. Ce projet m’impressionne ! Une première pour elle et une première pour moi. Que Dieu veille ! L’Ambiance dans le tournage est bon enfant ! Je me suis sentie très bien accueillie dans une famille très hospitalière. Je possède également une qualité, qui est celle d’accepter et de recevoir les critiques et suggestions. Ça m’a été profitable, ils ont été à mes côtés et je me suis retrouvée à porter une responsabilité qui me permet de ne pas faillir à ma mission. Je remercie, Odile Yonli, Président Gérard, Alassane Dakissaga, Delphine Ouattara et bien sur toute l’équipe. Sans oublier Alima  qui était toujours à mes côtés pour m’orienter sur le plateau» Conclut le Top Model reconvertit en actrice de cinéma.

La sortie officielle de «LA GRAINE » est annoncée pour la fin de cette année 2020.

Hervé David HONLA

 

 

 

 

 

Les plus lus

To Top