Libre Propos

“LE MESSAGE” de Martin N’Terry

Coming from Washington DC

Hier, je suis allé tranquillement m’installer à la terrasse VIP TITIS du SIAO aux environs de 17h dans le but de rester seul et m’évader dans mes pensées. Mais aussi et surtout pour écouter le nouveau single “LE MESSAGE” que venait de me transmettre Martin N’Terry depuis les USA.

L’autre hymne pour la Nation “LE MESSAGE”

 

Au moment où j’étais en train de sortir mon Huffer Boomer JBL, un jeune homme qui admire mes positions dans le milieu culturel, s’approche vers moi pour me congratuler. Après les salutations d’usage, il appelle un Garçon de Café afin qu’il me serve ma consommation préférée. Ce que je rejette gentiment. “Je ne bois pas en début de semaine. Merci ” lui ai-je répondu.

Observant que je venais de déposer mon Boomer sur la table, il me demande ceci: “LECHAT, quelle musique t’apprêtes-tu à écouter ?”

Le tout dernier Martin N’Terry», lui ai-je répondu.
“Han! Dans ce cas, LECHAT, je m’installe à tes côtés pour qu’on l’écoute ensemble!”

Dès que j’ai activité le Bluetooth, silence total! Ce sont les premières notes musicales du single “LE MESSAGE” qui commencent.

C’est une guitare samplée d’un son “wang- wang” qui sonna d’entrée de jeu du morceau. Sa petite voix langoureuse qu’on n’avait plus entendue, s’est vite reconnue et retentit dans nos oreilles. Mon voisin Léopold Balima me dit tout effaré “C’est lui! Je le reconnaît !”

Généralement quand un tube est mal mixé ou mal arrangé mon Boomer, le détecte vite. Celui de Martin N’Terry ne souffrait d’aucune animosité.

Sa musique reggae est chantée complètement en moore avec une aisance et justesse perfectionniste. Pour retrouver une telle sensation, il faut remonter à Roger Wango pour savourer une telle sensation. C’est l’un des rares artistes encore en activité au Burkina Faso, qui peut te chanter à la perfection, un reggae aussi pur en Moore. Martin N’Terry l’avait aussi démontré il y a sept ans avec la sortie de l’album “Nonga” qui avait fait fureur.

Mais le single que nous sommes en train d’écouter en ce moment, transperce nos tripes. “LECHAT, est ce que tu peux me l’envoyer par Bluetooth dès qu’on finit de l’écouter ?” Me souffle à l’oreille Léopold.

Chaque instrument (basse, solo, saxo, piano…) est parfaitement aligné sur sa piste et bien audible. L’apparition des chœurs momentanés donne un excellent groove dans ce fond musical.

Là où l’artiste démontre qu’il est d’une maturité musicale sans faille, c’est quand il laisse le tube respirer au milieu de la chanson en ouvrant une parenthèse sur les envolées lyriques des instruments à vent tels que; le saxo ou encore la trompette. C’est d’une hauteur artistique irréprochable! Il a même osé inclure en filigrane, des airs de guitare basse.

Des vents qui apparaissaient et disparaissent comme des escadrons d’abeilles saupoudrées par des couplets moorephones qui n’ont pas laissé mon admirateur du soir indifférent.

“LECHAT, dommage que tu ne comprends pas moore. Même les textes de cette chanson sont profonds” m’interpelle-t-il.

“Qu’est-ce qu’il dit?” Lui interroge.

” Il parle avec compassion et souplesse de l’amour pour sa Patrie avec beaucoup de divinités. Il parle d’action de grâce et d’imploration envers Dieu. Il demande à briser les tabous et à ne pas se laisser manipuler par les fanatiques religieux. Il nous demande plus de prise de conscience en faisant le distinguo entre le bien et mal. Il rend hommage aux héros nationaux qui ont sacrifié leur vie pour le Burkina

Je suis resté pantois quand j’ai fini d’écouter ce tube. Nous l’avons rejoué hier soir-là, à plusieurs reprises. Cinq à six fois. Parfaite harmonie entre sa voix mélodieuse et les instruments. Il a su badigeonner le folklore moaga au reggae jamaïcain, sans surtout perdre son identité musicale. C’est du Martin N’Terry encore plus amélioré. Difficile une fois de plus, que je me trompe sur ce coup.

“Mais LECHAT, Martin N’Terry a disparu là! Il signe son retour où quoi ? Où est ce qu’il a enregistré ce tube? Ce n’est pas chez Kevinson j’espère ”

“Qui t’as dit que Kevinson ne peut pas sortir un tel chef d’œuvre? Lui aussi, il a son registre. Laisse Kevinson en dehors de ça. Chacun dans son gombo. “LE MESSAGE” a été entièrement enregistré en live à Washington DC, au studio du célébrissime Georges KOUAKOU. C’est le mythique studio LION & FOX” où des légendes du reggae jamaïcains ont réalisé leurs exploits. Je pense à : Burning Spears, Larry Cheick, Luky Dube, Alpha Blondy, Culture, Ismael Isaac, Hamed Faras, Serges Kassy etc.

Martin N’Terry sera aux Nuits Atypiques de KOUDOUGOU du 27 novembre au 1er décembre prochain

A la fois satisfait et dubitatif d’avoir écouté “LE MESSAGE” de Martin N’Terry et répondu à ses interrogations, Léopold Balima s’apprête à prendre congé de moi après l’avoir transmis par Bluetooth le son…il me dit ceci tout désemparé : ” Dommage qu’on ne le verra jamais présenter en live ce tube ici au Faso. Il a décidé de rester aux states. C’est comme ça nos artistes anéantissent leur carrière

” Non hein!! Non hein !!! Hey Balima reviens ici!” Lui ai-je sommé de revenir s’asseoir auprès de moi, pendant qu’il repartait dépiter.

“Je t’informe en guise de scoop que Martin N’Terry sera aux Nuits Atypiques de KOUDOUGOU du 27 novembre au 1er décembre prochain. Il va présenter ce tube en live”

“Han! Dans ce cas, ça me rassure LECHAT… Tu es sûr que tu ne veux rien boire ce soir? Surtout ton houblon préféré?”

” Comme tu insistes, je vais violer le protocole. Hey Garçon !!! Apporte-moi une grande Gui…bien glacée avec beaucoup de glaçons!”

 

LECHAT !

 

Les plus lus

To Top