Tapis Rouge

Conclusions des Ministres de la Culture du G5 Sahel

Plus d’implications des autorités coutumières

Les ministres de la Culture du G5 Sahel ont adopté à Ouagadougou, le 17 janvier 2020, la Déclaration de Ouagadougou sur la contribution de la Culture à la prévention et à la lutte contre l’extrémisme violent dans les pays du G5 Sahel.

Une conférence des Ministres en Charge de la Culture s’est tenue du 15 au 17 janvier à l’Hôtel Silmandé de Ouagadougou. En effet, les Ministres du Mali, du Burkina Faso, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad admettent que la réponse militaire n’est pas la seule alternative dans la lutte contre le terrorisme. La culture par exemple ; grâce à son caractère immatériel et matériel peut aussi permettre de bâtir une société humaniste et prospère. L’implication de la culture dans la gestion de tel conflit est d’autant plus importante qu’elle devrait favoriser l’intégration des peuples, l’inclusion, la paix et la cohésion sociale.

C’est la raison pour laquelle, les Ministres en charge de la Culture du G5 Sahel ont salué les efforts des Etats membres concernant l’orientation de leurs politiques et stratégies et développement culturel.

Mais, pour faire face à ce mal pernicieux du 21è siècle qu’est l’extrémisme violent, le secteur de la culture des différents pays membres du G5 Sahel,  est confronté à une déficience du budget qui leur est alloué. Lors de cette conférence, les acteurs culturels ont réitéré leur vœu, que l’on prenne en compte le volet culture dans la stratégie de développement et de sécurité du G5 Sahel et les projets prioritaires définis dans le Programme d’Investissements Prioritaires (PIP). Ils ont réaffirmé la nécessité de la promotion des systèmes de valeurs en partage au sein de leurs communautés, non seulement pour la paix mais également pour le développement durable.

Les Ministres de Culture du G5 Sahel ont rencontré le PF

Dans les conclusions, les cinq états membres ont décidé, par le biais de la coopération Sud-sud, de conjuguer leurs compétences, ressources et expériences en vue de la prise en compte effective des systèmes de valeurs culturelles partagées, de manière à assurer leur utilisation pour construire un vivre ensemble harmonieux et dans leur espace commun.

Tout en saluant le soutien des partenaires techniques et financiers pour la mobilisation des ressources et la mise en œuvre des objectifs du PIP dans le cadre du plan triennal 2019-2021, le Ministre de la Culture des Arts et du Tourisme Burkinabè, Abdoul Karim SANGO a affirmé que : «Si la Culture est marginalisée, non intériorisée, il manquera à nos sociétés, la possibilités d’affronter les problèmes fondamentaux liés à l’insécurité et au développement durable»

«Si la Culture est marginalisée, non intériorisée, il manquera à nos sociétés, la possibilités d’affronter les problèmes fondamentaux liés à l’insécurité et au développement durable» Dixit Abdoul Karim SANGO

A l’issue de ces 72h de consistoires, les Ministres de la Culture du G5 Sahel ont également souhaité que les autorités coutumières et traditionnelles soient impliquées à tous les niveaux de réflexions et de décisions. Notamment, dans la  mise en place d’un cadre d’échanges entre autorités coutumières et traditionnelles des pays membres du G5 Sahel, de la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent par la mutualisation des mécanismes endogènes et des expériences acquises.

“les autorités coutumières et traditionnelles doivent être impliquées à tous les niveaux”

Lors de cette cérémonie de clôture un protocole d’accord de coopération culturelle entre le Burkina Faso et la République du Sénégal a été paraphé. Une séance solennelle qui avait été placée sous le très haut patronage du Président du Faso, son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE et qui a connu la participation du Premier Ministre, son Excellence Monsieur Christophe Joseph Marie DABIRE.

Hervé David HONLA

Les plus lus

To Top