Regards

L’agence Bassnéré dresse son bilan

Une année satisfaisante

On n’a pas besoin d’attendre cinq voire dix ans pour s’adjuger le statut d’entrepreneur culturel. En une année l’Agence Bass Néré le démontre sur le terrain et de la manière la plus conventionnelle.

 

Fondée le 21 juin 2018 par son Président Directeur Général Ousséni Gandéma, l’Agence Bass Néré s’est consacrée dans la promotion culturelle, l’évènementiel, la production des artistes musiciens et surtout l’exportation de l’industrie musicale.

Ousséni Gandéma (à droite) félicité par le DG du BBDA Walib BARA

Le 22 décembre 2019, cette agence a tenu à dresser son bilan culturel devant les hommes de médias et une bonne brochette d’acteurs culturels de la capitale. Placée sous le parrainage du Secrétaire Permanent du Conseil National de Lutte contre les Infections Sexuellement Transmissible (SP/CNLS-IST) Smaila Ouédraogo et du Co parrainage d’El Hadj Idrissa Soré, cette rencontre jubilaire a été aussi une occasion pour Ousséni Gandéma d’énumérer les actions qui ont été menés tant au Burkina Faso qu’à l’extérieur.  On peut citer entre autre ; la deuxième édition du FEMUZO qui a eu lieu du 15 au 17 février 2019. Le concert au stade Naba Baongho de Tanghin (Concert Zistar) le 14 juin 2019. Le tournoi Maracana Nong Taaba qui a eu lieu du 31 août au 6 octobre 2019. Le voyage d’échanges culturels en Italie, France et Allemagne. Formations au profit des acteurs culturels…

«Nous sommes fiers d’avoir accompli notre mission en 2019 et surtout d’avoir exécuté tout notre programme d’activités » affirme Ousséni Gandéma. Tout en remerciant le Ministère de la Culture des Arts et du Tourisme, le Ministère des Sports et Loisirs, le PDG de l’Agence Bass Néré n’a pas tarit d’éloges aux différents chefs coutumiers et des jeunes de Zogona et de Tanghin.

Si en une année l’Agence Bass néré peut se targuer d’avoir organisé quatre événements majeurs dès sa première apparition dans le milieu culturel Burkinabè, c’est aussi grâce à son dynamisme et son programme d’action transparent. La filière musique fait partie des priorités de cette agence, raison pour laquelle, son écurie s’est attelée à mettre sur orbite de nouvelles perles dans le patrimoine musical burkinabè. Production, management et diffusion. On ne peut pas mettre un artiste musicien en studio et ensuite le laisser voler de ses propres ailes. L’agence Bass Néré estime qu’un artiste musicien est avant tout, une entreprise. C’est donc un travail qui doit se faire à la chaîne.

Auréolée cette année de nombreuses reconnaissances et distinctions, Ousséni Gandéma affirme qu’il ne dormira pas sur ces lauriers. D’ailleurs ; l’année 2020 est une année de prise de décision. «Nous allons joindre la parole aux actes » conclut-il.

Hervé David HONLA

 

 

 

 

Les plus lus

To Top