Tapis Rouge

AFROBEAT 2020 dans une autre dimension

Un festival au service du développement

Dans un contexte toujours plus concurrentiel, les territoires sont confrontés à des risques permanents de pertes de leurs activités économiques, en particulier si le niveau de qualification de la main-d’œuvre pour ces activités n’est pas déterminant.

Afin de diminuer ces risques, certaines collectivités se tournent vers la mise en valeur des ressources culturelles et naturelles de leurs territoires en tant que moteur de développement durable. Si plusieurs municipalités ont compris l’importance et la nécessité d’une telle mise en valeur, il faut se rendre à l’évidence, que beaucoup de sensibilisation reste à faire pour éveiller les consciences aux avantages du développement culturel.

D’emblée, les pouvoirs politiques estiment généralement que l’art et culture peuvent aider les territoires à mieux résister à l’extrémisme violent. Le Ministre Abdoul Karim Sango est mieux placé pour développer cette thèse. Toutefois, il semble que la présence d’un administrateur culturel d’une municipalité ne suffise plus pour y parvenir. De plus en plus, le développement des territoires serait également lié à la capacité de concevoir, produire, diffuser et commercialiser des produits culturels.

 Raison pour laquelle, les propositions artistiques et culturelles doivent être spécifiques et non génériques aux différents territoires, communes ou arrondissements. C’est-à-dire conçues à partir de références culturelles propres au lieu ou au site, en plus d’impliquer les acteurs locaux ou les riverains.

C’est exactement comme ça que les structures CHALLENGE Communication,  Réseau Art Emergence ont perçu cette philosophie autour de la culture au service du développement.

En initiant le festival de musique AFROBEAT dans l’arrondissement numéro 3 à Tampouy, son promoteur Jean-Marie Nabi Zopito, voudrait faire de ce festival, un levier développement de cette localité. Il ne suffit pas seulement d’investir les lieux sous la poussière, pour lever les coudes et courtiser les jeunes minettes des lycées et collèges, mais c’est surtout d’asseoir une croissance endogène des espaces publics.

Jean Marie Nabi Zopito, PDG de CHALLENGE COMMUNICATION

Grâce donc l’appui financier de la société CIMFASO, la rue voisine du site du FESTIVAL DE MUSIQUE AFROBEAT sera aménagée par les poses des pavés sur les trottoirs, les plantations d’arbres, les récurages, l’installation des poubelles etc.

Un projet qui verra le jour dès le début du mois de mars 2020 est un premier du genre dans un festival de musique au Burkina Faso. Le site et les environs connaîtront un tout autre visage dès le lancement du prochain FESTIVAL DE MUSIQUE AFROBEAT qui aura lieu du 1 au 5 avril 2020.

Un acte hautement salutaire dont les répercussions devraient raisonner dans les salons feutrés de du palais présidentiel à Kosyam.

Hervé David HONLA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plus lus

To Top