Academy

31è Promotion de l’ISTIC

112 étudiants aptes et efficients

Du 8 au 12 octobre 2019, l’Institut des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (ISTIC) avait initié une série d’activités rentrant dans le cadre de la sortie de la 31è promotion des Assistants et Conseillers en Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication. Le samedi 12 octobre 2019 était la grande apothéose au sein dudit institut avec en toile de fond, la remise des diplômes aux 112 impétrants.

Le journalisme est un des métiers qui fait le plus rêver les jeunes de 18-25 ans. Un rêve semé d’embûches cependant, si l’on en croit la précarisation croissance du métier. Malgré tout, la profession reste ouverte à de multiples parcours et embranchements… L’entrée sur le marché du travail devenant de plus en plus difficile, le parcours idéal semble de faire des études et surtout les approfondir après le baccalauréat dans une école reconnue. Côtés débouchés, la télévision offrirait des opportunités grâce à la multiplication des chaînes. Elle donne la possibilité de trouver du travail dans plusieurs secteurs. Selon certains anciens étudiants en journalisme, 50% des étudiants se dirigent vers la télévision à la sortie.

Tout sourire, les impétrantes de l’ISTIC

L’Institut des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication, passe aujourd’hui pour être l’une des écoles les plus performantes en journalisme dans la sous-région ouest-africaine. La 31è promotion qui a été présentée samedi dernier semble confirmer cette affirmation. Placé sous le Haut parrainage de S.E.M Alassane Bala SAKANDE, Président de l’Assemblée Nationale, sous la Présence de M. Rémis Fulgance DANDJINOU, Ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement et sous la Présidence d’Honneur du Pr Serge Théophile BALIMA, Président du Conseil Scientifique, les étudiants de l’ISTIC avaient dressé un programme d’activités alléchant sous la supervision générale de leur Délégué Général, Nayalgdo Paul Sawadogo. Tout avait commencé  le 8 octobre par le Forum de l’Etudiant suivi d’une grande rencontre d’échanges autour des offres de formation de l’Institut. Les Journées Scientifiques ont été les points culminants de ce programme. Cela a permis observer et surtout d’apprécier les productions des étudiants. La conférence publique sur le thème : «La cohésion sociale, moteur du développement d’une nation», les soirées «Spéciale Film-Ecole» et la symbolique «Journée des ainés » qui se sont tenues les mercredis 9 et Jeudis 10 octobre, ont suscité beaucoup d’enthousiasmes. Réputé pour être une véritable école de journalisme, l’ISTIC a ouvert en son sein en 2018, une filière Communication. Son Directeur Général Zoumana Traoré s’est appesanti sur ce volet, lors d’un entretien diffusé dans la soirée de samedi: «C’est une filière qui vient d’être ouverte, au regard des besoins exprimés par le Ministère de tutelle, mais aussi par d’autres structures. Cette formation s’opère tant au niveau BAC+ 2 et autres. C’est surtout de faire en sorte que le Ministère sur le terrain, puisse avoir des ressources humaines pour son développement mais également pour les structures de la place».  Il y a également une option «Formation à la carte » qui sera lancée bientôt. Selon le DG de l’ISTIC ; «C’est une formation continue où vous êtes recrutés par voie de concours direct ou par voie de concours professionnel. La formation dure 21 mois, mais nous voulons prendre en charge des besoins de formation de tous les acteurs. Cette formation permettra aux acteurs, d’avoir des certificats et surtout des qualifications requises. Si l’agent qui travaille sur terrain a besoin d’une formation en caméra, que l’on puisse la lui offrir dans un délai qu’on aura formulé ensemble. Même au niveau de la réalisation des émissions en TV ou Radio ; si avez un besoin de vous faire former sur un module bien précis,  que l’on puisse vous l’offrir à la Carte».

