Tapis Rouge

Ciné Droit Libre, s’interroge sur le sens de la démocratie!

A vos marques…Débattez!

La quinzième édition du festival de Films sur les Droits Humains et la Liberté d’Expression (CINE DROIT LIBRE) a ouvert ses portes le 7 décembre 2019 à l’Espace Culturel GAMBIDI par sa traditionnelle cérémonie d’ouverture. Ont pris part ; d’éminentes personnalités politiques, culturelles et de la société civile. Une édition qui va s’appesantir sur le thème interrogateur «Pourquoi la démocratie ?»

De gauche à droite: Michel Kafando, Diallo Abdoulaye, Pr Théophile Obenga (parrain CDL2019), Me Bénéwendé Sankara (Vice-président de l’Assemblée nationale), Remi Remis Fulgance Dandjinou (Ministre de la Communication) et Alpha Barry, Ministre des Affaires Etrangères.

Entre les allocutions du Président de la 15e édition du festival, l’ex Président du Faso, Michel Kafando, du coordonnateur Abdoulaye Diallo et du parrain le Pr Théophile Obenga, des rencontres étaient déjà lancées au sein du site officiel à l’Espace Gambidi.

Au regard de multiples crises qui secouent l’Afrique, le comité d’organisation a trouvé opportun d’aborder la question de la «Démocratie » dans toute sa plénitude. En somme ; l’édition 2019 a axé sa thématique générale sur la défense et la promotion de la démocratie. Comme dans son habitude, l’ossature de ce festival gravite autour de trois grands principaux : le film, le thème et le débat. C’est une trentaine de films et non des moindres, qui seront présentés et débattus dans une quinzaine de sites à Ouagadougou. C’est aussi une quinzaine d’acteurs internationaux de la société civile, cinéastes, Professeurs, artistes qui sont présents au Faso. On peut citer entre autres ; le Parrain le Professeur Théophile Mwené Ndzalé OBENGA de Congo-Brazzaville. C’est un Docteur d’Etat des Lettres en Sciences Humaines. Il a été cooptée à cette édition car sa vision sur l’histoire noire africaine est assez pertinente et objective. Cette histoire est recentrée sur les préoccupations des chercheurs et intellectuels noirs africains. Car selon lui, c’est l’Afrique et rien que les Noirs Africains qui savent revisiter et conter leur histoire. Il est d’ailleurs l’auteur d’une théorie linguistique qu’il a baptisé «négro-égyptien». L’ex Président du Faso, Michel Kafando préside cette édition. Les artistes camerounais et sénégalais respectivement le Général Valsero et Didier Awadi sont présent pour partager leur expérience. Pas uniquement dans la musique, mais surtout pour leur engagement et leur militantisme sur la question des droits humains et de la démocratie. L’américaine Phyllis TAOUA, professeur d’Etudes Francophones à l’Université d’Arizona viendra partager son expérience à travers les ateliers et masters class qui auront lieu.  Des cinéastes tels que la burkinabè Chloé Aicha BORRO LETTERIER, la nigérienne Amina MAMANI, la sénégalaise Katy Léna NDIAYE viendront renforcer la grande délégation des cinéastes burkinabè tels que  Michel K ZONGO, Apolline TRAORE, Kiswendsida Parfait KABORE ou encore Sekou TRAORE.

Allocution du Président Michel KAFANDO à l’ouverture

La particularité de ce festival réside dans la qualité des films qui sont projetés. Des films presque rares et parfois censurés dans certains pays, sont présentés gratuitement lors de ce festival, avec la présence des réalisateurs.  Le documentaire «ON Air, la voix des sans voix » de Manno Lanssens sur un média burundais. « Sr les traces de Abdoulaye Mamani » de Amina Mamani, «Cod case Hammars Kjôld » de Mads Brugger ou encore «Gao, la résistance d’un peuple » de Kaourou Magassa au Mali sont entre autres les films poignants que le public sera emmené à regarder.

Un plateau TV au sein du festival

Au-delà des projections de films suivis de débats, le festival regorge une panoplie d’activité : «Dialogue Démocratique» qui va s’articuler cette année, sur l’implication des populations dans la lutte contre l’insécurité. Le «Concours 10 mn pour convaincre » qui est une compétition d’art oratoire opposant les étudiants. Les Expositions et stands, les masters class entre les cinéastes et les apprenants. Des rencontres à la MACO (Maison d’Arrêt et de Correction de Ouagadougou)…

le Pr Théophile OBENGA (A gauche)

Pour les trois premiers jours (7, 8 et 9 décembre 2019) ; c’est l’Espace Culturel Gambidi qui accueillera le festival. Des performances des dessinateurs, des animations musicales en soirée, des plateaux Télé sur la liberté d’expression et les fakenews, les masters class d’Apolline TRAORE et des projections de films sont déjà en cours. C’est le film d’Astra Taylor «Qu’est-ce que la démocratie ?» qui a ouvert la cérémonie suivie du débat animé par le parrain Théophile OBENGA.

Hervé David HONLA

PH: Gidéon Vink

Les plus lus

To Top