Zoom

Bilan artistique de Dez Altino: 250 concerts en 2019

 

Une année de gloire

Le Kundé d’Or 2013, Dez Altino fait partie des trois artistes Burkinabè qui se sont les plus produit officiellement au Burkina Faso et à l’extérieur cette année.

Se produire à plusieurs spectacles semble fastidieux au premier abord : il faut penser à réaliser une belle œuvre discographique, faire la communication, réaliser de beaux clips, s’entourer d’une bonne équipe dévouée pour ta cause, avoir un bon réseau presse et être magnanime sur le digital

Il y a tellement de choses à penser qu’on en oublierait presque. Ces artistes qui n’arrivent pas être sollicités lors des spectacles ne choisissent pas souvent la bonne cible pour leur représentation. D’autres parts, malheureusement,  certains  sont victimes des intrigues de la part de quelques promoteurs ou diffuseurs (car c’est fréquent dans le milieu). Ou tout simplement parce que, leur produit n’est pas de bonne facture.

Mais arriver à survoler le showbiz dans son pays pendant plus d’une dizaine d’années surtout en cette époque florissante de la musique, il faut être un baroudeur. L’industrie musicale est devenue un marché concurrentiel, rude et prospère. Le social a laissé la place au bizness. Raison pour laquelle, ceux qui font dans l’ambiance facile ou de la variété urbaine, sont souvent pris en tenaille.  Ils sont contraints d’être toujours à la UNE. Les diffuseurs leur exigent des sommes faramineuses pour passer leurs œuvres et par ricochet, ils adjurent aux producteurs de spectacles, des cachets ahurissants pour leur prestation. Bref, l’industrie musicale est devenue une véritable jungle où les aigles ne volent pas avec les mouches. Où les plus grands piétinent les plus petits, où les carnivores dévorent les omnivores etc.

Le clip “Zemstaba” sortie prévue pour le 2 janvier 2020

Dez Altino s’est forgé un caractère dans ce domaine depuis 13 ans. Année de sa première apparition sur la scène musicale. Aujourd’hui, s’il faut se restreindre à notre environnement musical, il est une véritable star de la musique Burkinabè.

Pour cette année 2019 qui tire à sa fin, cet artiste qu’on appelle à juste titre, le Prince National, a été sollicité à outrance,  tant dans les festivals, les concerts dans le pays et hors du Faso.

C’est 20 concerts par mois avec en prime, 48 concerts prévus entre le 1er novembre et 31 décembre 2019. C’est trois collaborations ; Awa Boussim, Barça 1er et Habibou Sawadogo. Il a écumé les plus grandes scènes des festivals au Faso à l’instar de Ouaga Hip Hop, Les Nuits Atypiques de Koudougou, le Beogo Tour au CENASA… pour ne citer que ceux-là. La collaboration avec KPG restera l’une des fusions les plus marquantes dans le domaine de l’Art au Burkina Faso. Sans oublier ce trio avec Mareshal Zongo. C’est aussi deux clips «Mak Daore » sortie le 13 juillet et «Zemstaaba » prévu pour le 2 janvier 2020. Tout en signalant que le clip «Bangue Pinda » a reçu le KUNDE du meilleur clip en 2019. Un artiste qui continu également à faire flamber les ventes d’albums qui sont en perte de vitesse dans l’industrie mondiale. C’est plus de 2000 CD vendus en 2019.

C’est donc une année pleinement glorieuse qui augure une année 2020 chatoyante en termes d’explosion de sa carrière. Mais l’artiste reste très pondéré et a décidé de consacrer sa musique en 2020 dans une formule de marché. Il proposera des packages live réduits et bien goupillés pour des festivals à l’étranger.

Hervé David HONLA

Les plus lus

To Top