Le Président de l’Assemblée Nationale (A gauche) S.E.M Alassane Bala SAKANDE reçu par le DG de l’ISTIC, Zoumana TRAORE

Une cérémonie de sortie qui a vu donc une forte participation à la fois des anciens, des acteurs des médias, des artistes et même de la Garde Nationale qui a tenue en haleine le public à chaque interlude. La soirée a été gratifiée par des capsules de reportages et documentaires faites par des étudiants, puisée de leur différent thème de fin d’étude. La gratification des majors, la remise des diplômes, le discours du Président de l’Assemblée Nationale et les prestations des artistes (Nourat, Aramatou Traoré lauréate 2019 de Faso Academie) ont été les points prépondérants de cette cérémonie. Le représentant des étudiants de la 31è Promotion baptisé «Synergie», en l’occurrence Nayalgdo Paul Sawadogo, dans son homélie assez élastique et protocolaire à l’image d’un Ministre ; n’a pas tarit d’éloges au Parrain de cette sortie : «Nous avons choisi l’Homme pour son engagement et son action. Parce que le journaliste est également un homme d’action et de principe» affirme-t-il.

L’esplanade de l’ISTIC a refusé du monde

Ils sont donc 112 impétrants qui se sont prêts et disposés pour l’emploi. Des assistants et Conseillers en Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication qui affirment être opérationnels. Pour Jacques Lamissa Tarpaga (Journaliste et étudiant sortant) : «C’est dans le souci de monter en grade dans la fonction publique, que je suis reparti à l’école. Sinon en termes de techniques, ça ne change pas grand-chose. Mais au niveau supérieur, ce qui change, c’est qu’on apprend l’art de gérer les médias. L’économie des médias, la gestion des ressources humaines etc. Ce sont les matières-là qui s’ajoutent pour me donner plus de moyens à être un dirigeant compétent… » (cf. l’interview sur oxygenemag.info).

“Burkina Soldat” de Nourat et Lions dansé par les étudiants sortants

Aujourd’hui les rythmes de travail des journalistes sont devenus ardus. Ils sont contraints à des enquêtes et à des vérifications plus rapides. Mais dans sa recherche de la réalité, le journaliste est confronté à de nombreuses difficultés : trouver les bons témoins et les convaincre de témoigner, garder la distance par rapport à eux et être capable de remettre en doute ses idées ou impressions.

Hervé David HONLA

Vu et entendu

 

  • Yacouba Traoré : nostalgie et ovation

Ce passionné de télévision et écrivain était toujours rattaché à l’ISTIC. A chaque intervention d’une personnalité sur le pupitre, il ne cessait de saluer l’immense carrière de cet ancien Directeur de la RTB et Président du comité d’organisation du cinquantenaire FESPACO. Il a été immensément ovationné et hochait négativement sa tête quand on l’interpellait, en guise de modestie.

  • Nourat fait danser la 31è Promotion

«Burkina Soldat» titre d’anthologie qui ne laisse personne indifférent, surtout quand il est chanté en live par l’auteure. Même les étudiants sortant de l’ISTIC n’ont pas pu contenir leur émotion. Ils ont envahi la piste avec leur toge malgré que, leur chapeau de diplômé tombait régulièrement au moment où ils esquissaient des sautillements cadencés de reggae.

  • Djongo Diffusion et la direction artistique
  • Les parties live et back line étaient assurés par la structure Djongo Diffusion présent au complet. L’artiste Bil Aka Kora et sa clique étaient dans les coulisses et surtout sur la partie régie.
  • Belle partition de la GARDE NATIONALE

La Garde Nationale à travers sa fanfare a été omniprésente tout au long de la soirée du 12 octobre. Elle a assuré avec bravoure toutes les séquences musicales de la cérémonie.

  • Le jury de FAC interpellé dans la coulisse

Pas un pas, sans que l’on intercepte dans les coulisses l’un des membres du dernier Jury qui a officié la 14è édition de Faso Academie. Des félicitations, des témoignages, des séances photos et surtout beaucoup sont revenus sur certains faits qui ont marqués cette compétition.

  • L’Abus de pouvoir au goût acerbe

Pendant qu’un de nos reporter, malgré sa discrétion, s’est approché de la scène pour capter quelques images et son, un jeune étudiant, a sommé notre reporter de libérer sa vue. Sous prétexte qu’il n’apercevait pas le matériel installé dernier lui au fond de la cour.

HDH

 

 

 

Les plus lus

To Top