Paroles d'interet

Conférence sur l’extrémisme violent: Les Ministres de la Culture donneront le ton !

La culture peaufine ses stratégies

«La Culture est la Bombe atomique qui va éradiquer l’extrémisme violent !» C’est en ces termes que le Ministre de la Culture des Arts et du Tourisme Burkinabè, Abdoul Karim Sango a clos son entretien avec la presse ce soir, 08 janvier 2020 à l’immeuble KAFANDO à Ouagadougou. Une rencontre dont l’objet était d’annoncer la tenue très prochaine de la Conférence des Ministres en charge de la Culture des pays de l’espace G5 SAHEL.

 

L’espace G5 SAHEL à savoir ; le Niger, le Burkina Faso, le Mali, le Tchad et la Mauritanie ont évoqué l’urgence de travailler davantage en synergie pour mettre fin à l’extrémisme violent. Cette zone fait face à de nombreux conflits violents et connaît de nouveaux phénomènes transnationaux, tels que le terrorisme et la criminalité organisée. Les activités extrémistes se sont étendues dans toute la sous-région en termes de fréquence, de gravité des attaques et du nombre de pays touchés.

Face donc à cela, les efforts doivent s’accompagner à la fois par des actions politiques et culturelles. Ils doivent être cordonnés avec ceux des autres forces et acteurs régionaux et surtout reposés sur une collaboration et une rééducation des populations.

C’est la raison pour laquelle, les Ministres en charge de la culture de ces différents pays, ont décidé de «prendre le taureau par les cornes».

En effet, du 15 au 17 janvier 2020 se tiendra à Ouagadougou une conférence des Ministres en charge de la culture de l’espace G5 Sahel sous le thème principal «Contribution de la culture à la prévention et à la lutte contre l’extrémisme violent». Cette conférence selon le Ministre Sango, devra aboutir à une Déclaration de Ouagadougou dans le but de prendre en compte le secteur culturel dans la lutte contre l’extrémisme violent.

Apparu devant la presse nationale «très chaud» et prêt à en découdre avec toutes les questions que les journalistes allaient le poser ; le Ministre se lançait à une véritable joute oratoire dès la moindre question qu’on lui posait. A telle enseigne qu’il a demandé à l’issue de la rencontre ceci : «Posez toutes vos questions hein ! Parce qu’il ne faut pas après aller dire que le Ministre a dit ceci et cela…» Tout compte fait, le Ministre a toujours gardé cette conviction que la culture a plus que jamais, un rôle à jouer dans la prévention et la lutte contre ce phénomène. Il a d’ailleurs évoqué la connaissance des valeurs africaines qui doit nous rappeler ce qu’elles ont représenté dans le passé pour bâtir des royaumes solidement ancrés dans la solidarité, le partage et l’hospitalité.

«La Culture est la Bombe atomique qui va éradiquer l’extrémisme violent !» Dixit le ministre SANGO face…

Ainsi donc ; au cours de ces 72h de colloque, des experts des 5 pays travailleront à identifier les axes stratégiques de la culture comme étant un moyen de résilience et surtout, ils élaboreront d’une feuille de route commune transnationale. Les participants viendront du Mali, du Niger, de la Mauritanie, du Tchad et du Burkina Faso. Les acteurs dans différents domaines de la culture de ces pays, viendront à la fois, donner des communications mais également, ensemble, ils définiront les axes stratégiques en vue de l’élaboration de cette feuille de route.

…à la presse venue massivement l’écouter

Car, selon le Ministre, la  Culture ce n’est pas seulement le folklore, mais c’est surtout la formation et l’éducation. «Il faudrait que l’on se réapproprie les valeurs de nos ancêtres. Quand le Rwanda a quitté le génocide, les responsables ont rééduqué les populations…» renchérit-il. La formation pourrait donc être mise en valeur dans la contribution du respect des aînés, de la discipline et surtout du rétablissement des relations solides entre l’Etat et la société. Ceci pour établir un environnement hospitalier axé sur la cohésion sociale. Seule la culture peut être capable de reconstruire cela.

Des éminents conférenciers tels que les Journaliste Jean Baptiste Placca, Ludovic Kibora ou encore l’Homme de Culture Etienne Minoungou seront actifs lors des colloques. Des observateurs venus du Sénégal et de la Côte d’Ivoire seront aux côtés des partenaires techniques tels que le Secrétariat permanent du G5 Sahel, l’UEMOA et le PNUD.

“Il faudrait que l’on se réapproprie les valeurs de nos ancêtres”

Une conférence des Ministres en charge de la culture qui ne résoudra pas ce phénomène de l’extrémisme violent dans l’immédiat, mais plutôt dans la durée.

Tout compte fait, les Ministres en Charge de la Culture des Pays  de l’espace G5 Sahel, ont un très grand rôle à jouer.

Hervé David HONLA

 

Les plus lus

To Top