Zoom

Donsharp de Batoro : La ruée vers le Kundé d’Or est lancée

«Soundiata» pour le couronnement

La plus prestigieuse et célèbre distinction  musicale d’Afrique commence déjà à donner du tournis aux nombreux créateurs burkinabè. Le KUNDE, puisqu’il s’agit de cet évènement, se déroulera le 29 mai 2020 à Ouagadougou au Burkina Faso.

Batoro Seydou alias Donsharp de Batoro

Depuis donc 2001, surtout en période du mois d’avril, Ouagadougou devient la capitale africaine de la musique. Vingt années d’existence sans discontinue, le KUNDE est devenu la manifestation musicale la plus convoitée par les artistes.

Plusieurs artistes sont nominés et plébiscités dans plusieurs catégories. Mais la catégorie la plus convoitée uniquement par les artistes Burkinabè est le KUNDE D’Or. Le fait simplement d’être nominé dans cette catégorie, provoque des frissonnements aux yeux des créateurs. Selon les critères énoncés par le commissariat général des KUNDE ; il faut être un artiste ou groupe d’artistes burkinabè, auteur d’au moins deux (02) œuvres dont la dernière doit être sortie et/ou diffusée entre le 1er mars 2019 et le 29 février 2020. L’œuvre doit être d’une bonne qualité artistique, avoir connu un succès commercial (ventes et spectacles) et/ou bénéficié d’une bonne diffusion dans les médias, sur le net et dans les espaces de diffusion (espaces culturels, discothèques, maquis…). L’artiste doit disposer d’éléments de promotion (clip, press-book, poster, Internet…). Il doit faire montre d’une progression artistique et d’une dynamisation dans l’organisation de sa carrière.

Le clip “Soundiata” a été tournée dans le village Kôrô

Très alertés et très avertis quant aux critères, les artistes musiciens en ont fait du mois de février, le mois de tous les enjeux. Pour preuve : du 1er février au 29 février 2020, le Burkina Faso comptera une vingtaine de sortie discographique. Les plus célèbres et les mieux outillés à l‘image de Donharp De Batoro, sont déjà positionnés sur les starting-blocks.

Batoro Seydou à l’Etat civil alias Donsharp de Batoro prépare la sortie de son prochain opus le 26 février. Le monde du showbiz retient son souffle en ce moment. D’aucuns annoncent un tsunami dans le monde musical burkinabè en gestation.  Dans les coulisses, l’artiste est en train de réaliser un clip fantasmagorique sur le titre d’anthologie «Soundiata». Tourné dans les conditions hollywoodiennes  avec plus de 15 tonnes de matériels audiovisuel. Une centaine de comédiens, acteurs et danseurs encadré par une forte équipe technique composée d’une cinquantaine de personnes. Le déploiement d’une soixantaine de cavaliers atteste que le Directeur Général de la structure Afrika Production, ne fera pas dans la figuration en 2020. Le clip est en train d’être réalisé dans l’un des sites burkinabè les plus historiques de son existence. Le bastion de la tradition mandingue.

 

Un cachet particulier au tube «Soundiata » qui fera certainement couler beaucoup d’encre et de salives

C’est dans le village kôrô situé à quelques kilomètre de Bobo-Dioulasso, à plus 400 KM de Ouagadougou que Donsharp allias Sharpman a installé son quartier général pour le tournage de clip. Le paysage et le relief de cette localité reflètent selon l’auteur, l’histoire de l’empire Mandingue. Ce clip doit être en phase avec  le tube  «Soundiata » qui devrait transporter les mélomanes dans les années 1235/38 où le fils de Sologon, désocialisé  et éloigné au départ, est devenu un roi puissant et charismatique qui établira la charte du Mandé et conduira son empire vers la victoire.

Artiste parolier, éditeur et producteur d’artistes et  concepteur de la marque TPM (Afrique, Terre de la Prochaine Migration), Donsharp De Batoro entend enfin, créer l’humanité aux yeux des acteurs culturels à travers son tube «Soundiata» au KUNDE 2020. Celui qui aura bourlingué à travers les grandes capitales du monde avec comme bâton de pèlerin ; la musique burkinabè. Il est monté sur les grandes scènes du monde, où il a déclamé son art oratoire  à 3 m des Chefs d’Etats et des patrons des institutions avec en toile de fond, le drapeau Burkinabè.

 

un clip fantasmagorique se prépare dans les coulisses

Un cachet particulier au tube «Soundiata » qui fera certainement couler beaucoup d’encre et de salives. C’est un cocktail, de rythmes, de danses de paroles et d’aires de griot, racontant de façon subtile l’histoire de Soundiata Keita. Celui qui grâce à son courage, son abnégation il a réunis tous les royaumes pour constituer l’empire du Mali. Il est proclamé Mansa (Roi des rois). Lors de son intronisation, la confrérie des chasseurs du Mandé proclame la Charte du Mandé qui abolira l’esclavage. Ce qui deviendra plus tard, la première déclaration des Droits de l’Homme.  

Entre envolée de griots, flute, percussion et guitare basse, Donsharp a su allier le «Binon» et le folklore Mandingue autour de la légende Soundiata. Un tube riche en enseignement où l’auteur nous asperge d’une délectante moralité de l’histoire galvanisante.

Moralité de l’histoire

«Fils : Il n’y a d’handicap, que dans la tête.

Fils, Nk’o : Dieu ne créé jamais un oiseau aveugle, sans en avance lui montrer comment trouver sa pitance.

Fils : si des décombres de ton être, tu réussis à renaître de ta souffrance,

Fils dis-toi que toi, tu es un…SOUNDIATA.

Enfin Fils : si l’envie d’abandonner te tente, dis-toi que tu peux réveiller en toi :

La Yennenga qui dort !

Le Babemba qui dort !

Le Behanzin qui dort !

Le Samory qui dort !

Le Lumumba qui dort !

Le Mandela qui dort !

Réveilles en toi le SANKARA qui dort ! Mon Fils…»

Hervé David HONLA

 

Les plus lus

To Top